contenu de la page



DOSETTES DE 100FCFA, CANETTES DE BIERE, ALCOOL… :Les adolescents à l’école de « Bacchus »



Dosettes à 100 F Cfa, canettes de bière, gin, etc. Autant ils maîtrisent les matières qu’ils apprennent à l’école, autant ils sont doués quand il s’agit de lister les différentes boissons alcoolisées. Au Sénégal, la réalité saute aux yeux, les mineurs boivent comme des grands, à l’insu de leurs parents et au nez et à la barbe des policiers. Dans les bars, les mini-shops ou parfois les selects, les étudiants et élèves s’en donnent à cœur joie et les mineurs raflent la palme en usant de subterfuges inimaginables pour se saouler. Reportage.



DOSETTES DE 100FCFA, CANETTES DE BIERE, ALCOOL… :Les adolescents à l’école de « Bacchus »
À Dakar, c’est presque devenu une mode chez les mineurs. « On est in quand on prend de l’alcool de nos jours ; les filles vous suivent, les garçons vous imitent et on a beaucoup de copains partout…pour se saouler », renseigne une jeune fille interpellée sur le sujet. A.S, 17 ans, est élève en classe de 4e dans un collège du populeux quartier de Grand Yoff. Taille fine, teint clair, elle mange tranquillement son sandwich près du restaurant contigu à son école.

Très open et sans complexe, elle nous invite à prendre place près d’elle, en attendant qu’elle finisse d’avaler son sandwich. Dix minutes plus tard, son sac en bandoulière, la jeune fille nous fait signe d’attendre et se dirige vers ses camarades. Après quelques minutes, elle revient et nous invite à la suivre. Accompagnée de ses camarades de classe (quatre garçons et trois filles), elle se dirige vers le terrain de football près de chez l’une de ses copines qui, elle aussi, a 17 ans. Amy se dit majeure : « j’aurai 18 ans dans deux semaines, donc je pourrai acheter tout ce que je veux sans que l’on me demande ma carte d’identité », argumente-t-elle. « Chez moi ce n’est pas un problème ; mon père boit et ma mère aussi ; c’est normal dans ma famille. En plus, mes parents ont une éducation européenne », renchérit-elle.

Sur la route menant chez sa copine, le groupe observe un premier arrêt chez le boutiquier, histoire de se ravitailler en cigarettes et boissons sucrées. Le deuxième arrêt se fera en catimini. Deux garçons se retirent du groupe et se dirigent vers un mini-shop, non loin de l’école. « Comme d’habitude grand ! », lance un des jeunes au vendeur. En lieu et place de bouteilles et canettes de bière qui sont habituellement vendues, ce sont plutôt des sachets qui sont remis aux jeunes. « Des dosettes d’alcool échangées à 100 F continuent de circuler, mais il faut le faire au marché noir ; si le vendeur ne te fait pas confiance, il ne te vend pas », confie l’un des garçons.

Interrogé, Pascal N., le vendeur donne sa langue au chat et explique qu’il ne veut pas trop se prononcer sur le sujet, mais indique que ce sont les jeunes qui commandent toujours. « Je ne vends pas d’alcool aux mineurs », précise-t-il. Pour les dosettes, interdit d’en parler. Seulement, le vendeur devient plus bavard quand on lui demande si les élèves fréquentent régulièrement sa boutique. « Le matin, il y a des jeunes du quartier qui achètent, mais les élèves sont très nombreux dans ma boutique aux alentours de 10h », poursuit-il. « Surtout en cette fin d’année scolaire, ils programment d’aller à la plage avant les vacances et c’est de grosses commandes qu’ils font ». Heineken, le Vieux, gin, Bronxon… sont emportés par le groupe de A.S.

Une fois sur le terrain vague, les jeunes révèlent qu’ils ont l’habitude d’acheter les dosettes à 100 francs, mais préfèrent les canettes. « L’alcool, ça me rend léger et j’oublie les problèmes. Je bois en cachette quand je suis à l’école, parce que je suis mineure et je ne veux pas que mes parents le sachent », confie A.S. Sa copine Amy, plus décontractée, affirme qu’elle a touché à l’alcool à l’âge de 14 ans et que ce n’est pas l’école qui va l’empêcher de boire avec modération. Pour l’âge, il n’y a pas de problème pour Amy. « Une fois, j’ai même usé de mes charmes pour acheter de l’alcool dans un select. Le gars n’avait pas le temps de me demander ma carte d’identité ; ses yeux étaient ailleurs », révèle-t-elle en rigolant. « J’envoie souvent des grandes personnes, mais il y a des vendeurs qui ne contrôlent pas. Ce qui les intéresse, c’est comment écouler la marchandise », poursuit-elle.

Le select trop voyant pour les élèves, les bars…une tendance à prendre en compte

Autre lieu, autre réalité. Au lycée Thierno Seydou Nourou Tall, c’est l’heure de la pause et chacun vaque à ses occupations. Derrière l’école se trouve un restaurant-bar ; le gérant n’étant pas sur les lieux, la vendeuse refuse de répondre à nos questions. Non loin du bar, une boutique spécialisée dans les ventes d’alcool reçoit fréquemment des élèves, des étudiants et aussi des mineurs. « Ici, c’est le coin des branchés. Je reçois toutes les couches sociales. Le prix de l’ivresse varie selon votre bourse », avance, taquin, le vendeur.

Très accueillant, l’homme se rassure que nous ne détenions pas des enregistreurs avant de répondre à nos questions. « Je suis très sollicité par les mineurs et en toute franchise, je refuse de vendre parce qu’on ne sait jamais. La police peut bien envoyer un mineur pour voir ma réaction ». Sa phrase terminée, un garçon mince et élancé entre dans la boutique et commande deux bouteilles de bière. L’homme ouvre son sac et y met les deux bouteilles. Interpellé, M.T explique qu’il va à la plage avec ses copains. « Nous ne sommes pas des soulards mais nous voulons juste faire la fête. Nous voulons oublier les cours un peu ».

Agé de 20 ans, M.C est étudiant à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar et il boit depuis l’âge de 18 ans. Se dirigeant vers ses amis, il explique :« j’ai commencé à boire il y a deux ans ; c’est vrai que c’est un peu tôt, mais il y a un de mes amis qui fume et qui boit alors qu’il n’a pas 18 ans ». Il pointe du doigt un groupe et hèle le mineur en question, qui est loin de l’être physiquement. « En me voyant, tu ne va pas me demander ma carte d’identité ? Les gens vont se dire que je suis majeur alors que ce n’est pas le cas », déclare le garçon bourré de muscles.

Et pourquoi les étudiants et élèves ne fréquentent plus les sélects dans les stations ? Il confie : « dans les stations, tu es trop exposé, les gens te dévisagent et d’autres tenteront même de te reconnaître ; je préfère boire avec les amis ou aller dans un bar de la place avec des copains ». Non loin de là, Fabienne, 17 ans, accompagnée de sa copine Nicole, 18 ans, discute tranquillement avec elle, canette de bière en main.

« C’est la pause, un petit coup avant de reprendre les cours. Ça ne me gène pas ! », balance Fabienne qui se garde de nous donner le nom de son école.
Sa copine Nicole, plus posée, balance : « l’alcool et les mineurs, ce n’est plus un tabou à Dakar. Nous savons très bien que ce n’est pas bon pour la santé, mais tu te libères de ce monde en prenant de l’alcool ». Vivant dans une société très exigeante, ces jeunes filles ne s’exposent pas tout le temps et préfèrent de temps en temps prendre un verre dans un bar… « Une fois maquillée, toi-même tu ne vas plus me regarder comme une adolescente », dit-elle.

Samba THIAM

avec lasquotidien.info


Vendredi 17 Juin 2011 - 11:16



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.










TWITTER
SENEGAL | VIDEO - Thierno Madani Tall reçu par le Khalif des Mourides;Cheikh... | PICCMI https://t.co/pZwHZX5tnN https://t.co/17iabZTm9w
SENEGAL | BARTHELEMY DIAS S’EXPLIQUE, CE MARDI: A peine installée en début de... | PICCMI https://t.co/PqwpvrLqp9 https://t.co/0m6JyAU8g7
SENEGAL | HAUT CONSEIL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES: TANOR, LES MAINS LIEES:... | PICCMI https://t.co/VV2cQjULaT https://t.co/wZIfpUWEEU
SENEGAL | MISSIONS DE PAIX DE L’ONU : LE SÉNÉGAL POUR UN RÉAJUSTEMENT DES... | PICCMI https://t.co/XvLaiZPAoG https://t.co/ldK6JzK6UL
SENEGAL | Panne de la chaloupe en pleine mer : GOREE ECHAPPE AU NAUFRAGE -... | PICCMI https://t.co/zLHP61XGsN https://t.co/p0MCryEI5l
SENEGAL | 114ème Gamou de Pire : El Hadj Moustapha Cissé relève les pires tares... | PICCMI https://t.co/7nH27hDgM9 https://t.co/MS9UMT9Fsz
SENEGAL | COMMÉMORATION DU CINQUANTENAIRE DU 1ER FESTIVAL MONDIAL DES ARTS... | PICCMI https://t.co/0jJd7Jvgam https://t.co/LQcWO2wsb9
SENEGAL | LIGUE 1 : LE STADE DE MBOUR BATTU (0-1) À DOMICILE PAR GORÉE: Le... | PICCMI https://t.co/T3em6qhkEf https://t.co/YKWg3zF3PS
SENEGAL | LIGUE 2 : LE DUC PREMIER LEADER: Le Dakar université club (DUC) a... | PICCMI https://t.co/PwvMrdrPEi https://t.co/kro3wWWdsa
SENEGAL | SAHARA OCCIDENTAL : MOHAMMED VI SALUE "LE SOUTIEN INÉBRANLABLE" DE... | PICCMI https://t.co/Gsk6y8uRpW https://t.co/RX7Nzf7CN9