contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
PiccMi.Com



BIENS MAL ACQUIS: L'enquête qui blanchit Karim, Macky Sall sur une mauvaise pente





BIENS MAL ACQUIS: L'enquête qui blanchit Karim, Macky Sall sur une mauvaise pente
PICCMI.COM- L'atmosphère est lourde dans le camp du pouvoir. L'ouverture du dossier de Karim Wade, poursuivi pour enrichissement illicite, n'était pas de bonne guerre. Mieux, le scénario, qui devrait blanchir l'ancien ministre d'Etat, expose Macky Sall à une descente aux enfers. La moisson n'aura pas été fructueuse. Et la stratégie qui devrait consister à barrer la route à leur adversaire doit s'avérer vaine pour Macky Sall et ses alliés. Une trame inattendue qui ne leur laisse aucune chance.

Et l'amorce d'être irrévocable ! L'actuel Président de la République aura épuisé toutes les cartes. De la grande agitation autour de la Cour de répression de l'enrichissement illicite (Crei) à la rigueur montrée dans la mise en place de dix-neuf commissions rogatoires internationales en passant par l'enquête effectuée en France, le successeur d'Abdoulaye Wade n'aura vu que du feu. Karim Wade, accusé d'avoir sur son dos la somme colossale de 694 milliards, est en passe de prouver carte sur table son innocence.

Après le démenti de certaines sociétés des pays du Golf, d'autres résultats d'enquêtes tombent et s'avèrent tout aussi infructueux.

Dans la dernière livraison de la "Lettre du Continent" parcouru par piccmi.com, le procès verbal, établi par les enquêteurs de la plateforme des avoirs criminels, fait état de comptes bancaires de Karim Wade, ayant existé avant 2000 et fermés depuis 2003. Les limiers de "L'Office Central pour la répression de la grande délinquance financière" affirment ainsi, dans le même rapport, que Karim Wade dispose donc d'un seul compte bancaire ouvert à la Société Générale. Ce procès verbal coupe net; le mis en cause n'aurait donc pas de produit d'épargne, ni de coffre fort encore moins de procuration sur des comptes de tiers.

Ce tableau provoque, non seulement, un malaise au sommet de l'Etat mais va encore décrédibiliser fortement la gouvernance de Macky Sall. D'autant que la machine judiciaire, utilisée pour coincer ses adversaires, est accablante convertie dans le coût de nos pauvres francs. De la même manière que le temps passé à traquer un "innocent" pourrait convaincre sur l'incompétence d'une équipe au delà de paraître comme une absurdité, purement entretenue, pour leurrer le peuple. Macky Sall est donc mis à l'épreuve. La course vers les fameux avoirs de Wade fils le laisse sans le souffle. Et le mois de juin, pendant lequel est prévu le procès de l'ancien ministre d'Etat, est tout de danger pour l'actuel président de la République du Sénégal.

Le sursaut de l'homme d'Etat ou tout simplement du politique peut être tout de mystère mais n'affecterait point le duel dans une ultime phase. Car, il faut le souligner, l'épisode de la traque des bien supposés mal-acquis ouvrirait ainsi la brèche aux pourfendeurs de l'actuel régime qui se trouveront, désormais, devant un argument de taille. Ils le conduisent, irrévocablement, sur le banc des accusés pour qu'il réponde, à son tour, de ses actes...impardonnables.


Mardi 6 Mai 2014 - 08:37



Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.