contenu de la page



Energie, Alimentation : Des subventions mal ciblées





Energie, Alimentation : Des subventions mal ciblées
La Banque mondiale s’est longuement appesantie sur l’inefficacité des subventions accordées au secteur de l’énergie, qui ne profitent pas aux pauvres. Selon elle, l’augmentation des salaires de la Fonction publique posera un problème sérieux dans les années à venir.
Le Sénégal est un pays très dépensier. Lors de la décennie écoulée, les dépenses du gouvernement hors dette se sont considérablement ac­crues allant de 700 millions à 3,5 milliards de dollars entre 2000 et 2010. A raison de 500 francs Cfa pour un dollar, cela représente res­pectivement 366,5 milliards de francs Cfa, et 1750 000 milliards de francs Cfa. La Banque mondiale, qui a présenté hier, le rapport sur la revue des finances publiques, a planché en compagnie de plusieurs res­ponsables gouvernementaux et des représentants de la société sur les tendances macro-économiques des dépenses pu­bliques.

Pauvres hors subventions

Au-delà des errements budgétaires, l’efficacité et l’équité des subventions accordées surtout au secteur de l’énergie ont été aussi remises en cause. Elles ont dépassé 7% du Pib cumulativement sur la période 2005-2011. «Ces subventions ne sont pas orientées vers les pauvres. Sur la base d’enquêtes sur les ménages, il a été estimé que près de 15% seulement des subventions vont vers les pauvres, au Sénégal, qui représentent la moitié de la population. La grande majorité des pauvres n’ont même pas accès à l’électricité pendant que près de 60% des subventions sont captés par les 20 % les plus riches», s’est offusquée Miria Pigato, Direc­trice pour l’Afrique de l’Ouest du département de gestion économique et de réduction de la pauvreté de la Banque mondiale. Amadou Kane, ministre de l’Economie et des Fi­nan­ces, a rappelé aussi que la Senelec a déjà bénéficié d’une subvention de 105 milliards F Cfa.

Autre iniquité à corriger : L’analyse spatiale de la dépense publique con­firme la concentration de la dépense publique dans la région de Dakar.

Selon la Banque mondiale, la plupart des dépenses du Sénégal sont liées aux éléments incompressibles même si la croissance des dépenses publiques reste saine. Elle rappelle que depuis le milieu des années 1990, les gouvernements successifs ont considérablement réduit les «dépenses obligatoires» du budget comme les salaires, les pensions de retraite. Cette baisse a provoqué la croissance des «dépenses discrétionnaires» dont la conséquence reste aussi la réduction des dépenses salariales qui représentaient en 1996 90% des recettes intérieures se situent présentement sous la barre de 32 % même si elles restent encore en-deçà du seuil de l’Uemoa fixé à 35%. Malgré tous ces efforts, le rapport prévient que le Sénégal fera face à des défis dans les années à venir pour maîtriser sa masse salariale. «Les salaires de base ont augmenté à un rythme modéré mais constant. A l’avenir, les aspirations d’une hausse des salaires seront difficiles à contenir. De plus, la gestion du personnel et de la masse salariale n’a pas bien évolué concomitamment avec la croissance de la fonction publique», décrypte la Banque mondiale.

Soutenabilité de la dette

Par ailleurs, l’Institution de Bretton Woods avance que le Séné­gal dispose de marges limitées d’endettement sans exposer les finances publiques à des risques excessifs. Au regard du faible niveau actuel de la dette et de l’engagement de l’Etat à procéder à un endettement externe prudent dans le long terme, le risque de surendettement au Sénégal restera faible au cours des 20 prochaines années comme l’explique la dernière analyse de durabilité de la dette conjointement menée par le Fmi et la Banque mondiale. Dans leur grille d’analyse, ils ont pris en compte le scénario de base qui a intégré l’emprunt unique de 500 millions de dollars en 2011 au niveau des marchés de capitaux internationaux pour financer de nouveaux projets infrastructurels pour dire que tous les indicatifs du poids de la dette sont en-deçà des seuils indiqués.
Aujourd’hui, les risques liés à la soutenabilité des dépenses sont réels «bien que la décennie ait été marquée au plan macroéconomique par des dynamiques favorables aux recettes et à la hausse des dépenses, la tendance n’a pas été tout à fait ininterrompue». Car, le Sénégal maîtrise sa situation macroéconomique même s’il a connu une période de performance fiscale inhabituellement faible. Les dérapages budgétaires de 2008 et l’accumulation à hauteur de 225 milliards francs Cfa de factures im­pa­yées ont aggravé la situation.

Le Quotidien

Jeudi 14 Juin 2012 - 13:48



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.










TWITTER
SENEGAL | VIDEO - Thierno Madani Tall reçu par le Khalif des Mourides;Cheikh... | PICCMI https://t.co/pZwHZX5tnN https://t.co/17iabZTm9w
SENEGAL | BARTHELEMY DIAS S’EXPLIQUE, CE MARDI: A peine installée en début de... | PICCMI https://t.co/PqwpvrLqp9 https://t.co/0m6JyAU8g7
SENEGAL | HAUT CONSEIL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES: TANOR, LES MAINS LIEES:... | PICCMI https://t.co/VV2cQjULaT https://t.co/wZIfpUWEEU
SENEGAL | MISSIONS DE PAIX DE L’ONU : LE SÉNÉGAL POUR UN RÉAJUSTEMENT DES... | PICCMI https://t.co/XvLaiZPAoG https://t.co/ldK6JzK6UL
SENEGAL | Panne de la chaloupe en pleine mer : GOREE ECHAPPE AU NAUFRAGE -... | PICCMI https://t.co/zLHP61XGsN https://t.co/p0MCryEI5l
SENEGAL | 114ème Gamou de Pire : El Hadj Moustapha Cissé relève les pires tares... | PICCMI https://t.co/7nH27hDgM9 https://t.co/MS9UMT9Fsz
SENEGAL | COMMÉMORATION DU CINQUANTENAIRE DU 1ER FESTIVAL MONDIAL DES ARTS... | PICCMI https://t.co/0jJd7Jvgam https://t.co/LQcWO2wsb9
SENEGAL | LIGUE 1 : LE STADE DE MBOUR BATTU (0-1) À DOMICILE PAR GORÉE: Le... | PICCMI https://t.co/T3em6qhkEf https://t.co/YKWg3zF3PS
SENEGAL | LIGUE 2 : LE DUC PREMIER LEADER: Le Dakar université club (DUC) a... | PICCMI https://t.co/PwvMrdrPEi https://t.co/kro3wWWdsa
SENEGAL | SAHARA OCCIDENTAL : MOHAMMED VI SALUE "LE SOUTIEN INÉBRANLABLE" DE... | PICCMI https://t.co/Gsk6y8uRpW https://t.co/RX7Nzf7CN9