contenu de la page



CONJONCTURE ECONOMIQUE : Douloureuse période préélectorale



Le déficit commercial persiste, les recettes budgétaires progressent timidement, les transferts des migrants baissent et la situation alimentaire se dégrade. La conjoncture économique au premier trimestre 2012 a été fortement impactée par les tensions pré-électorales.



CONJONCTURE ECONOMIQUE : Douloureuse période préélectorale
Si l’activité économique s’est inscrite en hausse de 1,5% au premier trimestre 2012 par rapport à la même période de 2011, elle cache mal une morosité marquée par un climat social tendu dans la période, comme le rappelle la dernière note de conjoncture de la Direction de la prévision et des études économiques(Dpee). Dans ce contexte, les prix à la consommation affichent une inflation de 2,1% imputable, pour l’essentiel, aux produits alimentaires (2,9%) et aux transports (5,4%) même si par ailleurs, la compétitivité-prix de l’économie sénégalaise s’est cependant confortée de 3,0% en glissement annuel, profitant d’un différentiel d’inflation favorable (-2,0%) conjugué à la dépréciation du franc CFA (-1,0%). Il est vrai que sur le marché de change, l’euro à laquelle est arrimée le CFA poursuit sa dépréciation face aux principales monnaies, notamment le dollar (3%) et la livre sterling (2%), en variation trimestrielle. Par rapport à la devise américaine et à la monnaie britannique, la monnaie unique européenne a perdu respectivement, sur un an, près de 4% et 2% au premier trimestre de 2012.

Cette dépréciation du franc CFA a sans doute fait du bien aux exportations qui affichent une légère hausse (+1,8%) en glissement annuel, soutenue par l’or brut, le ciment hydraulique et les autres produits. En revanche, les importations ont explosé la balance avec une hausse de +36,4% alourdie par les importations d’huiles brutes de pétrole, les produits alimentaires, « les machines, appareils et moteurs » et les autres produits. Le déficit commercial se creuse ainsi et comparativement au même trimestre de 2011, il s’est détérioré de 195,2 milliards, en liaison avec la forte progression de 36,4% (+200,4 milliards) des importations au moment où les exportations n’ont augmenté que de 1,8% (+5,3 milliards). Dès lors, le taux de couverture des importations par les exportations s’est détérioré de 13,7 points de pourcentage en s’établissant à 40,3% au premier trimestre de 2012 contre 54%, un an auparavant..
 
Juste 19 milliards de plus

A l’exception de l’impôt sur le revenu et des droits d’enregistrement et timbre qui affichent des plus values respectives de 4,3 milliards et 1,6 milliard par rapports aux objectifs fixés, les principales lignes de recettes ressortent en moins value par rapport à leurs objectifs au premier trimestre 2012. Cependant, la taxe sur biens et services intérieurs est la seule ligne dont le recouvrement affiche à la fois une baisse de 13,7 milliards en glissement annuel et une moins value de 25,8 milliards par rapport à l’objectif. L’exécution budgétaire a ainsi été principalement caractérisée par la progression timide des recettes budgétaires (+6,5%) qui ont pâti de la morosité de l’activité économique au cours du premier trimestre, marqué entre autres par le gel des prix à la pompe. A fin mars 2012, les recettes budgétaires sont évaluées provisoirement à 316,9 milliards contre 297,4 milliards à la même période de l’année précédente, soit une progression de 19,5 milliards.
La masse salariale crève le plafond

Les dépenses budgétaires sont estimées à 404,1 milliards sur le premier trimestre de 2012 contre 422,9 milliards à la même période en 2011, soit une diminution de 18,8 milliards (-4,4%). Cette baisse est imputable au repli des dépenses d’investissement et des charges d’intérêt sur la dette. En revanche, les dépenses courantes ont globalement augmenté dans la même proportion, de 9,6 milliards (+4,4%) ; cette hausse a été tirée essentiellement par les charges de personnel et les autres dépenses courantes. La masse salariale est ainsi passée de 101,1 milliards à 111,3 milliards entre les premiers trimestres de 2011 et 2012, soit un accroissement de 10,1%. Du coup, le ratio de la «masse salariale rapportée aux recettes fiscales» ressort à 35,9%, soit au dessus du plafond communautaire fixé à 35%.
En somme, il n’y a pas péril en la demeure, le déficit budgétaire global étant évalué à 65,6 milliards à fin mars 2012 contre 101 milliards à la même période en 2011.
Ils ont envoyé moins d’argent

Au terme des trois premiers mois de 2012, il apparaît que les transferts rapides d’argent reçus par les établissements de crédit du Sénégal se sont établis à 139,8 milliards contre 154,1 milliards au trimestre précédent, soit une baisse de 14,3 milliards (9,3%). Cette situation est en phase avec le repli de l’activité attendu au premier trimestre 2012 (-0,2%) dans la zone euro, principale origine des transferts à destination du Sénégal.  En glissement annuel, le montant  des transferts reçus s’est ainsi replié de 8,8 milliards soit une baisse de 5,9% au premier trimestre de 2012 contre un retrait de 8,7% au trimestre précédent.

En revanche, les émissions d’argent, elles, se sont situées à 22,2 milliards au premier trimestre 2012, en hausse de 1,1 milliard par rapport au trimestre précédent et sur une base annuelle, elles affichent une évolution de 4,7 milliards soit 26,9%, du fait probablement de la situation sociopolitique.

Sud Quotidien

Mardi 5 Juin 2012 - 09:13



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.










TWITTER
SENEGAL | VIDEO - Thierno Madani Tall reçu par le Khalif des Mourides;Cheikh... | PICCMI https://t.co/pZwHZX5tnN https://t.co/17iabZTm9w
SENEGAL | BARTHELEMY DIAS S’EXPLIQUE, CE MARDI: A peine installée en début de... | PICCMI https://t.co/PqwpvrLqp9 https://t.co/0m6JyAU8g7
SENEGAL | HAUT CONSEIL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES: TANOR, LES MAINS LIEES:... | PICCMI https://t.co/VV2cQjULaT https://t.co/wZIfpUWEEU
SENEGAL | MISSIONS DE PAIX DE L’ONU : LE SÉNÉGAL POUR UN RÉAJUSTEMENT DES... | PICCMI https://t.co/XvLaiZPAoG https://t.co/ldK6JzK6UL
SENEGAL | Panne de la chaloupe en pleine mer : GOREE ECHAPPE AU NAUFRAGE -... | PICCMI https://t.co/zLHP61XGsN https://t.co/p0MCryEI5l
SENEGAL | 114ème Gamou de Pire : El Hadj Moustapha Cissé relève les pires tares... | PICCMI https://t.co/7nH27hDgM9 https://t.co/MS9UMT9Fsz
SENEGAL | COMMÉMORATION DU CINQUANTENAIRE DU 1ER FESTIVAL MONDIAL DES ARTS... | PICCMI https://t.co/0jJd7Jvgam https://t.co/LQcWO2wsb9
SENEGAL | LIGUE 1 : LE STADE DE MBOUR BATTU (0-1) À DOMICILE PAR GORÉE: Le... | PICCMI https://t.co/T3em6qhkEf https://t.co/YKWg3zF3PS
SENEGAL | LIGUE 2 : LE DUC PREMIER LEADER: Le Dakar université club (DUC) a... | PICCMI https://t.co/PwvMrdrPEi https://t.co/kro3wWWdsa
SENEGAL | SAHARA OCCIDENTAL : MOHAMMED VI SALUE "LE SOUTIEN INÉBRANLABLE" DE... | PICCMI https://t.co/Gsk6y8uRpW https://t.co/RX7Nzf7CN9