contenu de la page



FRANÇAIS WOLOFISÉ ET FRANÇAIS CLASSIQUE : Quand l’image et le son prennent le dessus sur les lettres et mots



Le règne des images et sons prend le dessus sur les lettres et mots qui sont les piliers de la lecture. Bon nombre de Sénégalais ont une pratique bien singulière de la langue française. Que ce soit à l’écrit ou à l’oral. Pour mesurer le pouls du phénomène, nous avons donné la parole à quelques personnes. Résultat : la tendance actuelle est de combiner le français et le wolof. Cela donne du « franlof ».



FRANÇAIS WOLOFISÉ ET FRANÇAIS CLASSIQUE : Quand l’image et le son prennent le dessus sur les lettres et mots
Parlons-nous français ? Tout part d’un constat général : les Sénégalais ont tendance à combiner français et wolof dans une même phrase. Que ce soit à l’écrit ou à l’oral. Pour s’en convaincre, il suffit d’attarder son regard sur quelques enseignes de restaurants, ou autres salons de coiffure installés au coin d’une ruelle de la capitale. « Ici vente de sandwiss, Salon de coiffeur, Salon coifure ». Là, sont quelques inscriptions qui ornent le graphique de certaines enseignes. L’orthodoxie de la langue de Molière s’en trouve littéralement malmenée. A l’oral, n’en parlons plus. Combien de nos compatriotes tordent le coup au français dans leur expression.

Toujours est-il que l’héritage linguistique laissé par la France à ses colonies africaines n’a pas fini de leur jouer des tours. La majorité des Etats africains, tel que le Sénégal, ont adopté le français comme langue officielle au lendemain de leurs indépendances. Certains puristes regrettent l’époque où le locuteur maladroit était immédiatement repris, et même humilié, à l’école, lorsque sa langue fourchait.

Babacar Sy, coordonnateur du centre conseil pour adolescents et jeunes à Kolda déclare : « par rapport aux années 70, les gens parlaient du vrai français ». Mais maintenant, déplore-t-il, on a plus tendance à traduire la langue locale en français. Et M. Sy de pointer du doigt l’enseignant qui n’utilise plus l’outil phonétique et syllabique pour une bonne maîtrise de la communication dès le bas âge. Les élèves ne sont pas en reste. « La tendance est que l’écolier parle plus sa langue maternelle à l’école que le français ».

Chef du bureau formation et communication à la Haute Autorité de l’aéroport Léopold Senghor, El Hadji Ismaïla Pouye estime que les Sénégalais aiment parler le français sans faire attention sur les fautes. « C’est ce qui fait que beaucoup de personnes hésitent à utiliser publiquement cette langue qui perd un peu sa vocation principale de langue de communication », explique-t-il.

Pour Mouhamadou Faye, documentaliste à l’Institut africain de management, les Sénégalais parlent de moins en moins la langue française dans la vie courante. « Mais, pour un usage professionnel, ils parlent davantage ou pour s’adresser à un étranger. Dans l’expression des idées et valeurs, nous sommes plus à l’aise dans nos langues nationales », fait remarquer le documentaliste.

Baisse du niveau de la lecture


Notre interlocuteur constate également un certain avilissement de la pratique de la langue dans la mesure où le niveau des apprenants dans le système éducatif a baissé. Pour lui, cela est dû en grande partie à l’étiolement du goût de la lecture.

Maître-assistante au département de Lettres de la Faculté des Sciences et technologies de l’Education et de la formation (Fastef, ex-Ecole normale supérieure), Andrée-Marie Diagne est enseignante depuis plus de trente ans.

Elle est responsable, avec d’autres collègues, de la formation des professeurs de français dans les lycées et collèges au Sénégal. Pour elle, la lecture est un des outils qui permettent de maîtriser la langue française. « La lecture était, jusque là, une des rares distractions que les enfants pouvaient avoir quand il n’y avait ni la télévision, ni les vidéos, ni internet », explique-t-elle.

« Et nous savons que les élèves, les enfants, les jeunes et même les adultes préfèrent les images et les sons aux lettres, aux mots qui sont un univers un peu austère, un univers dans lequel il faut entrer avec du silence, du repli sur soi, alors que nous sommes, comme le dirait William Faulkner, dans Le bruit et la fureur, dans une société où, quand une radio ne crie pas dans une maison, quand la télévision ne reste pas éternellement allumée, c’est comme si quelque chose n’allait pas », ajoute Mme Diagne.

Dans la même lancée, Djeynaba Diouf Ndao, professeur de français au lycée Mariama Bâ de Gorée, pense que l’acquisition des connaissances linguistiques, leur maîtrise et leur consolidation passent par le livre et la lecture. Avec le livre, « on commence par comprendre une langue, ensuite on la maîtrise et, enfin, on l’apprécie », explique-t-elle. Il est donc impératif que le livre soit accessible à tout le monde, plaide-t-elle. Dans cette approche, le livre scolaire devient un outil préférentiel dans la mesure où il favorise l’acte de lecture et la connaissance de productions littéraires.

El Hadji Massiga FAYE
lesoleil

© PiccMi.Com - Le Magazine du Web Sénégalais

Samedi 23 Octobre 2010 - 10:19



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.










TWITTER
SENEGAL | VIDEO - Thierno Madani Tall reçu par le Khalif des Mourides;Cheikh... | PICCMI https://t.co/pZwHZX5tnN https://t.co/17iabZTm9w
SENEGAL | BARTHELEMY DIAS S’EXPLIQUE, CE MARDI: A peine installée en début de... | PICCMI https://t.co/PqwpvrLqp9 https://t.co/0m6JyAU8g7
SENEGAL | HAUT CONSEIL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES: TANOR, LES MAINS LIEES:... | PICCMI https://t.co/VV2cQjULaT https://t.co/wZIfpUWEEU
SENEGAL | MISSIONS DE PAIX DE L’ONU : LE SÉNÉGAL POUR UN RÉAJUSTEMENT DES... | PICCMI https://t.co/XvLaiZPAoG https://t.co/ldK6JzK6UL
SENEGAL | Panne de la chaloupe en pleine mer : GOREE ECHAPPE AU NAUFRAGE -... | PICCMI https://t.co/zLHP61XGsN https://t.co/p0MCryEI5l
SENEGAL | 114ème Gamou de Pire : El Hadj Moustapha Cissé relève les pires tares... | PICCMI https://t.co/7nH27hDgM9 https://t.co/MS9UMT9Fsz
SENEGAL | COMMÉMORATION DU CINQUANTENAIRE DU 1ER FESTIVAL MONDIAL DES ARTS... | PICCMI https://t.co/0jJd7Jvgam https://t.co/LQcWO2wsb9
SENEGAL | LIGUE 1 : LE STADE DE MBOUR BATTU (0-1) À DOMICILE PAR GORÉE: Le... | PICCMI https://t.co/T3em6qhkEf https://t.co/YKWg3zF3PS
SENEGAL | LIGUE 2 : LE DUC PREMIER LEADER: Le Dakar université club (DUC) a... | PICCMI https://t.co/PwvMrdrPEi https://t.co/kro3wWWdsa
SENEGAL | SAHARA OCCIDENTAL : MOHAMMED VI SALUE "LE SOUTIEN INÉBRANLABLE" DE... | PICCMI https://t.co/Gsk6y8uRpW https://t.co/RX7Nzf7CN9