contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



LES MISES EN GARDE DE TAMSIR JUPITER NDIAYE: « Le vent qui a balayé Le Matin peut bien en emporter d’autres»



PiccMi.Com- Suite à la disparition de Matin et Kotch, d’autres journaux peuvent retenir leur souffle. Joint au telephone par PiccMi.Com , Tamsir Jupiter Ndiaye prédit le même sort à ces quotidiens d’information dont la pertinence laisse à désirer.



LES MISES EN GARDE DE TAMSIR JUPITER NDIAYE: « Le vent qui a balayé Le Matin peut bien en emporter d’autres»
Les fermetures quasi simultanées du journal Le Matin et Kotch ne laissent pas indifférent les experts chevronnés des médias. Chroniqueur à Nouvel Horizon, Tamsir Jupiter Ndiaye met en garde sur le sort qui guette aujourd’hui d’autres journaux du paysage médiatique. « Le vent qui a balayé Le Matin peut bien en emporter d’autres» croit-il. Sa conviction est fondée sur la base des contraintes qui gangrèneraient le secteur. Et celles-ci ont pour noms : concurrence de la presse en ligne, prolifération de journaux, impertinence de contenu, entre autres.
A en croire Jupiter Ndiaye, « la fermeture était prévisible du côté du Matin. Les choses se faisaient sentir à travers l’impertinence des textes et l’absence d’esthétique de la ligne rédactionnelle ».

Cependant, lance-t-il aux journaux fraîchement débarqués dans le paysage médiatique, « le champ est déjà occupé par d’autres journaux qui ont leur lectorat». Par conséquent, il faut une bonne dose de communication pour faire valoir son produit dans un marché marqué par une multiplication exponentielle de journaux et un pouvoir d’achat réduit. Ceci, tout en prenant en compte les pulsions des populations, car croit-il, « l’information n’est pas un dirigisme de la pensée. Elle doit être en phase avec les aspirations des populations ». D’ailleurs par ces temps de climat socio-politique en ébullition, les journaux plus vendus sont ceux qui sont en déphasage avec le régime libéral. C’est ce qui fait le bonheur de l’Observateur et Walfadjiri d’après Tamsir Jupiter Ndiaye.

Outre cette prolifération, la concurrence de la presse en ligne, véritable conquérante qui enregistre un nombre important de visiteurs par jour à travers les blogs, est venue corser la donne. Les informations détaillées qu’elle donne à chaud et gratuitement sur la toile mènent la vie difficile aux autres adeptes de la traditionnelle presse écrite. Toutefois, renseigne le chroniqueur, « autant la presse en ligne est efficace, autant elle peut être dangereuse ». Pour asseoir son point de vue, Jupiter argumente par une anecdote. « J’ai connu une personne qui a voulu se suicider parce qu’on avait publié sur le net des informations embarrassantes sur lui et que son fils a lu » narre-t-il.


Mardi 2 Août 2011 - 17:12



Réagissez à cet Article

1.Posté par online le 02/08/2011 20:31

la conviction de jupiter tamsir ndiaye est bien fondée ! el malik seck lavait predit , la presse ecrite est morte , c la raison pour laquelle tous les journalistes vers la presse on line dont les tenors ne sont que de jeunes developpeur web . wait a see ,

2.Posté par Ibrahima le 03/08/2011 10:54

Toujours libre et pertinent ce Tamsir Ndiaye Jupiter! Bravo Piccmi! Restez un oiseau car si jamais vous devenez une autriche ce sera terrible. ( Rire)
Ibrahima Seydi Fall, depuis Paris

Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.