Connectez-vous S'inscrire


Cinquantenaire de la rupture Dia/Senghor : Toujours de bonnes graines dans le Grenier du Patriarche





Cinquantenaire de la rupture Dia/Senghor : Toujours de bonnes graines dans le Grenier du Patriarche
Entre la tragique séquence du 17 décembre 1962 et la seconde aube de l’alternance promise comme temps de la rupture sous Macky Sall, il y a certainement un écart temporel qui postule ce qu’il ne faut plus faire au Sénégal, mais surtout comment désormais gérer politiquement la Nation, en prenant comme une provision d’éthique et de patriotisme dans le sublimant combat du défunt président du Conseil d’alors, Mamadou Dia. Un Comité de lancement du grenier du patriarche, en ce jour anniversaire d’une accusation d’un coup d’Etat, d’ailleurs controversé, imputé par Senghor à son compagnon politique, nous fait revisiter la philosophie politique de Mamadou Dia. Le grand Moado, malgré le poids de l’âge et les séquelles des rigueurs carcérales, s’est inscrit, jusqu’à son dernier souffle, dans la lutte pour la souveraineté politique et économique du Sénégal. 50 ans après, le grenier du président Dia ne s’est pas désempli, en termes d’éthique de bonne gouvernance, de lutte contre la corruption et toutes autres formes de dilapidation de biens publics…

En faisant revisiter, 50 ans a­près, les circonstances de l’arrestation du Président du Conseil, Ma­madou Dia, par son compagnon historique et politique Léo­pold Sédar Senghor, le Comité pour le lancement du grenier du patriarche se soumet à un devoir de mé­moire. Plus qu’un simple devoir de mémoire, ses animateurs procèdent à un droit d’inventaire pour offrir repères et références par rapport au combat sublime de générosité patriotique et de farouche attachement à la souveraineté économique et politique, ayant vertébré la vie et l’œuvre de Mamadou Dia. Le Comité convie les oreilles de la postérité à réécouter un texte du défunt Maodo, «Le Sénégal trahit un marché d’esclaves», évoquant, sur un ton enthousiasmé, la souveraineté nationale (re)conquise. Il célébrait alors «les masses et les cadres, portés par le même élan, animés de la même volonté de se libérer des chaînes de l’impérialisme et du colonialisme, (et qui) luttaient dans un climat d’euphorie. Un sentiment national, profond en chacun d’entre eux, était l’adjuvant qui assurait l’unification des forces politiques, pour un grand dessein national». Mamadou Dia sublimait un Etat «soudé au Peu­ple… jaloux de ses prérogatives» et qui «se souciait de son indépendance économique et financière, garante de toute indépendance politique. De ce fait, il manipulait avec parcimonie le crédit extérieur et intérieur…» Et s’en suit comme une piqûre de rappel aux nouvelles générations : «hier, on dis­posait d’un outil idéologique –le so­cia­lisme concret ou en action, d’un outil technique, la planification dé­mocratique ascendante qui va de la base au sommet – et de structures d’encadrement animatrices et formatrices (animation rurale et coopérative…»

Hélas, c’était sans compter avec le surgissement des forces du mal, leur radicalisation et la mise en branle de leurs plans machiavéliques. Un ex­trait de son livre «Mé­moires d’un mi­litant du tiers mon­de», «originent» les événements tragiques du 17 dé­cem­bre 1962 : «…Toutes les coalitions hostiles à ma politique vont se radicaliser trouvant mille prétextes pour mettre un frein aux progrès réalisés sur la voie du socialisme, de la lutte contre l’inféodation de notre pays aux centres de décisions extérieurs, contre la gabegie, le népotisme, les mœurs politiques rétrogrades, l’obscurantisme et l’exploitation sordide de la foi religieuse. Le temps était venu, pour les adversaires intérieurs et extérieurs de notre politique d’austérité et de rigueur, d’indépendance véritable, d’ouvrir contre mon gouvernement, les hostilités…»

Mamadou Dia a l’âge de Macky Sall

50 ans après, Mamadou Dia, de son «Regard vers le grand large d’un patriarche citoyen du monde et militant de l’universel ré-humanisé», avait refusé, de son vivant, de som­brer dans le pessimisme, en dépit de la situation de l’Afrique minée par les guerres, la corruption, les dictatures. Concernant le Sénégal, il conviait «gou­vernements et gouvernés, religieux et laïcs de toutes les confessions et de toutes les philosophies, citoyennes et citoyens de toutes ethnies et de religions, (à) reconstruire, après quatre décennies de déprédations, de dégradations matérielles et morales, un pays détruit, une économie ravagée, une société atteinte dans ses ressorts les plus intimes». Sa conviction est qu’«il nous faut nécessairement tout repenser, tout reconstruire ; il nous faut du neuf, faire peau neuve. Aucun d’entre nous ne peut et ne doit se sentir exempté de cette tâche colossale, mais combien passionnante dont dépend l’avenir de la Nation».

Cette exigence n’a subi aucune ri­de, aujourd’hui. Elle postule une ré­fle­xion prospective, un moment de bi­­lan critique à une phase historique où l’espoir repose sur une rupture gé­nérationnelle. Sous ce rapport, le dé­funt Mamadou Dia a l’âge de Macky Sall.

Le Quotidien

Lundi 17 Décembre 2012 - 13:11



Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.








TWITTER
PORTRAIT INTERACTIF : Yahya Jammeh, président, guérisseur ou dictateur ? http://t.co/hSMxKPtMT2
PORTRAIT INTERACTIF : Yahya Jammeh, président, guérisseur ou dictateur ?: Les homosexuels ? Des vermines. Le... http://t.co/C4yxTkyStB
Décès de Bertrand Diamacoune Senghor, figure du MFDC: Bertrand Diamacoune Senghor, figure du Mouvement des... http://t.co/68KfLNkrFL
DÉCÈS DE BERTRAND DIAMACOUNE SENGHOR, FIGURE DU MFDC http://t.co/voDmFCTqXe
DÉCÈS DE BERTRAND DIAMACOUNE SENGHOR, FIGURE DU MFDC http://t.co/2onVkfwiKG
Israël, Etat terroriste ? Par Abdoul Aziz Kébé: Le drame que vite le peuple de Gaza et avec lui, par compassion... http://t.co/BkS6Zlddh3
ISRAËL, ETAT TERRORISTE ? PAR ABDOUL AZIZ KÉBÉ http://t.co/HmTkiV6hBy
ISRAËL, ETAT TERRORISTE ? PAR ABDOUL AZIZ KÉBÉ http://t.co/hn7pdiG7Ql
APRÈS LA SCANDALEUSE ALLÉGEANCE D’IMAMS SÉNÉGALAIS AU BOURREAU DU PEUPLE DE GAZA ! JAMRA & MBAÑ GACCE DEMANDENT À... http://t.co/INc6MugdFq
APRÈS LA SCANDALEUSE ALLÉGEANCE D’IMAMS SÉNÉGALAIS AU BOURREAU DU PEUPLE DE GAZA ! JAMRA & MBAÑ GACCE DEMANDENT À... http://t.co/b98snZLjD8