contenu de la page



Grenoble: Le Sénégalais Abdou est toujours expulsable



Le collectif Cigale de Grenoble (Collectif Inter-Associations GAys et LEsbiennes), SOS Racisme Rhône-Alpes et Lesbian & Gay Pride de Lyon organisaient ce mardi après-midi une conférence de presse au Tonneau de Diogène pour faire le point sur la situation d'Abdou, dont nous vous avions parlé il y a quelques semaines. Cet homosexuel de 35 ans, d'origine sénégalaise, est en effet toujours sous le coup d'une OQTF (obligation de quitter le territoire français) et reste expulsable à tout moment. Plusieurs élus et représentants d'associations étaient présents pour interpeller l'opinion et appeler à un rassemblement devant la préfecture vendredi 5 novembre à 17h.



Grenoble: Le Sénégalais Abdou est toujours expulsable
Revenons d'abord sur l'histoire d'Abdou, afin de mieux cerner les raisons de cette mobilisation. "Contraint de déménager de façon incessante dans son pays en raison de son homosexualité, Abdou a fui le Sénégal pour la France en 2009, sa vie devenant insupportable", rappelle Sylvie, représentante pour Cigale et amie d'Abdou. "Dès son arrivée, il a engagé une procédure de demande d'asile au titre de sa vie privée et familiale, sa mère et son frère étant de nationalité française et résidant à Grenoble. Il n' a pas souhaité parler tout de suite de son homosexualité pour ne pas causer de problèmes à sa famille. Malgré les soutiens de plusieurs élus, il a été débouté de sa demande", poursuit-elle. "En avril 2010, il tombe sous le coup d'une OQTF par la Préfecture de l'Isère. C'est à partir de là qu'il a commencé à invoquer son homosexualité, en pensant que les autorités françaises comprendraient les risques qu'un retour au Sénégal représenteraient pour lui. C'est là qu'il a pris contact avec nous, et qu'il a commencé à s'impliquer dans plusieurs associations défendant les droits des gays et lesbiennes ou des personnes démunies." Une longue descente aux enfers qui se termine par une arrestation de la police, au domicile de sa mère, le 11 octobre dernier.

D'autant plus que les associations qui s'occupaient de lui jusqu'ici, spécialisée dans la défense des droits des personnes homosexuelles, n'étaient pas forcément habituées aux questions de demande d'asile. L'aide est demandée à SOS Racisme Rhône-Alpes. Après 15 jours passés au centre de rétention de Lyon, Abdou est libéré par le juge des libertés. Mais "la Préfecture fait appel de cette décision", explique Sarah, membre de SOS Racisme Rhône-Alpes. La police est retournée au domicile de sa mère dès le lendemain. Abdou est en ce moment contraint de vivre dans la clandestinité, loin de ses amis et de sa famille. La Préfecture ne lui laisse aucun répit. On s'organise comme on peut pour lui founir des vêtements, de la nourriture, et garantir son anonymat".

La situation est rendue encore plus difficile par une erreur administrative. "Lors de sa première demande, il a été déclaré comme étant l'ami de sa mère et non son fils", nous apprend Sarah. Même si la preuve de sa filiation a pu être apportée à plusieurs reprises, cette erreur pèse lourd pour Abdou : "La démarche de refus était aussi motivée par le fait qu'Abdou avait des attaches familiales à Dakar, alors qu'il a été renié par son père", poursuit la jeune femme.

Abdou risque 5 ans d'emprisonnement


Ce que déplorent surtout les élus et représentants d'associations présents, c'est que sa volonté de s'intégrer en France, ses acccroches familiales à Grenoble, et les risques qu'un retour au Sénégal représenteraient, ne sont quant à eux pas pris en compte. " L'homosexualité apparaît en effet dans le code pénal sénégalais comme un crime contre nature. Abdou risque 5 ans d'emprisonnement et des amendes exorbitantes", explique Sarah Boukaala, conseillère régionale de Rhône-Alpes déléguée à la Jeunesse. Sans parler des "persécutions quotidiennes, même par la police" dont les homosexuels sénégalais sont victimes, renchérit l'oncle d'Abdou, d'origine sénégalaise. "Récemment, un homosexuel a encore été déterré du cimetière où il reposait pour être enterré ailleurs !", raconte-t-il.

Au-delà de l'histoire d'Abdou, les militants soulèvent un problème de fond, celui du" rôle de la République face à une telle situation", en ces temps de débats sur l'identité nationale. "Ce qu'on ne dit pas assez, c'est qu'Abdou mérite vraiment de rester sur le territoire français. Je le connais bien, il a été mon voisin pendant plusieurs mois", confie Guillaume Lissy, conseiller régional de Rhône-Alpes et parrain républicain d'Abdou. "C'est quelqu'un qui veut s'intégrer, qui veut travailler. Il est prêt à respecter toutes les lois de la République française. Sa famille n'a jamais posé le moindre problème. De plus, il a obtenu une promesse d'embauche d'un entrepreneur. Quand j'entends le ministre de l'Immigration Eric Besson dire qu'il veut faire de bons petits Français, j'aimerai lui rappeler que la République a un devoir de protection", poursuit-il. Eric Besson a d'ailleurs été interpellé par les associations pré-citées pour demander sa régularisation. Ainsi que la Préfecture, à plusieurs reprises, qui est pour l'instant restée silencieuse. "Nous sommes toujous dans l'attente d'un rendez-vous avec le Préfet". François Auguste, conseiller régional, propose en outre de "saisir la Halde (Haute autorité de la lutte contre les discriminations)". "Le préfet a encore le pouvoir de régulariser Abdou. Nous lui demandons d'utiliser ce pouvoir", concluait Amar Thioune, président de SOS Racisme Rhône-Alpes, avant de rappeler qu'il espérait une "forte présence au rassemblement de vendredi". grenews.com


PiccMi.Com

Mercredi 3 Novembre 2010 - 11:47



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.










TWITTER
SENEGAL | VIDEO - Thierno Madani Tall reçu par le Khalif des Mourides;Cheikh... | PICCMI https://t.co/pZwHZX5tnN https://t.co/17iabZTm9w
SENEGAL | BARTHELEMY DIAS S’EXPLIQUE, CE MARDI: A peine installée en début de... | PICCMI https://t.co/PqwpvrLqp9 https://t.co/0m6JyAU8g7
SENEGAL | HAUT CONSEIL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES: TANOR, LES MAINS LIEES:... | PICCMI https://t.co/VV2cQjULaT https://t.co/wZIfpUWEEU
SENEGAL | MISSIONS DE PAIX DE L’ONU : LE SÉNÉGAL POUR UN RÉAJUSTEMENT DES... | PICCMI https://t.co/XvLaiZPAoG https://t.co/ldK6JzK6UL
SENEGAL | Panne de la chaloupe en pleine mer : GOREE ECHAPPE AU NAUFRAGE -... | PICCMI https://t.co/zLHP61XGsN https://t.co/p0MCryEI5l
SENEGAL | 114ème Gamou de Pire : El Hadj Moustapha Cissé relève les pires tares... | PICCMI https://t.co/7nH27hDgM9 https://t.co/MS9UMT9Fsz
SENEGAL | COMMÉMORATION DU CINQUANTENAIRE DU 1ER FESTIVAL MONDIAL DES ARTS... | PICCMI https://t.co/0jJd7Jvgam https://t.co/LQcWO2wsb9
SENEGAL | LIGUE 1 : LE STADE DE MBOUR BATTU (0-1) À DOMICILE PAR GORÉE: Le... | PICCMI https://t.co/T3em6qhkEf https://t.co/YKWg3zF3PS
SENEGAL | LIGUE 2 : LE DUC PREMIER LEADER: Le Dakar université club (DUC) a... | PICCMI https://t.co/PwvMrdrPEi https://t.co/kro3wWWdsa
SENEGAL | SAHARA OCCIDENTAL : MOHAMMED VI SALUE "LE SOUTIEN INÉBRANLABLE" DE... | PICCMI https://t.co/Gsk6y8uRpW https://t.co/RX7Nzf7CN9