contenu de la page



BABA DIRRA : CONCEPTEUR D’UNE MINI-CENTRALE ÉLECTRIQUE QUI ÉCONOMISE DE L’ÉNERGIE





La vie suit son cours. Baba Diarra enchaîne les inventions. Après le dispositif anti-fraude « Karangé », des moulins et des batteuses, l’inventeur a convié, le samedi 4 juillet 2015, à Thiès, ingénieurs, spécialistes des technologies, amis et parents au test de sa nouvelle invention : « la tornade ». C’est une sorte de mini-centrale électrique qui peut produire 40 KW de façon continue, durant toute la journée, avec moins de 5.000 FCfa de consommation de gasoil. Cette invention offre la possibilité de multiplier la puissance par relais. Baba Diarra soutient qu’avec 10 mini-centrales, il peut sécuriser la consommation de la ville de Thiès en énergie.

La ville de Thiès est pourvoyeuse d’inventeurs. Le samedi 4 juillet 2015, elle était la capitale des inventions le temps des tests de « la tornade » : une mini-centrale électrique qui peut produire 40 KW de façon continue.

Les responsables de l’Agence sénégalaise pour la propriété industrielle et l’innovation technologique (Aspit), ceux de l’Association sénégalaise des consommateurs (Ascosen) et des enseignants-chercheurs de l’Ecole polytechnique ont assisté au test d’une « tornade », une nouvelle invention de Baba Diarra.

Dans le préau de l’imposant atelier, sis au quartier Moussanté de Thiès, la « tornade » est sur une structure couverte d’une peinture bleue. Trois sections la composent. Le premier est un bloc regroupant un ventilateur encoché, une batterie de 12 volts et un réservoir à gasoil.

Ce bloc est la souche primaire. « Nous avons un ventilateur qui brasse l’air et une batterie de 12 volts qui alimente un moteur de Diesel 12 Hp », explique Saliou Pène, ingénieur en électromécanique.

L’inventeur actionne un bouton situé dans un coin de la première souche, une pétarade s’enchaîne. Le moteur lâche de la fumée. Celle-ci se rétrécit au fur et à mesure que le moteur atteint sa vitesse de croisière, les rotations du tambour cylindrique de 2 mètres de diamètre s’accélèrent.

Il effectue 1.500 tours par minute

« Dans la seconde souche, nous avons un accouplement de poulie qui fait tourner un Piv (élévateur de vitesse) avec une réduction de vitesse de 120 et une augmentation de 400 qui fait tourner un réducteur de vitesse de 6.000 t/mn », détaille l’ingénieur. La chaîne est une alternance et une baisse des vitesses.

L’emplacement de chaque composante de la chaîne a son importance, y compris les niveaux. La position, la disposition et le niveau ne sont pas des détails. Dans la troisième souche, on retrouve deux pièces cubiques de différentes dimensions taillées dans du fer noir foncé. Elles sont disposées de façon parallèle avec un léger décalage. « L’élévateur de vitesse sert à augmenter la vitesse à la sortie. Elle fait tourner plus vite l’alternateur qui produit 400 volts », poursuit Saliou Pène.

Utilité d’une invention

Sur un tableau de bord, la fréquence est 60 Hertz, le voltage 400 V et l’ampérage est au tour de 1, mais il peut aller jusqu’à 60 ampères. « Ici, nous alimentons cette machine qui ne demande pas beaucoup de consommation d’énergie. Mais, si vous avez beaucoup d’appareils à alimenter, l’ampérage peut monter jusqu’à 60 », explique l’inventeur Baba Diarra qui a pris le relais au bout de la chaîne. Il ne doute pas de l’utilité de son invention.

Son atelier reçoit des invités, des amis, des parents, tous veulent voir la mini-centrale électrique. L’invention soulève des questions. « Pourquoi elle ne consomme pas beaucoup d’énergie ? » « Combien de ménages peuvent être desservis ? » Le sourire du concepteur précède ses réponses. « Avec 5.000 FCfa de gasoil, je peux fournir de l’énergie durant une journée pour 20 à 30 ménages », répond-il avec sérénité.

Le public est perplexe. A juste raison. Un petit groupe électrogène consomme plus de carburant et de fuel au bout de quelques heures. Comment une grosse machine comme celle-ci économise-t-elle du gasoil ? La réponse se trouve sur l’enchaîne des pièces et sur la vitesse des tambours. « Nous créons un tourbillon mécanique au milieu ; ce qui permet de consommer moins d’énergie. C’est tout l’avantage de cette « tornade ».

L’autre nouveauté, c’est que le dispositif ne se réchauffe pas, parce qu’en amont nous avons un ventilateur qui brasse l’air », renchérit Baba Diarra. La réalisation n’a pas été facile. A l’étape embryonnaire, des ingénieurs et des hommes de sciences lui ont fait savoir que l’enchaînement des tambours, de l’alternateur et de l’élévateur de vitesse ne permettait pas d’obtenir un équilibre. C’était vrai. Ils avaient raison.

Sur le chemin, il a perdu des moteurs, des pièces essentielles. Il a fallu faire appel à un rebobineur pour des réajustements. « Il est possible d’accroître la puissance par relais avec une consommation moindre avec autant d’appareils. Aujourd’hui, si j’ai 10 mini-centrales, je vais assurer la fourniture d’énergie à toute la ville de Thiès avec peu d’argent », défend-il.

L’inventeur du dispositif antifraude a fait son devoir. La balle est dans le camp de l’Aspit, en charge de la politique de promotion et de vulgarisation de ces technologies à moindre coût et à haut impact sur les conditions de vie des Sénégalais.

Prendre le relais en cas
de délestage

Certains invités considèrent que cette mini-centrale peut assurer la fourniture de courant aux postes et cases de santé des villages reculés ou encore prendre le relais de la Senelec en cas de délestage pour assurer la continuité des services pour l’alimentation des machines de la Sde.

« Nous attendons que la machine soit mise à l’épreuve pour donner toute notre appréciation. Déjà il serait dommage que les autorités ne donnent pas une suite à cette invention », note Momar Cissé, de l’Association sénégalaise des consommateurs.

Macodou Thiam, enseignant-chercheur à l’Institut de technologie de l’Université de Thiès, salue, pour sa part, l’audace de l’inventeur qui est allé jusqu’au bout de ses rêves. « Il fallait y penser, parce que l’énergie fossile va s’épuiser dans un avenir proche. Donc, nous devons promouvoir une consommation rationnelle de l’énergie de façon globale », plaide l’universitaire.

Le Soleil

PiccMi.Com

Lundi 13 Juillet 2015 - 16:00



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.










TWITTER
SENEGAL | VIDEO - Thierno Madani Tall reçu par le Khalif des Mourides;Cheikh... | PICCMI https://t.co/pZwHZX5tnN https://t.co/17iabZTm9w
SENEGAL | BARTHELEMY DIAS S’EXPLIQUE, CE MARDI: A peine installée en début de... | PICCMI https://t.co/PqwpvrLqp9 https://t.co/0m6JyAU8g7
SENEGAL | HAUT CONSEIL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES: TANOR, LES MAINS LIEES:... | PICCMI https://t.co/VV2cQjULaT https://t.co/wZIfpUWEEU
SENEGAL | MISSIONS DE PAIX DE L’ONU : LE SÉNÉGAL POUR UN RÉAJUSTEMENT DES... | PICCMI https://t.co/XvLaiZPAoG https://t.co/ldK6JzK6UL
SENEGAL | Panne de la chaloupe en pleine mer : GOREE ECHAPPE AU NAUFRAGE -... | PICCMI https://t.co/zLHP61XGsN https://t.co/p0MCryEI5l
SENEGAL | 114ème Gamou de Pire : El Hadj Moustapha Cissé relève les pires tares... | PICCMI https://t.co/7nH27hDgM9 https://t.co/MS9UMT9Fsz
SENEGAL | COMMÉMORATION DU CINQUANTENAIRE DU 1ER FESTIVAL MONDIAL DES ARTS... | PICCMI https://t.co/0jJd7Jvgam https://t.co/LQcWO2wsb9
SENEGAL | LIGUE 1 : LE STADE DE MBOUR BATTU (0-1) À DOMICILE PAR GORÉE: Le... | PICCMI https://t.co/T3em6qhkEf https://t.co/YKWg3zF3PS
SENEGAL | LIGUE 2 : LE DUC PREMIER LEADER: Le Dakar université club (DUC) a... | PICCMI https://t.co/PwvMrdrPEi https://t.co/kro3wWWdsa
SENEGAL | SAHARA OCCIDENTAL : MOHAMMED VI SALUE "LE SOUTIEN INÉBRANLABLE" DE... | PICCMI https://t.co/Gsk6y8uRpW https://t.co/RX7Nzf7CN9