contenu de la page



BAISSE DE LA TVA DE 18 A 10%



Si l’objectif principal visé dans la baisse de la TVA de 18 à 10% dans le tourisme est de rendre la destination moins chère, les professionnels du secteur vont, eux, en profiter pour réinvestir dans le secteur. C’est du moins l’intention affichée par le Syndicat des professionnels de l’hôtellerie (Spihs), à l’issue, hier, de leur conseil d’administration.



BAISSE DE LA TVA DE 18 A 10%
C’est une porte qui s’ouvre pour la compétitivité de la destination Sénégal. Ibrahima Wade, président de la Stratégie de croissance accélérée(Sca), ne croît pas si bien dire, conscient qu’il est de ce que la baisse par les autorités de la TVA de 18% à 10% représente pour les professionnels du secteur touristique dont cela fût longtemps le cheval de bataille. Ces derniers justement, réunis au sein du Spihs, à l’issue de leur conseil d’administration tenu hier, mardi, se sont prononcés sur l’effectivité de la mesure qu’ils jugent « historique » et dont ils se félicitent pour ce qu’elle est susceptible de booster le potentiel de compétitivité de la destination.

Mamadou Racine Sy, Président du Spihs, en faisant face à la presse à l’issue de la réunion dudit conseil, a fait savoir que les professionnels du secteur ont pris l’option de répercuter la baisse à la clientèle mais surtout, d’en profiter pour réinvestir dans le secteur qui en a bien besoin, car toujours fortement sinistré par une baisse drastique des arrivées (environ -15%) et un faible taux de retour. Ce d’autant plus que la TVA à 18% a contribué à renchérir la destination tandis que les principaux concurrents nord africains comme le Maroc appliquent une TVA tournant autour de 7%, a-t-il encore rappelé.

Dans ce même registre, même si c’est en 1998 que la Commission de l’Uemoa, par une directive n° n°2/Cm/Uemoa du 22 décembre 1998 a décidé d’harmoniser la taxe sur la valeur ajoutée, M. Diallo, Directeur du Savana à Saly, rappelant le contexte de la baisse de la TVA, a indiqué que « c’est en septembre 2001 que la TVA est passée de 10 à 18% alors que la majorité des hôteliers avaient déjà envoyé leurs tarifs pour 2001-2002. » A l’époque, deux taux étaient en vigueur, un à 10% sur l’hébergement et la restauration, un autre à 20% sur les annexes (loisirs).

Avec le passage d’un taux harmonisé à 18%, ce sont les hôteliers qui avaient ainsi supporté la différence de 8% pendant toute la saison.
Aujourd’hui, avec la nouvelle donne, certains hôteliers ont déjà répercuté cette baisse de 8% et les autres devraient suivre, si l’on en croît M. Diallo. Aussi pour l’heure, cette baisse ne sera répercutée que sur l’hébergement, segment « plus sensible », explique-t-il. La restauration attendra.


Parent pauvre

Par ailleurs, la baisse de la Tva sans mesures d’accompagnement risque de saborder l’objectif principal de booster le secteur. Et à ce niveau, la promotion est le parent pauvre avec un budget qui n’équivaut même pas à un milliard de FCfa. Interpellé sur la question, le président de la Sca « renvoie » la balle au secteur privé et à son « ingéniosité », arguant que « l’Etat n’a pas pour vocation la promotion du tourisme. »

Mais selon Mamadou Racine Sy, si la mesure de baisse de la TVA est à saluer à plus d’un titre, c’est loin d’être suffisant pour répondre aux ambitions affichées et déclarées des autorités quant à la promotion de la destination. Tout au plus, les professionnels du secteur peuvent aller dans le sens d’augmenter le niveau de la taxe de promotion qui alimente le budget et qui devrait passer de 600 FCfa actuellement à 1000 FCfa. Mais « c’est loin d’être suffisant alors que dans les destinations concurrentes, l’Etat met la main à la poche de manière substantielle pour aider à la promotion. » Cela concorderait avec son engagement de faire de la grappe Tourisme et artisanat, une priorité dans la Sca. Et au moment où l'Agence sénégalaise de promotion touristique (ANPT) peine à mobiliser 1 milliard Cfa pour vendre la destination Sénégal, une structure comme l'office marocain du tourisme culmine à plus de 20 milliards Cfa de budget.

C’est dans ce sens de la promotion que le président du Spihs a d’ailleurs émis le souhait de voir rouvrir le bureau du tourisme à Paris, la France étant le principal marché émetteur du tourisme sénégalais.

Last but not least, la question du transport aérien a été également évoquée dans le cadre de la cherté de la destination, avec les nombreuses et onéreuses taxes qui se sont greffées sur le billet d’avion. Un exemple éloquent : sur un billet d’avion gratuit Dakar-Paris, il peut arriver que l’on paye des taxes à hauteur de 100 000 FCfa.

A la limite, la RDIA (Redevance aéroportuaire) agrée le Spihs, selon son Président qui, au nom de ses membres, réclame tout de même un reversement d’une partie des taxes (notamment la taxe passagers) au profit de la promotion, de même qu’une participation au capital de l’agence de l’Aibd(Aéroport international Blaise Diagne).

Une pierre a été quand même jetée dans le jardin du Spihs concernant l’incendie dramatique qui a ravagé l’établissement d’un de ses membres et à propos duquel on n’avait pas entendu le syndicat se prononcer officiellement. Au détour des explications fournies par les responsables du Spihs, il apparaît que si ces derniers ont pu se rendre sur place pour apporter leur soutien à leur membre, la sagesse leur commande d’attendre d’avoir de meilleurs éléments d’appréciation du drame avant de se prononcer officiellement. Dont acte.

Il n’empêche, le problème de la sécurité dans et aux environs des établissements hôteliers, a été posé. Les professionnels ont leur part de responsabilité, l’Etat aussi.

Source: SudOnline

Mr.Cmr-PiccMi.com

Mercredi 9 Février 2011 - 21:10



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.










TWITTER
SENEGAL | VIDEO - Thierno Madani Tall reçu par le Khalif des Mourides;Cheikh... | PICCMI https://t.co/pZwHZX5tnN https://t.co/17iabZTm9w
SENEGAL | BARTHELEMY DIAS S’EXPLIQUE, CE MARDI: A peine installée en début de... | PICCMI https://t.co/PqwpvrLqp9 https://t.co/0m6JyAU8g7
SENEGAL | HAUT CONSEIL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES: TANOR, LES MAINS LIEES:... | PICCMI https://t.co/VV2cQjULaT https://t.co/wZIfpUWEEU
SENEGAL | MISSIONS DE PAIX DE L’ONU : LE SÉNÉGAL POUR UN RÉAJUSTEMENT DES... | PICCMI https://t.co/XvLaiZPAoG https://t.co/ldK6JzK6UL
SENEGAL | Panne de la chaloupe en pleine mer : GOREE ECHAPPE AU NAUFRAGE -... | PICCMI https://t.co/zLHP61XGsN https://t.co/p0MCryEI5l
SENEGAL | 114ème Gamou de Pire : El Hadj Moustapha Cissé relève les pires tares... | PICCMI https://t.co/7nH27hDgM9 https://t.co/MS9UMT9Fsz
SENEGAL | COMMÉMORATION DU CINQUANTENAIRE DU 1ER FESTIVAL MONDIAL DES ARTS... | PICCMI https://t.co/0jJd7Jvgam https://t.co/LQcWO2wsb9
SENEGAL | LIGUE 1 : LE STADE DE MBOUR BATTU (0-1) À DOMICILE PAR GORÉE: Le... | PICCMI https://t.co/T3em6qhkEf https://t.co/YKWg3zF3PS
SENEGAL | LIGUE 2 : LE DUC PREMIER LEADER: Le Dakar université club (DUC) a... | PICCMI https://t.co/PwvMrdrPEi https://t.co/kro3wWWdsa
SENEGAL | SAHARA OCCIDENTAL : MOHAMMED VI SALUE "LE SOUTIEN INÉBRANLABLE" DE... | PICCMI https://t.co/Gsk6y8uRpW https://t.co/RX7Nzf7CN9