contenu de la page



11 Mai : Oumar Blondin Diop aussi...



PICCMI.COM - Omar Blondin Diop, né le 18 septembre 1946 à Niamey et mort en prison sur l'île de Gorée au Sénégal le 11 mai 1973, est un intellectuel, militant politique sénégalais et membre actif du Mouvement des jeunes marxistes-léninistes du Sénégal. Omar Blondin Diop fut une figure emblématique du mouvement contestataire post-soixante-huitard qui défia le président sénégalais Léopold Sédar Senghor.



11 Mai : Oumar Blondin Diop aussi...
C’est un jeune qui était promis à un bel avenir. Malheureusement arraché à l’affection des siens. Un décès brusque et obscur qui n’a pas encore fini de livrer tous ses secrets. Même après 40 ans, les souvenirs de l’ex-communiste restent encore impérissables. Comme un martyr tombé sur le champ de l’honneur, Omar Blondin Diop, né au Niger en 1946, continue de narguer le temps.

Et charrie les commentaires les plus fous sur les conditions de sa mort. Aujourd’hui encore, l’ancien pensionnaire de l’Ecole normale supérieure de Saint-Cloud en France est célébré et présenté comme une référence pour la jeunesse surtout dans le milieu estudiantin. En ce jour commémoratif marquant le quarantième anniversaire de sa mort, une cérémonie d’hommage est prévue à l’Ucad II, à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, sans oublier le dévoilement d’une plaque en sa mémoire à Gorée. Là où il a péri un 11 mai 1973, à l’aube de ses 27 ans dans sa cellule. Un triste «assassinat» qui n’a pas encore fini de livrer tous ses secrets. Qui a plongé en émoi sa famille, tout un pays et même dépassé les frontières du Sénégal.

Tout a commencé le 16 janvier 1971. Courroucé par «le spectacle hypocrite» entretenu par le Président Senghor pour accueillir son homologue Georges Pompidou «rien que pour une visite d’une journée», Dr Dialo Diop en compagnie de son frère Mohamed Blondin Diop brûlent trois affiches au Centre culturel français (Ccf) de Dakar. Arrêtés et détenus au Fort B (la prison des mineurs), Omar Blondin Diop tente de les faire libérer. Dans le but de réussir à merveille son dessein, il s’entraîne en Palestine dans les camps des Feddayins avant de rejoindre le Mali, voisin du Sénégal. Son plan est bien échafaudé, ses frères doivent s’évader «en pleine nuit pour regagner la Gambie par voiture avant le lever du soleil et ensuite prendre un avion pour Conakry», selon les confidences de son frère Dr Dialo Diop. En tentant d’organiser la fuite de ses frères, Omar Blondin Diop leur envoie la somme de 250 000 francs Cfa, indique le Livre blanc, édité par le gouvernement sur cette affaire. Concomitamment, l’ex-maoïste tente de capturer «un ambassadeur français dans un pays africain» pour réclamer en échange la libération de ses frères. Malheureusement pour lui, il n’a pas le temps de mettre en branle son plan qu’il est alpagué au Mali à la veille d’une visite officielle du Président Senghor à son homologue Moussa Traoré.

«Arrêté avec ses comparses», Omar Blondin Diop est extradé, le 4 février 1972, au Sénégal en vue d’être traduit devant un Tribunal spécial. Dans son verdict en date de mars 1972, le Tribunal spécial dirigé par Soulèye Diagne le condamne à trois ans de prison ferme et lui applique le régime de détenu politique. Il est transféré à la prison de Gorée. Au bout d’un an de détention, il meurt dans sa cellule dans des conditions non encore élucidées. Comme une traînée de poudre, la tris­te nouvelle se propage dans Dakar. Ce n’est que le lundi 14 mai 1973 que l’Administration pénitentiaire daigne enfin communiquer officiellement sur cette affaire. «Omar Blondin Diop a été retrouvé mort, le vendredi 11 mai à deux heures du matin, dans sa cellule, à la prison centrale de Gorée où il avait été interné depuis sa condamnation à trois ans de réclusion pour atteinte à la sûreté de l’Etat, par un Tribunal spécial, le 23 mars 1972», relate le communiqué repris dans Le Soleil du 14 mai 1973. A la suite de ce texte, le porte-parole et ministre de la Communication, Daouda Sow confirme «la pendaison de Omar Blondin Diop». Un mot d’ordre de grève est lancé, le 13 mai 1973, à l’Université de Dakar et dans certains établissements secondaires du Sénégal. Vers la fin de la matinée, des groupes d’étudiants et d’élèves investissent le centre de la capitale «brisant des vitrines et s’attaquant à coups de pierres aux véhicules officiels et à ceux de l’assistance technique», relate Pierre Biarnes, corres­pondant du journal français Le Monde au Sénégal. La violence s’intensifie surtout au quartier Plateau où «des magasins sont saccagés, des véhicules incendiés. Ailleurs, les attaques sont dirigées contre les établissements scolaires, les feux de signalisation et les bus de la Sotrac dont une vingtaine sont endommagés», explique plus en détails Le Soleil dans son édition du mardi 15 mai 1973.

Auparavant, le 12 mai 1973, le professeur Cyprien Quénum (res­ponsable de la chaire d’Anatomie pathologique de la Faculté de médecine et de pharmacie de l’Université de Dakar) est commis pour une autopsie. Lequel confirme la thèse du suicide. Des résultats contestés par Dr Ibrahima Blondin Diop, lui-même médecin et père du défunt. L’affaire est classée sans suite.


PiccMi avec Le Quotidien

PiccMi.Com

Dimanche 11 Mai 2014 - 20:20



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.










TWITTER
SENEGAL | VIDEO - Thierno Madani Tall reçu par le Khalif des Mourides;Cheikh... | PICCMI https://t.co/pZwHZX5tnN https://t.co/17iabZTm9w
SENEGAL | BARTHELEMY DIAS S’EXPLIQUE, CE MARDI: A peine installée en début de... | PICCMI https://t.co/PqwpvrLqp9 https://t.co/0m6JyAU8g7
SENEGAL | HAUT CONSEIL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES: TANOR, LES MAINS LIEES:... | PICCMI https://t.co/VV2cQjULaT https://t.co/wZIfpUWEEU
SENEGAL | MISSIONS DE PAIX DE L’ONU : LE SÉNÉGAL POUR UN RÉAJUSTEMENT DES... | PICCMI https://t.co/XvLaiZPAoG https://t.co/ldK6JzK6UL
SENEGAL | Panne de la chaloupe en pleine mer : GOREE ECHAPPE AU NAUFRAGE -... | PICCMI https://t.co/zLHP61XGsN https://t.co/p0MCryEI5l
SENEGAL | 114ème Gamou de Pire : El Hadj Moustapha Cissé relève les pires tares... | PICCMI https://t.co/7nH27hDgM9 https://t.co/MS9UMT9Fsz
SENEGAL | COMMÉMORATION DU CINQUANTENAIRE DU 1ER FESTIVAL MONDIAL DES ARTS... | PICCMI https://t.co/0jJd7Jvgam https://t.co/LQcWO2wsb9
SENEGAL | LIGUE 1 : LE STADE DE MBOUR BATTU (0-1) À DOMICILE PAR GORÉE: Le... | PICCMI https://t.co/T3em6qhkEf https://t.co/YKWg3zF3PS
SENEGAL | LIGUE 2 : LE DUC PREMIER LEADER: Le Dakar université club (DUC) a... | PICCMI https://t.co/PwvMrdrPEi https://t.co/kro3wWWdsa
SENEGAL | SAHARA OCCIDENTAL : MOHAMMED VI SALUE "LE SOUTIEN INÉBRANLABLE" DE... | PICCMI https://t.co/Gsk6y8uRpW https://t.co/RX7Nzf7CN9