contenu de la page



FATICK-KAOLACK Le tronçon de tous les dangers



A peu prés 42 km, entre Fatick et Kaolack, les automobilistes utilisent toutes leurs forces sur cet axe pour éviter un accident qui pourrait entrainer des morts d’hommes. Il est 14 heures sur la nationale 1. En pleine route, les automobilistes font des zigzags pour se rendre à Tambacounda ou aller ailleurs. On se croirait à un jeu de manège. En cause, l’état de la route qui fait défaut.



FATICK-KAOLACK Le tronçon de tous les dangers
Sur la route des canions renversés par-ci des canions tordus par-là. Et, voila un camion citerne rempli d’essence à terre, avec à coté une autre citerne de la même compagnie lui vient au secours en plus d’une voiture des sapeurs pompiers. Pour dire que cet axe Fatick Kaolack ne fait pas de cadeau même aux as du volant qui l’empruntent quotidiennement lourdement chargés de bagages. Ainsi pour frôler le pire, les transporteurs sont obligés de laisser la route goudronnée pour prendre la route sablonneuse. Une route qui, selon les spéculations, a englouti beaucoup de milliards de francs. Milliards que les riverains rencontrés sur le chemin disent ne pas avoir senti l’existence. Pour cette femme trouvée à l’entrée de Kaolack, avec des tissus à la main « nous préférions l’ancienne voie qui était moins cabossée. Car, au moins on savait de quoi s’en tenir. Maintenant tout le monde parle des milliards de francs investis sur cet axe, alors que nous aurions préférer que ces milliards rentrent dans nos maisons pour compléter les dépenses quotidiennes. ».

Même son de cloche pour Fily Samoura, président du groupement des taximans de Tambacounda, selon lui, « cet axe est une catastrophe, c’est l’insécurité totale. Tout peut arriver, car nous transporteurs on utilise toutes nos forces et celle de la voiture pour éviter le mieux que possible les accidents. » Fily Samoura d’ajouter, « Avant, je faisais 6 heures de temps entre, Dakar Tambacounda ; mais maintenant il me faut huit heures de temps pour faire le même trajet. Pour dire que cet axe Fatick Kaolack, fait perdre aux transporteurs deux heures de temps. »

Ce n’est pas Serigne Kouta, coordonnateur national du Cynac de Pape Séye Niang (une structure qui défend l’intérêt des transporteurs de Kaolack), qui va dire le contraire. Pour Serigne Kouta, « l’Etat nous fait payer des taxes alors que notre sécurité est en danger sur cet axe ». A l’en croire, « plusieurs transporteurs maliens hésitent à emprunter cette route qui fait seulement 42 km ». C’est ainsi que « des milliers de gros porteurs en provenance du Mali pour se ravitailler à Dakar pourraient revoir leur destination », informe Serigne Kouta. Ce tronçon ne devait pas être un problème pour les Etats « car ils ont eu à goudronner la route Tambacounda Bamako », informe le coordonnateur national du Cinac.

Serigne Kouta de dire « qu’il y a un autre problème plus profond que celui qu’on nous fait croire. Le problème de cet axe Fatick Kaolack, « dépend de l’Etat. C’est l’Etat qui doit prendre ses responsabilités sur ce différent qui l’oppose avec Bara Tall. Ce n’est pas nous les passagers qui doivent payer les pots casser. Même si l’Etat est obligé de prendre un autre entrepreneur, qu’il le fasse pour que les voyageurs retrouvent la paix dans cet axe qui cause plusieurs dégâts humains comme matériels », renchérit Serigne Kouta, coordonnateur national du Cinac.



Source : Sudonline.sn

Lundi 13 Septembre 2010 - 10:46



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.










TWITTER
SENEGAL | VIDEO - Thierno Madani Tall reçu par le Khalif des Mourides;Cheikh... | PICCMI https://t.co/pZwHZX5tnN https://t.co/17iabZTm9w
SENEGAL | BARTHELEMY DIAS S’EXPLIQUE, CE MARDI: A peine installée en début de... | PICCMI https://t.co/PqwpvrLqp9 https://t.co/0m6JyAU8g7
SENEGAL | HAUT CONSEIL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES: TANOR, LES MAINS LIEES:... | PICCMI https://t.co/VV2cQjULaT https://t.co/wZIfpUWEEU
SENEGAL | MISSIONS DE PAIX DE L’ONU : LE SÉNÉGAL POUR UN RÉAJUSTEMENT DES... | PICCMI https://t.co/XvLaiZPAoG https://t.co/ldK6JzK6UL
SENEGAL | Panne de la chaloupe en pleine mer : GOREE ECHAPPE AU NAUFRAGE -... | PICCMI https://t.co/zLHP61XGsN https://t.co/p0MCryEI5l
SENEGAL | 114ème Gamou de Pire : El Hadj Moustapha Cissé relève les pires tares... | PICCMI https://t.co/7nH27hDgM9 https://t.co/MS9UMT9Fsz
SENEGAL | COMMÉMORATION DU CINQUANTENAIRE DU 1ER FESTIVAL MONDIAL DES ARTS... | PICCMI https://t.co/0jJd7Jvgam https://t.co/LQcWO2wsb9
SENEGAL | LIGUE 1 : LE STADE DE MBOUR BATTU (0-1) À DOMICILE PAR GORÉE: Le... | PICCMI https://t.co/T3em6qhkEf https://t.co/YKWg3zF3PS
SENEGAL | LIGUE 2 : LE DUC PREMIER LEADER: Le Dakar université club (DUC) a... | PICCMI https://t.co/PwvMrdrPEi https://t.co/kro3wWWdsa
SENEGAL | SAHARA OCCIDENTAL : MOHAMMED VI SALUE "LE SOUTIEN INÉBRANLABLE" DE... | PICCMI https://t.co/Gsk6y8uRpW https://t.co/RX7Nzf7CN9