contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
PiccMi.Com



L’INTÉRÊT DES QUOTIDIENS POUR LE RÉFÉRENDUM NE CESSE DE GRANDIR



L’adoption du projet de loi portant révision de la Constitution par le gouvernement, lundi, en conseil des ministres, a ravivé l’intérêt des quotidiens pour le référendum constitutionnel du 20 mars.



Le Soleil se fait l’écho de la décision du gouvernement, qui veut "sensibiliser les citoyens et les électeurs, à l’aide des langues nationales", afin qu’ils prennent la pleine mesure des enjeux du référendum.

Il publie l’intégralité du texte à voter le 20 mars par les électeurs.

"Macky lance sa campagne", titre Le Populaire, dont le billettiste signale que le scrutin "aura bel et bien le 20 mars", une précision d’autant plus opportune, pour ce journal, que certains acteurs politiques appellent à un report du vote.

Le Quotidien estime que "Macky [Sall] divise la gauche" sénégalaise. "Les partis membres de la Confédération pour la démocratie et le socialisme (CDS) ne sont pas du même côté (…) pour le référendum", constate ce journal.

"La réunification" des partis de gauche, par la création de la DCS, "il y a un an seulement, pourrait en prendre un sacré coup", selon Le Quotidien, qui illustre sa Une par les photos de leaders de partis de gauche, Mamadou Ndoye (LD), Pape Demba Sy (UDF/Mbolomi) et Magette Thiam (PIT), avec Macky Sall en médaillon.

"Il y a un référendum dans le référendum. Le oui et le non divisent aussi les forces de gauche réunies au sein de la CDS", signale-t-il.

L’Observateur s’intéresse à ce qu’il considère comme "les détails du nouveau texte de Macky", le projet de loi portant révision de la Constitution, soumis aux suffrages des électeurs.

Ce journal fait remarquer que "les modifications portent sur 18 articles de la Constitution de 2001, 13 des 18 articles sont tirés du projet de Constitution de la CNRI", la Commission nationale de réforme des institutions mise en place par Macky Sall après son élection en 2012.

La Tribune cherche à savoir "ce qui peut arriver à Macky", à travers l’organisation du référendum. "C’est un pays fracturé par des divergences politiques induites par le reniement présidentiel sur la durée du mandat qui est appelé à voter oui ou non", rappelle d’abord ce journal.

Il répond ensuite à la question de savoir "ce qui peut arriver" à Macky Sall : "Le chef de l’Etat (…) pourrait bien s’en sortir et conforter son pouvoir en cas de victoire propre. Mais un rejet de son initiative le mettrait en situation de sursis jusqu’aux législatives de 2017."

"Macky s’explique auprès des chefs religieux", titre L’As, annonçant une "séance d’explication auprès des grandes familles religieuses", sur les enjeux du scrutin du 20 mars.

"Des sources renseignent que le chef de l’Etat pourrait lui-même [effectuer une] tournée pour lever toutes les équivoques sur ces questions importantes" relatives au référendum, poursuit-il.


Mardi 1 Mars 2016 - 08:50



Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.