contenu de la page



Chavirement du «Joola» : 14 ans de naufrage





26 septembre 2002 - 26 septembre 2016. Il y a 14 ans, le Joola chavirait au large des côtes gambiennes. Malgré le temps, la douleur est aussi vive dans le cœur des familles des 1 863 personnes dis­parues tragiquement. Elles luttent toujours contre l’oubli.

Le 26 septembre 2002, c’était le naufrage du Joola. Mais le souvenir du drame peuple toujours la conscience collective sénégalaise. Ce matin, les familles des victimes vont refaire le cérémonial de la commémoration qu’elles répètent depuis plus de 10 ans : Visites dans les cimetières, discours officiels, promesses et doléances ressorties des tiroirs. Pourtant, la bêtise humaine ne devrait pas connaître la prescription. Offi­ciellement, 1 863 personnes ont péri. Mais il reste un drame sans visage. Sans coupables.
Ils ont embarqué sur le Joola pour vivre un voyage exceptionnel entre Ziguinchor et Dakar. Mais ils ont été rattrapés par l’horreur au milieu de la grande bleue transformée en un indicible cimetière marin. Dans la nuit du 26 septembre 2002, le géant transbordeur qui reliait le Sud à l’Ouest a sombré dans les eaux de l’Atlantique. Pris à partie par un faible ouragan dans les eaux gambiennes, il s’enfonce dans les profondeurs de l’Atlantique en même temps que tous les passagers et les membres de l’équipage. Plus qu’un secret d’Etat, le nombre exact des victimes du naufrage est tabou. Dans l’histoire des catastrophes civiles mondiales, le naufrage du Joola devance le Titanic qui avait fait «juste» 1 500 morts.
Dans ce pays, le mot «Joola» est sans doute celui qui provoque les émotions les plus profondes du haut en bas de la société. 14 ans après, les disparus du Joola hantent toujours le pays. Pour commémorer le naufrage, chaque année les familles des victimes refont le funeste cérémonial avec le cœur étreint de douleur, de mélancolie, d’incompréhension et aussi de questions. 14 ans après, le Sénégal ravale chaque jour son sanglot de malheur et se replonge dans cette ambiance funeste. Comment un drame… humain d’une telle ampleur a-t-il pu se produire ? Comment Le Joola a-t-il pu sombrer aussi rapidement ? Comment et comment ? 14 ans après, l’énigme n’a jamais été percée. Et les questions n’ont jamais trouvé de réponses malgré l’étendue du drame. Selon l’Etat, le commandant du bateau emporté par les houles est parti avec ses secrets. L’histoire s’arrête là : Pas de poursuites judiciaires, des enquêtes recommandées sans suite. En indemnisant les familles des victimes, l’essentiel est sauf aux yeux de l’Etat qui leur a donné 10 millions de francs Cfa.
Aujourd’hui, il faut le cœur et tout l’amour d’un pays pour garder la foi. Le drame n’a pas de visage, mais le calvaire est bien réel. Pourtant, l’ampleur de la tragédie est démultipliée par la bêtise humaine qui n’a jamais été mise en relief pour démêler les failles du système, car les sordides révélations, contenues dans les différents rapports, montrent que la main de l’homme est derrière ce naufrage qui n’a pas livré tous ses secrets gardés toujours dans les profondeurs océaniques à cause du non-renflouement de l’épave.

Négligence en série
Conçu pour seulement 550 passagers, le bateau Le Joola en transportait près de 2 000 personnes lors de la dramatique soirée du 26 septembre. Les différents rapports d’enquête technique sur le naufrage ont surtout insisté sur ces travers érigés en règle dans le fonctionnement du bateau en soutenant que le ministre des Transports s’est toujours plaint de l’insécurité récurrente régnant à bord du navire.
Tous les rapports l’attestent : Le Joola était en stabilité précaire au moment du sinistre. Sur le chemin, le navire a dû affronter le mauvais temps fait de fortes pluies et de rafales de vent. Surpris, les passagers se déplacent en masse vers le bâbord. Du coup, le centre de gravité se retrouve hors des limites permises alors que les manœuvres du barreur s’amorcent pour redresser le bateau qui s’est couché sur le flanc bâbord. Il est 23h. Entre Le Joola et la Marine nationale, le dernier contact a eu lieu le 26 septembre à 22h. Avant son chavirement. Même la vacation de minuit n’a pas été assurée. Finalement, tout est allé à vau-l’eau.
Aujourd’hui, les responsables sont peut-être «nébuleux», mais le calvaire des victimes, lui, est bien visible. Tant de cauchemars peuplent leurs écrans. Face à cette horreur ordinaire, les familles des victimes et les survivants n’auront à opposer que leur foi et leur résignation. Ce matin, pétrifiées, elles vont se replonger dans le deuil, le temps sera suspendu au-dessus de leur tête. Sans réveiller les fantômes du Joola qui peuplent la conscience sénégalaise, ce dossier n’a pas dévoilé tous ses secrets.

Lequotidien

PiccMi.Com

Lundi 26 Septembre 2016 - 11:08



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.










TWITTER
SENEGAL | VIDEO - Thierno Madani Tall reçu par le Khalif des Mourides;Cheikh... | PICCMI https://t.co/pZwHZX5tnN https://t.co/17iabZTm9w
SENEGAL | BARTHELEMY DIAS S’EXPLIQUE, CE MARDI: A peine installée en début de... | PICCMI https://t.co/PqwpvrLqp9 https://t.co/0m6JyAU8g7
SENEGAL | HAUT CONSEIL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES: TANOR, LES MAINS LIEES:... | PICCMI https://t.co/VV2cQjULaT https://t.co/wZIfpUWEEU
SENEGAL | MISSIONS DE PAIX DE L’ONU : LE SÉNÉGAL POUR UN RÉAJUSTEMENT DES... | PICCMI https://t.co/XvLaiZPAoG https://t.co/ldK6JzK6UL
SENEGAL | Panne de la chaloupe en pleine mer : GOREE ECHAPPE AU NAUFRAGE -... | PICCMI https://t.co/zLHP61XGsN https://t.co/p0MCryEI5l
SENEGAL | 114ème Gamou de Pire : El Hadj Moustapha Cissé relève les pires tares... | PICCMI https://t.co/7nH27hDgM9 https://t.co/MS9UMT9Fsz
SENEGAL | COMMÉMORATION DU CINQUANTENAIRE DU 1ER FESTIVAL MONDIAL DES ARTS... | PICCMI https://t.co/0jJd7Jvgam https://t.co/LQcWO2wsb9
SENEGAL | LIGUE 1 : LE STADE DE MBOUR BATTU (0-1) À DOMICILE PAR GORÉE: Le... | PICCMI https://t.co/T3em6qhkEf https://t.co/YKWg3zF3PS
SENEGAL | LIGUE 2 : LE DUC PREMIER LEADER: Le Dakar université club (DUC) a... | PICCMI https://t.co/PwvMrdrPEi https://t.co/kro3wWWdsa
SENEGAL | SAHARA OCCIDENTAL : MOHAMMED VI SALUE "LE SOUTIEN INÉBRANLABLE" DE... | PICCMI https://t.co/Gsk6y8uRpW https://t.co/RX7Nzf7CN9