contenu de la page



Dossier-Mort subite: Attention, la grande faucheuse est à nos portes !





Dossier-Mort subite: Attention, la grande faucheuse est à nos portes !
Depuis quelques temps des personnalités publiques ont succombé suite à des malaises. Des morts subites dues la plupart du temps à des crises cardiaques. Ce qui impose une alerte par rapport à la prévention. Surtout que ces personnes rappelées à Dieu sont la face visible de l’iceberg.

Alioune Diéne, 57 ans, commissaire divisionnaire, ne savait pas qu’il avait un rendez-vous avec la grande fâcheuse le 17 janvier dernier en se rendant à la randonnée pédestre organisée par des retraités de la Police. Crayonné grand sportif, Il succombera à la suite d’un malaise en pleine marche sportive. Il avait été nommé Commissaire central de Dakar il y a trois mois en remplacement du Commissaire Abdoulaye Diop actuel Directeur de la sécurité publique (Dsp). Il a été inhumé le lendemain à Touba.
Comme si le destin s’acharnait sur les hommes de tenue, l’inspecteur Ousmane Faye, 58 ans, connaitra le même sort. Tombé au cours de son discours d’ouverture, devant les officiels dont le ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Me Sidiki Kaba, il est finalement décédé à la suite de son malaise ce 5 janvier. M. Faye s’était effondré lors de la cérémonie de passation de service entre le Colonel Daouda Diop, Directeur de l’administration pénitentiaire (Dap) et son prédécesseur, le magistrat Cheikh Tidiane Diallo.

Les artistes endeuillés
Le 1e décembre dernier Amadou Hamadi Konté, conseiller particulier de son cousin de Président Macky Sall, tirait sa révérence des suites d’un malaise. C’est au lendemain de son déménagement pour les besoins de la rénovation de la maison, à la Cité Biagui, qu’il a succombé. Il a été inhumé dans son village natal à Sadel à Matam.
Sidya Djiba, DG de l’Anrac, a eu un malaise en pleine séance de travail, dans son bureau en octobre dernier. Evacué à l’hôpital de la Paix de Ziguinchor, il succombera quelques temps plus tard de suite d’un malaise cardiaque. Ses accompagnateurs affirment qu’il a tenté de résister un moment avant de céder.
Sa naissance au ciel en juillet dernier a sonné comme une foudre dans l’univers du mouvement hip-hop sénégalais. Cheikh Sidaty Fall alias Pacotille venait d’être emporté par un malaise cardiaque. A 35 ans, le jeune et talentueux rappeur aux tic-tic (chaussures en plastique) n’a pas pu être réanimé par les médecins d’une clinique de la place où il fut conduit après l’attaque. Il fut enterré à Yeumbeul, en banlieue dakaroise.
C’est 24 heures après avoir accompagné à sa dernière demeure son ami Vieux Sing Faye que Doudou Ndiaye Coumba Rose rendait l’âme de suite d’un malaise. Selon les témoignages, le célèbre percussionniste avait rejoint sa dernière demeure le matin après avoir pris son petit déjeuner. D’autres qui l’avaient croisé à la mosquée lors de la prière matinale n’en revenait pas quand ils ont appris la nouvelle. L’illustre ambassadeur de la culture sénégalaise, magnifié par l’Unesco, repose désormais au cimetière musulman de Yoff.
En octobre dernier Moussa Ngom, artiste Musicien, venait de quitter ce bas monde à la suite d’un malaise. S’il a eu quelques signes de faiblesses le matin, cela ne lui avait empêché d’assurer une prestation au Just for U où il a tenu à jouer la première partie de la soirée du musicien Omar Pène. Rentré à la maison après la prestation, il piquera une crise qui l’emportera quelques heures plus tard à l’hôpital Le Dantec où il a été admis. Le monde du sport n’a pas non plus été épargné par les morts subites. La famille du football U23 est endeuillée le 20 août 2015 avec le décès de Mamadou Saliou Ndiaye. Alors qu’il était en regroupement au Centre de Toubab Dialaw, l’ancien pensionnaire de Yeggo et de Suneor a rendu l’âme des suites d’un malaise. Il a été inhumé à Ziguinchor.

Des chiffres inquiétants
Selon l’Institut nationale de la recherche médicale (ISERM) en France environ 50.000 personnes décèdent prématurément d’un arrêt cardiaque. Soit environ un arrêt cardiaque toutes les 10 minutes. L’institut informe que seuls 5 à 7 % des victimes d’arrêt cardiaque survivent. Une étude d’Inserm, AP-HP, Université Paris Descartes publiée dans Annals of Internal Medicine montre que «plus de la moitié des patients qui meurent subitement auraient des signes avant-coureurs, ce qui laisserait largement le temps d’intervenir.»
En l’absence de statistiques au Sénégal, il est difficile de savoir le nombre de décès de suite d’une crise cardiaque dans le territoire national.
D’ailleurs, il n’est pas rare de voir ces rappels à Dieu subites être associés à des problèmes mystiques ou de sorcellerie dans notre pays.



Pr Alassane Mbaye, cardiologue : «La prévention constitue le moyen le plus efficace pour traiter la mort subite»

C'est quoi la mort subite ?

La mort subite est définie comme étant une mort d’origine cardiaque survenant dans l’heure après l’apparition des premiers symptômes. Son incidence est variable et mal connue mais estimée à près de 103,2 cas par 100 000 habitants aux USA.

Quelles sont les principales causes de mort subite ?

De façon schématique, on peut distinguer comme causes les plus fréquentes:
- la crise cardiaque ou infarctus du myocarde (lorsque les artères du cœur sont bouchées),
- les ruptures (dissection de l’aorte) ou obstruction (embolie pulmonaire) de grosses artères naissant du cœur,
- des anomalies cardiaques structurelles ou fonctionnelles (maladies génétiques)
Dans tous les cas, le mécanisme de survenue de la mort subite est le plus souvent un trouble du rythme cardiaque (un cœur qui s’accélère trop et inefficacement).

Quels sont les signes avant coureurs ?

Il s’agit généralement de survenue brutale. Cependant, des symptômes tels qu’une syncope (perte de connaissance brève), des vertiges, une lipothymie (malaise sans perte de connaissance totale), une douleur thoracique brutale et intense, des palpitations peuvent parfois précéder la mort subite.

Y a t-il un moyen de la prévenir ?

La prévention constitue le moyen le plus efficace du traitement de la mort subite. Cette prévention passe par un dépistage et une identification des sujets à risque afin de leur appliquer les mesures adéquates pour minimiser leur risque.
Les sujets ayant des antécédents personnels de mort subite récupérée ou familiaux chez un parent de premier degré ou ayant une cardiopathie structurelle évoluée ou encore une anomalie cardiaque fonctionnelle sont plus à risque.
Donc schématiquement, il faut lutter contre les maladies cardio-vasculaires (prévention primaire) par la lutte contre leurs facteurs de risque de survenue comme l’hypertension artérielle, l’obésité, l’excès de cholestérol, le diabète, la sédentarité, le tabagisme... etc.
Ensuite, il faut prendre en charge correctement les cardiopathies avérées pour ralentir leur évolution et éviter des complications telles que la mort subite.
A l’échelle individuelle, ces moyens peuvent être médicamenteux ou instrumentaux (pacemaker cardiaque, défibrillateur automatique implantable).
A l’échelle de la population générale, il faut apprendre à tous les citoyens les premiers gestes simples de réanimation d’un arrêt cardiaque (massage cardiaque, ventilation), avoir des services de secours d’urgence médicale comme le SAMU disponible sur un numéro d’appel gratuit, mais également avoir des défibrillateurs semi-automatiques dans les lieux publics pouvant rassembler un nombre important de personnes (stades, amphithéâtres, supermarchés, salles de spectacle…etc.).

Quelles sont les chances de survie ?

Elles sont extrêmement minces. Même dans les pays très avancés en matière de santé, la survie après un arrêt cardiaque extrahospitalier est faible, aux alentours de 5%.

Quelles recommandations faites vous ?
Il faut renforcer la sensibilisation et la lutte contre les maladies cardio-vasculaires, dépister et prendre en charge de façon adéquate les sujets à risque de mort subite. Il faut aussi améliorer les moyens de traitement et de prévention des maladies en cause .

Hamad Ndiaye

PiccMi.Com

Lundi 25 Janvier 2016 - 08:29



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.










TWITTER
SENEGAL | VIDEO - Thierno Madani Tall reçu par le Khalif des Mourides;Cheikh... | PICCMI https://t.co/pZwHZX5tnN https://t.co/17iabZTm9w
SENEGAL | BARTHELEMY DIAS S’EXPLIQUE, CE MARDI: A peine installée en début de... | PICCMI https://t.co/PqwpvrLqp9 https://t.co/0m6JyAU8g7
SENEGAL | HAUT CONSEIL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES: TANOR, LES MAINS LIEES:... | PICCMI https://t.co/VV2cQjULaT https://t.co/wZIfpUWEEU
SENEGAL | MISSIONS DE PAIX DE L’ONU : LE SÉNÉGAL POUR UN RÉAJUSTEMENT DES... | PICCMI https://t.co/XvLaiZPAoG https://t.co/ldK6JzK6UL
SENEGAL | Panne de la chaloupe en pleine mer : GOREE ECHAPPE AU NAUFRAGE -... | PICCMI https://t.co/zLHP61XGsN https://t.co/p0MCryEI5l
SENEGAL | 114ème Gamou de Pire : El Hadj Moustapha Cissé relève les pires tares... | PICCMI https://t.co/7nH27hDgM9 https://t.co/MS9UMT9Fsz
SENEGAL | COMMÉMORATION DU CINQUANTENAIRE DU 1ER FESTIVAL MONDIAL DES ARTS... | PICCMI https://t.co/0jJd7Jvgam https://t.co/LQcWO2wsb9
SENEGAL | LIGUE 1 : LE STADE DE MBOUR BATTU (0-1) À DOMICILE PAR GORÉE: Le... | PICCMI https://t.co/T3em6qhkEf https://t.co/YKWg3zF3PS
SENEGAL | LIGUE 2 : LE DUC PREMIER LEADER: Le Dakar université club (DUC) a... | PICCMI https://t.co/PwvMrdrPEi https://t.co/kro3wWWdsa
SENEGAL | SAHARA OCCIDENTAL : MOHAMMED VI SALUE "LE SOUTIEN INÉBRANLABLE" DE... | PICCMI https://t.co/Gsk6y8uRpW https://t.co/RX7Nzf7CN9