contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
PiccMi.Com



FRANCOPHONIE : Michaëlle Jean...cette candidate à la succession d'Abdou Diouf





FRANCOPHONIE : Michaëlle Jean...cette candidate à la succession d'Abdou Diouf
PICCMI.COM- L'ancienne gouverneure générale du Canada Michaëlle Jean est officiellement candidate à la succession d'Abdou Diouf à la tête de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF), a annoncé le gouvernement canadien à l'AFP vendredi.

Ancienne journaliste née en Haïti, Mme Jean «représente une Francophonie moderne, multiculturelle et ouverte sur le monde», a fait valoir dans un courriel la porte-parole du ministre canadien du Développement international et de la Francophonie, Christian Paradis.

Cette candidature au poste de Secrétaire général de la Francophonie est également appuyée par les provinces du Québec et du Nouveau-Brunswick, dont les gouvernements siègent à l'OIF, a noté Ottawa.

Âgée de 56 ans, Mme Jean était journaliste à la télévision publique Radio-Canada avant d'occuper le titre honorifique de gouverneure générale du Canada entre 2005 à 2010.

Née à Port-au-Prince, elle est devenue envoyée spéciale de l'UNESCO en Haïti à la fin de l'année 2010. Elle a depuis régulièrement dénoncé la lenteur des travaux de reconstruction post-séisme de son pays, qu'elle a quitté à l'âge de 11 ans avec sa famille, fuyant la dictature de François Duvalier.

«Elle détient une solide expérience dans les affaires internationales, le développement et la gestion de grands enjeux mondiaux», a remarqué le gouvernement canadien.

Ottawa a par ailleurs loué «l'important héritage» laissé par l'ancien président sénégalais Abdou Diouf qui quittera ses fonctions en novembre prochain, lors du sommet de l'OIF organisé à Dakar.

«Le Canada est fier que la Francophonie ait pu, sous l'égide du secrétaire général Diouf, devenir une organisation multilatérale, moderne, efficace et pertinente dans le cadre de la gouvernance mondiale», souligne la porte-parole du ministre Paradis.

Cette candidature souffre toutefois d'un lourd handicap, relève une source diplomatique européenne: le numéro deux de l'OIF, Clément Duhaime, est lui-même Québécois et une surreprésentation canadienne à la tête de l'organisation internationale paraît inconcevable.

Mme Jean est la deuxième candidate déclarée. Jean-Claude de l'Estrac, ancien ministre des Affaires étrangères de l'île Maurice, s'est lancé dans la course le mois dernier.

Basée à Paris, l'OIF compte une soixantaine de membres, dont trois associés (Qatar, Ghana et Chypre) et 20 observateurs.

Avec Agence France Presse


Jeudi 26 Juin 2014 - 10:53



Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.