contenu de la page



LICENCIEMENT ABUSIF DE 200 TRAVAILLEURS : La cimenterie Dangote encore devant la Justice

Les mises en garde du Khalife des Tidianes



Un nouveau contentieux judiciaire va encore mener la cimenterie de Pout devant la justice. Après les procès l’ayant opposé aux héritiers du défunt Serigne Saliou Mbacké, la société de l’homme d’affaires nigérian Aliko Dangote était devant l’Inspection du travail ce 14 décembre pour avoir rompu le contrat social avec les autochtones de Pout. Un nouvel feuilleton judiciaire s’ouvre. Sur fond de mises en garde du Khalife général des Tidianes, Serigne Mansour Sy Borom Daara-Dji, qui continue de réclamer ses milliers d’hectares contenues dans ces terres litigieuses.



LICENCIEMENT ABUSIF DE 200 TRAVAILLEURS :  La cimenterie Dangote encore devant la Justice
Au moment où le litige foncier qui l’oppose aux familles maraboutiques de Touba et de Tivaouane peine toujours à trouver une solution, malgré les différentes décisions de justice tombées sur cette affaire, la Direction de la cimenterie du richissime homme d’affaires nigérian devra encore s’expliquer devant la justice. Cette fois-ci, le contentieux, qui est purement social, relève du droit du travail. Ce nouvel épisode judiciaire est consécutif au licenciement de quelques 200 travailleurs appartenant à différents corps métiers intervenant sur le chantier de la cimenterie. Après plusieurs péripéties, l’Inspection régionale du travail de Thiès a convoqué la Direction de l’usine en construction et les délégués du Collectif des licenciés pour une audience de conciliation. Prêt à en découdre avec leurs employeurs, malgré la défection d’une bonne partie des licenciés las d’attendre l’épilogue de cette affaire, le Collectif n’exclut pas, si jamais l’Inspection ne parvient pas à arrondir les angles entre les deux parties, de saisir le Tribunal du travail dans les prochains jours. Interpellé sur la conduite qu’ils comptent tenir au lendemain de ladite rencontre face à l’inspecteur du travail en charge du dossier, l’un des délégués du personnel, Moussa Ngom, qui fait partie des victimes de Dangote, explique qu’«il y aura un procès-verbal de non conciliation. A la suite de ce constat, le collectif des licenciés va attaquer Dangote devant le Tribunal du travail pour dénoncer le licenciement abusif et la violation du Code du travail».

Mises en garde de Serigne Mansour Sy

Expliquant les griefs qu’ils déplorent par rapport à la gestion des ressources humaines sur le chantier de la cimenterie de Pout, M. Ngom déclare avec amertume que «le droit des travailleurs n’est pas respecté. Non seulement, il n’y a pas de prévoyance maladie, ni primes de risque, mais des licenciements sans motifs sont régulièrement enregistrés. Nous sommes 200 employés dans cette société à être victimes de ces abus. Nous voulons que justice soit faite». En tout cas, ceux qui pensaient que Serigne Mansour Sy Borom Daara-Dji compte renoncer à ses milliers d’hectares, où est érigée la cimenterie Dangote à Pout, n’ont qu’à déchanter. A preuve, la rencontre initiée samedi dernier, à Fass, par Serigne Mansour Sy Djamil, a été marquée par la sortie du fils aîné du Khalife général des Tidianes, Serigne Cheikh Tidiane Sy. Ce dernier, qui était l’émissaire de son père, a indiqué ceci : «Serigne Mansour met en garde solennellement les autorités sur les conséquences qui peuvent arriver à Pout. Car, il n’est pas du tout prêt à renoncer à ce qui lui appartient». Quand on sait que les héritiers de feu Serigne Saliou Mbacké ne sont pas, non plus, dans les dispositions de se voir déposséder, force est de dire que le moment est venu pour l’Etat du Sénégal de prendre les mesures idoines pour trouver une solution juste et durable à cette affaire.

Comment la SOSATE a rompu le contrat social avec Pout

A l’origine du conflit social qui s’est fait jour à la cimenterie Dangote de Pout, on retrouve la Société de travailleurs temporaires (SOSATE). C’est, en tout cas, la conviction des délégués du personnel qui pointent un doigt accusateur sur ladite société intermédiaire. «Depuis 2010, il y a deux prestataires : la société indienne CSL qui exécute des ouvrages et la SOSATE qui sert d’intermédiaire entre la cimenterie Dangote et le personnel exécutants aussi bien pour le recrutement que pour le reste de la gestion des ressources humaines». Tout est parti de l’intervention de la SOSATE que les ouvriers qui s’activent sur le chantier de Dangote ont récusé dès la signature de son contrat de prestation avec la direction générale de la cimenterie. Et pour cause, souligne Latyr Faye, délégué du personnel, «cette société intermédiaire a violé de manière flagrante les dispositions du Code du travail dont l’article L 266 stipule en des termes clairs et sans équivoque que si l’employeur enrôle un travailleurs plus de six mois, avec des horaires de travail dépassant la barre des 36 heures par semaine, recourir aux services d’une société intermédiaire relève de la violation de la loi». Et, ce serait le cas avec la cimenterie Dangote où «des travailleurs ont fait entre 6 et 8 mois et 10 à 24 heures de service par jour». Pourtant, se rappelle le personnel de la cimenterie Dangote, deux rencontres de concertation se sont tenues sur la question de l’arrivée de la SOSATE au mois d’Août 2010 à la salle de conférence de l’entreprise et au siège de la sous-préfecture de Pout. C’était en présence du représentant de l’Inspection du travail, du Commandant de la brigade de gendarmerie et de l’Adjoint du Secrétaire général de la Confédération nationale des travailleurs du Sénégal (CNTS). Sur place, souligne-t-on, l’autorité administrative avait déploré l’illégalité de plusieurs clauses du contrat liant les deux parties. «L’autorité leur avait bien signifié l’illégalité de la procédure de gestion des travailleurs par intermédiation», indiquent les délégués du personnel.
(Source : Le Pays)

PiccMi.Com

Mercredi 14 Décembre 2011 - 17:57



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.










TWITTER
SENEGAL | VIDEO - Thierno Madani Tall reçu par le Khalif des Mourides;Cheikh... | PICCMI https://t.co/pZwHZX5tnN https://t.co/17iabZTm9w
SENEGAL | BARTHELEMY DIAS S’EXPLIQUE, CE MARDI: A peine installée en début de... | PICCMI https://t.co/PqwpvrLqp9 https://t.co/0m6JyAU8g7
SENEGAL | HAUT CONSEIL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES: TANOR, LES MAINS LIEES:... | PICCMI https://t.co/VV2cQjULaT https://t.co/wZIfpUWEEU
SENEGAL | MISSIONS DE PAIX DE L’ONU : LE SÉNÉGAL POUR UN RÉAJUSTEMENT DES... | PICCMI https://t.co/XvLaiZPAoG https://t.co/ldK6JzK6UL
SENEGAL | Panne de la chaloupe en pleine mer : GOREE ECHAPPE AU NAUFRAGE -... | PICCMI https://t.co/zLHP61XGsN https://t.co/p0MCryEI5l
SENEGAL | 114ème Gamou de Pire : El Hadj Moustapha Cissé relève les pires tares... | PICCMI https://t.co/7nH27hDgM9 https://t.co/MS9UMT9Fsz
SENEGAL | COMMÉMORATION DU CINQUANTENAIRE DU 1ER FESTIVAL MONDIAL DES ARTS... | PICCMI https://t.co/0jJd7Jvgam https://t.co/LQcWO2wsb9
SENEGAL | LIGUE 1 : LE STADE DE MBOUR BATTU (0-1) À DOMICILE PAR GORÉE: Le... | PICCMI https://t.co/T3em6qhkEf https://t.co/YKWg3zF3PS
SENEGAL | LIGUE 2 : LE DUC PREMIER LEADER: Le Dakar université club (DUC) a... | PICCMI https://t.co/PwvMrdrPEi https://t.co/kro3wWWdsa
SENEGAL | SAHARA OCCIDENTAL : MOHAMMED VI SALUE "LE SOUTIEN INÉBRANLABLE" DE... | PICCMI https://t.co/Gsk6y8uRpW https://t.co/RX7Nzf7CN9