contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
PiccMi.Com



FESTIVAL BOUKI BLUES : Symphonie et diversité culturelle à Djilor



Le public venu assister aux deux jours de concert de la 3ème édition du Bouki Blues festival (dont certaines activités ont eu lieu à Djilor Djijaak, dans la région de Fatick) a eu droit à une parfaite symphonie dans les interprétations, mais aussi entre les différentes communautés culturelles.



FESTIVAL BOUKI BLUES : Symphonie et diversité culturelle à Djilor
Même si le public de la 3ème édition du Bouki Blues festival (du 25 au 30 juin 2010) n’a pas eu droit à du blues classique, il a assisté à une belle prestation des différents artistes autour du thème « Pculturel et culture de la paix ». En ouverture de la première soirée, le jeune Idy Aw a magnifié la « téranga » (hospitalité) sénégalaise. Sur un fond de folk acoustique, les notes de guitare se libèrent avec en accompagnement de fluides mélodies qui prennent leur source dans le fleuve Sénégal. Les spectateurs applaudissent. L’orientation musicale épouse les contours du mbalakh, un sillage qu’empruntent Saku Thioro Sarr et son orchestre. La cadence est soutenue, sur fond de percussions, tandis que la guitare cherche la bonne mesure. Les chœurs à forte tonalité locale donnent le tempo. Crescendo, le rythme s’achemine vers une orchestration sabar.

Les thèmes des interprétations valsent entre hymne à la paix, chants de bravoure pour les valeureux hommes, en passant par un hommage à Ousmane Sène, directeur du Centre ouest africain de recherche (Warc), organisateur de la manifestation. Après ce clin d’œil au folklore, place à un autre genre musical avec Alias Diallo et son célèbre « salsa dialgati ». La musique, entraînante, ne laisse personne indifférent, que l’on soit jeune ou moins jeune. Peu importe l’âge. On se défoule allègrement dans une ambiance bon enfant. De quoi conclure en toute beauté cette première soirée du festival. C’est sur cette belle communion que la soirée de clôture du dimanche a démarré. Le hoddu peul (guitare traditionnelle) tient bien la vedette avec les Frères Dia de Ndioum pour débuter la soirée. La parenté plaisante est mise en évidence avec ces musiciens haal pulaar en milieu sérère. Un quartet pour du blues... pulaar ! Les notes de guitare traditionnelle sont finement distillées avec, en accompagnement, guitare basse et percussions en sourdine.

Les textes sont tantôt en pulaar, tantôt en wolof ou bien dans un sérère approximatif avec un brin taquin (cousinage à plaisanterie oblige). A mesure que l’interprétation se poursuit, le rythme s’accélère pour devenir plus dansant. Un peu timide au début, le public se libère progressivement. Puis c’est au tour de Bâ Mody, guitare en bandoulière, d’égayer l’assistance. Ce chanteur originaire du Nord du Sénégal a participé à l’écriture de certains titres de l’album international de Youssou Ndour, « Rokku Mi Rokka » (donner et recevoir). Un tantinet d’humour annonce une balade mélodieuse aux forts accents de blues, même si par moment elle semble endormir le public.

Pour réchauffer les spectateurs, les femmes de Djilor entrent en scène dans une belle envolée de sabar. Les danses sont frénétiques. Après cette prestation, place au célèbre guitariste et chanteur Vieux Mac Faye. L’homme à l’éternel chapeau feutre plonge l’assistance dans une ambiance de blues avec une orchestration à la BB King. S’ensuivent des interprétations avec un soupçon de mbalakh : « Massamba », « Papa Ndiaye », entre autres titres. Symbole du cousinage à plaisanterie, Sérères et Haal pulaar partagent la scène avec l’arrivée surprise du chanteur Demba Dia et du pianiste Hilère Chaby du Dandé Lenol. Une parfaite symphonie pour clore en toute beauté la fête.

REPORTAGE DE EL HADJI MASSIGA FAYE PHOTOS : NDEYE SEYNI SAMB

PiccMi.Com

Lundi 5 Juillet 2010 - 07:26



Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.