contenu de la page



L’AFRIQUE DE L’OUEST AU BAS DU TABLEAU POUR LA PLANIFICATION FAMILIALE



Hier mercredi, au deuxième jour de la conférence internationale sur la planification internationale de Dakar, les organisateurs sont montés au créneau pour interpeller directement les dirigeants des pays d’Afrique de l’Ouest sur le faible niveau de planification de moins de 10 % enregistré dans la sous région, contrairement aux 40% réalisés par les pays d’Afrique de l’Est. D’ailleurs c’est une des raisons qui a présidé au choix de Dakar pour abriter la rencontre afin de sensibiliser les dirigeants de cette partie du continent à mieux s’investir dans cette problématique.



L’AFRIQUE DE L’OUEST AU BAS DU TABLEAU POUR LA PLANIFICATION FAMILIALE
L’Afrique de l’Ouest traine les pieds en matière de planification familiale. Comparé à l’Afrique de l’Est où des taux de prévalence contraceptive élevés sont enregistrés, la zone ouest africaine doit redoubler d’effort pour ne pas être à la queue du peloton des Omd fixés en matière de planification familiale. C’est du moins ce qui est ressorti hier des déclarations des scientifiques et à en croire les experts sur la question, le taux de prévalence de contraception est de l’ordre de 25 % en Afrique de l’Est et dans certains pays comme le Kenya, cité comme model, le taux dépasse les 45 %. Or en Afrique de l’Ouest, un pays comme le Sénégal ne dépasse pas encore le taux de prévalence de 10 %. De mauvais résultats qui n’ont pas plu aux pays donateurs qui qualifient le Sénégal (12 %), le Mali (9%), le Niger (6%), le Burkina Faso (8%), entre autres pays d’Afrique de l’Ouest, comme de mauvais exemples dans ce combat que mène la communauté mondiale. C’est l’échec enregistré par ce groupe de pays dans cette croisade qui a incité à organiser la rencontre à Dakar pour pousser les gouvernements des pays en question à considérer la planification familiale comme une des priorités dans les investissements et de renverser la tendance pour que cette partie du monde ne soit plus la zone qui a le taux de contraception le plus bas en Afrique subsaharienne.

Selon toujours les experts qui faisaient face à la presse nationale et internationale les chiffres enregistrés dans le monde font état de 80 millions de grossesses non désirées et de 272 000 décès dus à des accouchements difficiles. Cette situation est beaucoup plus inquiétante en Afrique où les grosses non désirées et les avortements illégaux sont enregistrés à la pelle. En plus, les conditions d’accouchement difficiles et les accouchements sévères devraient surtout pousser les dirigeants d’Afrique de l’Ouest, disent les experts, à penser à réduire les cas de grossesses et de mieux communiquer avec les femmes sur les consultations prénatales pour qu’elles espacent les naissances.
DISPONIBILITE DES BAILLEURS A DEBLOQUER DES MOYENS


Les experts mondiaux en planification ont réaffirmé hier que les moyens de lutte existent. En plus des moyens colossaux déjà été débloqués par les pays donateurs d’autres bailleurs se disent disposés à appuyer la croisade de la planification familiale pour renverser la tendance. Et Mme Ms Monica Kerrigan, la représentante de la Fondation Gates qui évoquait hier les besoins non satisfaits en matière de planification familiale, est revenue sur cette question en soulignant devant la presse que sa fondation est disposée à appuyer l’Afrique dans sa croisade contre les mauvaises performances en matière de planification. Les Etats Unis pour leur part investissent 600 millions de dollars par an pour que des résultats positifs à tout prix soient atteints dans ce combat.


ENCADRE

SWAZILAND UN PAYS RONGE PAR LE SIDA
Recours à la planification comme stratégie de riposte du gouvernement


Faut-il un plan marshal pour sauver les populations d’Afrique australe de Swaziland ? En tout cas, ce pays enclavé au cœur de l’Afrique de Sud est actuellement en train d’être rongé par le vih sida, et où 26 % de la population générale est infectée par l’épidémie. Plus grave encore, dans ce pays 42 % des femmes enceintes sont affectées par la pandémie. Une situation alarmante qui a fait l’objet d’un débat hier à la deuxième journée de la conférence internationale sur la planification familiale. La stratégie mise en place par le gouvernement du pays c’est la planification familiale considérée comme le seul vecteur de changement des comportements.

Le Swaziland est l’un des pays d’Afrique les plus touchés par le Vih Sida. Enclavé au cœur de l’Afrique du Sud, 26 % de sa population est porteuse du vih sida, le taux d’infection le plus élevé au monde, réduisant ainsi l’espérance de vie de sa population de 60 ans à 31 ans. C’est Dudu P Simelane, une des spécialistes en planification familiale dans ce pays qui a fait cette révélation hier à l’occasion d’un point de presse au deuxième jour de la conférence internationale sur le sujet ouverte depuis avant-hier à Dakar et dont les travaux se terminent demain vendredi. Selon cette experte en planification familiale qui cite une étude récente sur la question, au-delà de ce taux alarmant dans cette partie d’Afrique astrale, les femmes enceintes souffrent gravement de cette épidémie qui est à l’origine de beaucoup de cas de décès et de mortalité infantile.

D’où, dit-elle, l’urgence pour le gouvernement de ce pays à prendre des initiatives pour le changement des comportements de ces populations, en les poussant à mieux utiliser les préservatifs, à conseiller les jeunes dans le domaine de la santé de la reproduction et de planification familiale. La pratique de la circoncision est tentée en plus du système électronique qui est en train d’être expérimenté pour une bonne communication entre médecins, infirmiers et les malades. Un chercheur de Londres va parler aujourd’hui de ce système de plaidoyer aux acteurs de la santé invités à la rencontre.

A noter qu’au Swaziland un petit pays de 1, 100 millions d’habitants, le taux de prévalence en contraceptif est actuellement de 51 % et les besoins non satisfaits sont de 24 %, renseigne Dudu P. Simelane, directrice exécutive de l’Association de vie familiale du pays.

PiccMi.Com

Vendredi 2 Décembre 2011 - 09:46



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.










TWITTER
SENEGAL | VIDEO - Thierno Madani Tall reçu par le Khalif des Mourides;Cheikh... | PICCMI https://t.co/pZwHZX5tnN https://t.co/17iabZTm9w
SENEGAL | BARTHELEMY DIAS S’EXPLIQUE, CE MARDI: A peine installée en début de... | PICCMI https://t.co/PqwpvrLqp9 https://t.co/0m6JyAU8g7
SENEGAL | HAUT CONSEIL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES: TANOR, LES MAINS LIEES:... | PICCMI https://t.co/VV2cQjULaT https://t.co/wZIfpUWEEU
SENEGAL | MISSIONS DE PAIX DE L’ONU : LE SÉNÉGAL POUR UN RÉAJUSTEMENT DES... | PICCMI https://t.co/XvLaiZPAoG https://t.co/ldK6JzK6UL
SENEGAL | Panne de la chaloupe en pleine mer : GOREE ECHAPPE AU NAUFRAGE -... | PICCMI https://t.co/zLHP61XGsN https://t.co/p0MCryEI5l
SENEGAL | 114ème Gamou de Pire : El Hadj Moustapha Cissé relève les pires tares... | PICCMI https://t.co/7nH27hDgM9 https://t.co/MS9UMT9Fsz
SENEGAL | COMMÉMORATION DU CINQUANTENAIRE DU 1ER FESTIVAL MONDIAL DES ARTS... | PICCMI https://t.co/0jJd7Jvgam https://t.co/LQcWO2wsb9
SENEGAL | LIGUE 1 : LE STADE DE MBOUR BATTU (0-1) À DOMICILE PAR GORÉE: Le... | PICCMI https://t.co/T3em6qhkEf https://t.co/YKWg3zF3PS
SENEGAL | LIGUE 2 : LE DUC PREMIER LEADER: Le Dakar université club (DUC) a... | PICCMI https://t.co/PwvMrdrPEi https://t.co/kro3wWWdsa
SENEGAL | SAHARA OCCIDENTAL : MOHAMMED VI SALUE "LE SOUTIEN INÉBRANLABLE" DE... | PICCMI https://t.co/Gsk6y8uRpW https://t.co/RX7Nzf7CN9