contenu de la page



BAISSE DES TAUX DIRECTEURS DE LA BCEAO : Le crédit moins cher ?





BAISSE DES TAUX DIRECTEURS DE LA BCEAO : Le crédit moins cher ?
Si les banques de la place la répercutent sur le taux de base bancaire, la baisse de 25% annoncée sur les taux directeurs de la Bceao (Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest) devrait rendre le loyer de l’argent moins cher, pour les investisseurs mais aussi les particuliers.

De 3,25% et 4,25% (des taus qui restent supérieurs à ceux de la zone euro), le taux d’intérêt minimum de soumission aux opérations d’appel d’offres d’injection de liquidités (pension) et le taux d’intérêt du guichet de prêt (escompte) de la BCEAO (Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest) passeront respectivement à 3% et à 4% à compter du 16 juin prochain. Ainsi en a décidé le Comité de politique monétaire (CPM) de la BCEAO, qui s’est réuni hier lundi à Dakar. Instruments de régulation économique au service de la politique monétaire et dont les objectifs sont d'une part de limiter l'inflation et d'autre part de favoriser la croissance économique, les taux d’intérêt directeurs baissent ainsi de 25 points. Une mesure qui vise à amener les banques de la place à réduire les taux d’intérêt débiteurs, de manière à rendre le crédit moins cher, au profit de l’ensemble des opérateurs économiques, notamment les ménages et les entreprises. Seulement, c’est sous réserve que les banques de la place aillent dans le même sens de baisser les taux d’intérêt appliqués à la clientèle et cela est possible, les Taux de base bancaire (Prime Rate) étant indexés aux taux directeurs de la BCEAO.

D’autant que, dans le même temps, analysant le marché monétaire, le Comité (qui se réunit en session ordinaire une fois par trimestre et en session extraordinaire) a constaté que les tensions qui avaient justifié une baisse du coefficient des réserves en mars 2012 ont commencé à s’estomper et, décidé de maintenir inchangé le coefficient des réserves obligatoires applicable aux banques à son niveau de 5% qui est en vigueur depuis le 16 mars 2012. Rappelons que ce coefficient a subi récemment une harmonisation dans la zone Uemoa afin de renforcer la concurrence entre les banques de l’Union notamment par la baisse des taux directeurs. Il se trouve que la concurrence entre les banques de l’Union semble se faire ailleurs que par la baisse des taux débiteurs.

Mais alors…

En septembre 2011, le taux débiteur moyen des banques s’est accru de 23 points de base pour se situer à 8,54% contre 8,43% en août 2011, une augmentation qui avait concerné principalement la clientèle financière des banques et les entreprises publiques. Avouons qu’un tel contexte n’est pas pour favoriser l’investissement privé, la conséquence de la hausse des taux d'intérêt étant de rendre onéreux le crédit pour les créateurs d'entreprises, limitant ainsi le degré de rentabilité de nouveaux projets d'investissements financés par le crédit bancaire.

D’autant que dans le même temps, le taux de rémunération des dépôts de la clientèle était ressorti en baisse en septembre 2011, le taux moyen dans l'ensemble de l'Union s'établissant à 5,29% en septembre contre 5,33% le mois précédent. Le repli du taux créditeur (versé sur les dépôts) avait été enregistré principalement sur les dépôts des particuliers et ceux des entreprises d'assurance, susceptible de décourager l’épargne dans la zone.
Toujours est-il qu’en cumul sur le troisième trimestre 2011, les taux débiteurs moyens des banques se sont ainsi accrus de 26 points de base pour se situer à 8,59% alors que les taux de rémunération des dépôts de la clientèle étaient, pour leur part, restés quasi-stables à 5,28%.

En fait, la répercussion à la baisse dépendrait de plusieurs facteurs et, si pour les nouveaux engagements, notamment les bénéficiaires de prêts à moyen terme, cette répercussion devrait être assez sensible du fait essentiellement du coût moyen des ressources des banques, en revanche, sur les engagements en cours, qui seraient de loin les plus importants, la répercussion de la baisse pourrait se heurter à des contraintes d’ordre technique et juridique.
Il demeure qu’en augmentant ainsi la capacité d’offre de crédits en libérant des ressources de trésorerie supplémentaires pour les banques, la Bceao a fait sa part. Aux banquiers qui, il faut le dire, ont tendance à n’appliquer l’indexation que lorsque les taux directeurs de référence augmentent, mais pas l’inverse ( alors que les clients ne prennent pas toujours la peine d’obtenir une copie de leurs conventions de prêts), de faire la leur.




Dis-moi… Instrument

Pour fixer les idées, un crédit obtenu par une banque commerciale par refinancement avec un taux d'intérêt (taux de refinancement) peu élevé, permettra à cette banque d'accorder à son tour des crédits (augmentés certes d'une certaine marge) peu onéreux aux entreprises et aux particuliers : l'activité économique et la croissance s'en trouveront ainsi favorisés. A l'inverse, une hausse des taux directeurs aura pour objectif de limiter la demande de liquidités des banques et ainsi d'éviter une trop forte inflation. Même si par ailleurs, la BCEAO considère que le relèvement des taux directeurs ne devrait pas être considéré comme la réponse automatique à une montée des tensions inflationnistes à court terme. La BCEAO se doit, en effet, se donner suffisamment de marge de manœuvre en limitant les diminutions de taux, à l’instar de la Banque centrale européenne(BCE) afin de moduler sa politique monétaire en fonction des exigences du moment.

Justement, ce sont les exigences du moment qui semblent guider la démarche de l’institution monétaire qui, a pris ces mesures à la ‘’lumière de l’évolution récente de la conjoncture internationale’’, le Comité ayant analysé en particulier les facteurs de risque pouvant peser sur la stabilité des prix et sur les perspectives de croissance économique de l’UEMOA.


Sud QUOTIDIEN

Mardi 12 Juin 2012 - 11:06



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.










TWITTER
SENEGAL | VIDEO - Thierno Madani Tall reçu par le Khalif des Mourides;Cheikh... | PICCMI https://t.co/pZwHZX5tnN https://t.co/17iabZTm9w
SENEGAL | BARTHELEMY DIAS S’EXPLIQUE, CE MARDI: A peine installée en début de... | PICCMI https://t.co/PqwpvrLqp9 https://t.co/0m6JyAU8g7
SENEGAL | HAUT CONSEIL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES: TANOR, LES MAINS LIEES:... | PICCMI https://t.co/VV2cQjULaT https://t.co/wZIfpUWEEU
SENEGAL | MISSIONS DE PAIX DE L’ONU : LE SÉNÉGAL POUR UN RÉAJUSTEMENT DES... | PICCMI https://t.co/XvLaiZPAoG https://t.co/ldK6JzK6UL
SENEGAL | Panne de la chaloupe en pleine mer : GOREE ECHAPPE AU NAUFRAGE -... | PICCMI https://t.co/zLHP61XGsN https://t.co/p0MCryEI5l
SENEGAL | 114ème Gamou de Pire : El Hadj Moustapha Cissé relève les pires tares... | PICCMI https://t.co/7nH27hDgM9 https://t.co/MS9UMT9Fsz
SENEGAL | COMMÉMORATION DU CINQUANTENAIRE DU 1ER FESTIVAL MONDIAL DES ARTS... | PICCMI https://t.co/0jJd7Jvgam https://t.co/LQcWO2wsb9
SENEGAL | LIGUE 1 : LE STADE DE MBOUR BATTU (0-1) À DOMICILE PAR GORÉE: Le... | PICCMI https://t.co/T3em6qhkEf https://t.co/YKWg3zF3PS
SENEGAL | LIGUE 2 : LE DUC PREMIER LEADER: Le Dakar université club (DUC) a... | PICCMI https://t.co/PwvMrdrPEi https://t.co/kro3wWWdsa
SENEGAL | SAHARA OCCIDENTAL : MOHAMMED VI SALUE "LE SOUTIEN INÉBRANLABLE" DE... | PICCMI https://t.co/Gsk6y8uRpW https://t.co/RX7Nzf7CN9