contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
PiccMi.Com



CES MOTS ET EXPRESSIONS QUI FONT LE SENEGAL : « KADDU » Le sens de la parole donnée





CES MOTS ET EXPRESSIONS QUI FONT LE SENEGAL : « KADDU » Le sens de la parole donnée
Formé à partir du verbe « kaddu » qui veut dire parler, le terme « kaddu » se traduit, selon Massamba Guèye, docteur ès-Lettres, spécialiste de la littérature orale, par la voix. Elle peut aussi se traduire par la parole, lorsque la voix est entendue et que la bouche promet. Mais, indique-t-il, il faut comprendre le sens de ce mot dans une société qui fonde la dignité sur le respect de la parole donnée, car elle donne à ce terme un pilier. Par exemple, quand on dit en wolof, « diw nio gui deeg kaddu am », cela veut dire qu’on entend la voix d’untel. « Diw dee daf fi bayi kaddom », c’est ce que l’on entend souvent quand quelqu’un demande une fille en mariage. « bayi kaddom », cela veut dire qu’il a fait une promesse ferme.

Le « kaddu », dans la société traditionnelle africaine, fait office de signature, il ne peut pas être effacé. « Dans la société africaine, lorsqu’une personne donne son « kaddu » (sa parole), elle peut mourir, mais la personne doit tenir forcément sa promesse. C’est pour cela que, dans ce milieu, quand on dit « diw amoul kaddu », cela veut dire que c’est un menteur et qu’il est indigne de confiance », confie M. Guèye. Aussi, quand le Wolof dit à quelqu’un « diw deey sam kuddu am », cela signifie que la personne s’évertue à toujours tenir parole. Lorsqu’une personne ne tient pas sa parole dans la société traditionnelle, elle perd sa dignité. « Lorsqu’on dit « kaddu mag gni » (la parole des anciens), cela renvoie à l’expérience. Par exemple, quand on dit : « mom dee kaddu mag leey wayee », cela veut dire que son discours est mature et que la parole n’est pas une futilité », indique le spécialiste de la littérature orale. Et de poursuivre : « les Wolofs ont l’habitude de dire aussi « kaddu bal la, bou takké ken hamul fu muy dali » (la parole est un projectile lancé dont on ne maîtrise pas forcément le point d’impact). C’est pour cela que l’écrivain sénégalais Amadou Hampathé Bâ disait : si la parole était un fruit, l’écorce en serait bavardage, la chaire éloquence et le noyau bon sens.

Comme anecdote, Massamba Guèye explique le discours que les gens ont souvent l’habitude de tenir concernant les hommes politiques. « Les Sénégalais ont l’habitude de dire : ‘politiciens mom, dougnou sam sen kaddu’ » (les politiciens ne tiennent pas parole). Cet exemple montre à quel point notre société tient au respect de la parole. Le fait de dire que les politiciens ne tiennent pas leur parole met tous les politiciens, les bons comme les mauvais, dans le même panier », indique-t-il.

Maguette GUEYE DIEDHIOU

PiccMi.Com

Mercredi 8 Septembre 2010 - 05:38



Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.