contenu de la page



DEFICIT BUDGETAIRE DE 4,7% DU PIB POUR 2015 : LE FMI JUGE CE CHIFFRE UN PEU TROP AMBITIEUX





DEFICIT BUDGETAIRE DE 4,7% DU PIB POUR 2015 : LE FMI JUGE CE CHIFFRE UN PEU TROP AMBITIEUX
Le Fonds monétaire international (Fmi), dans le rapport de la 8e revue de l’Instrument de soutien à la politique économique du Sénégal (Ispe), a jugé le taux du déficit budgétaire de 4,7% du Produit intérieur brut (Pib) pour 2015 légèrement moins ambitieux que prévu initialement.

Dans le rapport de la 8e revue de l’Instrument de soutien à la politique économique du Sénégal (Pse), publiée, avant-hier, le Fonds monétaire international (Fmi) a examiné la politique budgétaire pour 2015 et à moyen terme. En effet, rappelant que les autorités sénégalaises ont présenté à l’Assemblée nationale un projet de loi de finances 2015 qui prévoit un déficit budgétaire de 4,7% du Produit intérieur brut (Pib), reflétant une consolidation budgétaire de 0,5% du Pib, le Fmi est d’avis que ce chiffre est légèrement moins ambitieux que prévu initialement. Car les autorités ont l’intention d’augmenter rapidement l’investissement consacré aux projets du Pse.

«En ce qui concerne les recettes, il est supposé que l’accélération de la croissance du Pib élargira la base d’imposition, ce qui permettra de collecter des recettes supplémentaires», note le rapport qui précise, en outre, que «l’application du nouveau Code des impôts devrait porter pleinement ses fruits. Par ailleurs, les autorités ont l’intention de recouvrer des montants considérables d’impôts impayés des années précédentes, de renforcer les administrations de l’impôt et des douanes, et de rationaliser l’imposition du secteur financier et des télécommunications».

Pour ce qui est des dépenses, le document de noter que «la loi de finances inclut des dépenses équivalentes à 2,1 % du Pib pour 27 projets essentiels du Pse. Pour financer l’investissement lié au Pse, les autorités prennent des mesures qui représentent 1,5% du Pib et ont intention d’emprunter à hauteur de 0,6% du Pib, si nécessaire. Afin de dégager des ressources supplémentaires pour cet investissement, les autorités ont décidé aussi de maintenir la consommation publique constante en valeur réelle, notamment en gelant la masse salariale pour tous les agents qui ne font pas partie du personnel de terrain, et de réorienter les investissements moins prioritaires vers des projets du Pse».

Le Fm souscrit «pleinement aux priorités du Pse», mais…

Les services du Fmi, dans le document, «souscrivent pleinement aux priorités du Pse», mais ils ont «recommandé une augmentation moins ambitieuse de l’investissement public en 2015, qui permettrait de réduire le déficit à 4% du Pib». Le Fmi a, également, engagé les autorités à maintenir l’assainissement des finances publiques prévu initialement dans l’accord Ispe, jusqu’à ce qu’il soit fermement établi que les dividendes de croissance des réformes du Pse se matérialisent. «Si le déficit était plus élevé sans que la croissance soit plus vigoureuse, la vulnérabilité des finances publiques et de la dette augmenterait. Par ailleurs, la capacité d’absorption reste faible au Sénégal, et il est possible que des investissements supplémentaires ne soient pas utilisés de manière efficiente», note le rapport.

Indiquant que les autorités ont répondu qu’elles feraient preuve de prudence en ce qui concerne l’augmentation de l’investissement public et mettraient en place une réserve de précaution, le Fmi estime que «pour 2015, cette réserve de précaution prévoit de geler les crédits affectés à des projets qui ne sont pas accompagnés d’une étude de faisabilité». Et dans le projet de loi de finances 2015, «les autorités ont inclus 10 projets d’investissement du Pse pour un montant de 52 milliards de francs Cfa (0,7% du Pib) qui seraient placés dans la réserve. Le ministère des Finances débloquera des financements pour ces projets uniquement après que les ministères dépensiers auront achevé des études de faisabilité acceptables». Selon les autorités, renseigne le document, «cette mesure constituerait un garde-fou précieux contre une augmentation trop rapide des dépenses d’investissement public. Une version plus détaillée de la réserve de précaution sera mise en place à compter de la loi de finances 2016».

Le Fmi encourage des mesures supplémentaires en matière budgétaire

Par ailleurs, les autorités sénégalaises, selon le rapport, se disent préoccupées par le risque d’une perte de recettes liée à l’épidémie Ebola dans la région. En effet, elles estiment que l’impact global de l’épidémie sur le déficit budgétaire en 2015 pourrait atteindre environ 0,3% du Pib, principalement sous la forme d’une perte de recettes tirées du tourisme. Et, d’après le Fmi, «l’impact, notamment sur les dépenses publiques, pourrait être plus marqué si l’épidémie n’est pas contenue. Les autorités ont l’intention de tenir compte de l’impact de l’épidémie d’Ebola sur les finances publiques dans une loi de finances supplémentaire plus tard en 2015, lorsque la situation sera plus claire». Aussi, le Fmi a convenu qu’il faut tenir compte d’un choc budgétaire lié à l’épidémie d’Ebola.

Cependant, étant donnés les risques entourant les perspectives budgétaires pour 2015, l’institution de Brettons Woods a encouragé les autorités à envisager des mesures supplémentaires. Par ailleurs, pour préserver la viabilité des finances publiques à long terme, les autorités envisagent d’ancrer la politique budgétaire sur une trajectoire d’endettement compatible avec la viabilité de la dette. En particulier, le Fmi note avec satisfaction que «les autorités ont décidé de maintenir le ratio dette/Pib au-dessous de 52%, soit en deçà du critère de convergence de l’Uemoa (70%).

Les recommandations du Fmi

Indiquant que «ce niveau cadre avec l’intention déclarée par les autorités dans le Pse de faire financer les nouveaux investissements par des baisses correspondantes de la consommation publique ou des recettes supplémentaires, sans contracter de nouvelles dettes», le Fonds monétaire international recommande que les autorités annoncent cette trajectoire de la dette dans la loi de finances, en s’engageant, en cas d’écart, à inclure dans la loi de finances suivante une liste de mesures visant à ramener la dette sur la trajectoire originale dans les quatre années qui suivent. «Le ministre des Finances serait aussi tenu d’expliquer les raisons de cet écart initial à l’Assemblée nationale. Dans le courant de 2015, ces dispositions pourraient être consacrées par la loi. Les autorités ont souscrit dans l’ensemble à ces recommandations», explique le Fmi dans son rapport.

Pour accroître l’efficacité des réformes essentielles du Pse, les services du Fmi proposent que «les autorités fassent en sorte qu’un haut fonctionnaire soit personnellement responsable de chacune d’entre elles. A cet effet, une équipe chargée de diriger l’effort de réforme pourrait être mise en place au sein du ministère des Finances. Elle serait composée de fonctionnaires qui, en plus de leurs fonctions normales, seraient chargés du suivi de l’exécution des réformes». Et «cette équipe établirait des calendriers assortis de jalons pour chaque réforme et, en cas de dérapage, recommanderait des mesures correctives. L’équipe pourrait aussi être chargée de trouver des pays comparables avec lesquels un programme actif de collaboration pourrait être établi».

Aussi «des praticiens ayant l’expérience des réformes partageraient leur expérience et fourniraient des conseils sur la meilleure manière d’approcher les réformes au Sénégal. Ces propositions seraient ensuite transmises au ministre des Finances qui chercherait à obtenir l’approbation du gouvernement», fait savoir le Fmi qui soutient que «les autorités commencent à suivre cette voie dans le cadre de leur réflexion sur les meilleurs moyens d’obtenir l’appui du Fmi et des autres partenaires de développement au Pse».

Le Populaire

PiccMi.Com

Samedi 17 Janvier 2015 - 13:08



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.










TWITTER
SENEGAL | VIDEO - Thierno Madani Tall reçu par le Khalif des Mourides;Cheikh... | PICCMI https://t.co/pZwHZX5tnN https://t.co/17iabZTm9w
SENEGAL | BARTHELEMY DIAS S’EXPLIQUE, CE MARDI: A peine installée en début de... | PICCMI https://t.co/PqwpvrLqp9 https://t.co/0m6JyAU8g7
SENEGAL | HAUT CONSEIL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES: TANOR, LES MAINS LIEES:... | PICCMI https://t.co/VV2cQjULaT https://t.co/wZIfpUWEEU
SENEGAL | MISSIONS DE PAIX DE L’ONU : LE SÉNÉGAL POUR UN RÉAJUSTEMENT DES... | PICCMI https://t.co/XvLaiZPAoG https://t.co/ldK6JzK6UL
SENEGAL | Panne de la chaloupe en pleine mer : GOREE ECHAPPE AU NAUFRAGE -... | PICCMI https://t.co/zLHP61XGsN https://t.co/p0MCryEI5l
SENEGAL | 114ème Gamou de Pire : El Hadj Moustapha Cissé relève les pires tares... | PICCMI https://t.co/7nH27hDgM9 https://t.co/MS9UMT9Fsz
SENEGAL | COMMÉMORATION DU CINQUANTENAIRE DU 1ER FESTIVAL MONDIAL DES ARTS... | PICCMI https://t.co/0jJd7Jvgam https://t.co/LQcWO2wsb9
SENEGAL | LIGUE 1 : LE STADE DE MBOUR BATTU (0-1) À DOMICILE PAR GORÉE: Le... | PICCMI https://t.co/T3em6qhkEf https://t.co/YKWg3zF3PS
SENEGAL | LIGUE 2 : LE DUC PREMIER LEADER: Le Dakar université club (DUC) a... | PICCMI https://t.co/PwvMrdrPEi https://t.co/kro3wWWdsa
SENEGAL | SAHARA OCCIDENTAL : MOHAMMED VI SALUE "LE SOUTIEN INÉBRANLABLE" DE... | PICCMI https://t.co/Gsk6y8uRpW https://t.co/RX7Nzf7CN9