contenu de la page



LONASE : Soupçons d’arnaque et de malversations autour de certains jeux !





LONASE : Soupçons d’arnaque et de malversations autour de certains jeux !
«La fortune aux souscripteurs, les bénéfices à la Nation». Ce slogan de la Loterie nationale sénégalaise (Lonase) semble ne plus être d’actualité, si l’on en croit certaines informations qui nous sont parvenues. On dénonce un scandale concernant certains produits de la boite.

"Aujourd’hui, la fortune et les bénéfices sont tous deux pour le parti au pouvoir", dénonce t-on. Africa Millions, Natangué, Jackpot… des noms familiers aux habitués des jeux de hasard au Sénégal, plus connus sous le sigle PMU. Censés faire gagner une fortune aux parieurs, il s’avère que plusieurs gagnants ont toutes les peines du monde pour rentrer dans leurs fonds. Selon des sources bien au fait de la situation, il existe un flou total sur la dernière cagnotte d’Africa Millions.

En outre, des parieurs et gros bonnets qui rachètent auprès des parieurs éprouvent toutes les peines du monde à se faire payer par la Lonase, indique notre source. Des gagnants de fortes sommes d’argent ou de sommes dérisoires par rapport à la capacité financière de l’entreprise ont des difficultés à se faire payer dans des délais raisonnables. «Cela fait plus de trente jours que je détiens par-devers moi un ticket gagnant d’un million de francs seulement que je n’arrive pas à empocher. Je suis tout le temps renvoyé à plus tard au niveau de la direction qui s’en occupe», se plaint un des ‘’heureux’’ gagnants.

Alors que l’exploitation dudit jeu a été arrêtée depuis longtemps, les vendeurs de la Lonase qui validaient les jeux du produit dans leurs kiosques n’ont pas reçu les émoluments qui leur sont dus depuis l’arrêt de la commercialisation du produit, soit six mois de commissions impayées, nous dit-on. Un des vendeurs soupçonne d’ailleurs un deal organisé par les autorités de la Lonase à leur détriment. "Je puis vous affirmer que lors de la signature du partenariat entre la Lonase et l’opérateur principal d’Africa Millions, les deux parties étaient d’accord pour que, sur un chiffre d’affaires représentant des recettes de vente de 75 000 frans Cfa, le vendeur de la Lonase perçoive une commission de 25 000 francs Cfa. Seulement, une fois l’accord ficelé avec le partenaire, la Lonase s’est limitée à nous imposer le taux de 10%, sans autre forme de procès. Contre mauvaise fortune, nous avons fait bon cœur. Il est vrai que ces accords avec la partie étrangère ne nous lient pas, mais à mon avis, il n’y avait pas lieu de nous exploiter si outrancièrement", s'indigne un de ces nombreux vendeurs.

NEBULEUSE !

Aujourd’hui, Africa Millions est mort de sa belle mort, alors que la masse monétaire promise aux souscripteurs était de 200 millions de FCfa. Lancée suite à un partenariat entre une multinationale qui s’active depuis plusieurs années déjà dans le domaine des jeux de loterie et la Lonase, l’aventure s’est arrêtée pour manque de rentabilité et absence de résultats probants, à en croire nos informateurs. Et d’après une source proche du service marketing et direction commerciale de la Lonase, même si les responsables de la Lonase s’en défendent et pointent du doigt des manquements répétés de l’autre partie contractante vis-à-vis de certaines dispositions de la convention bipartite les liant, cet échec dans la poursuite des opérations d’exploitation du jeu Africa Millions au Sénégal ne serait pas imputable au manque d’engouement des parieurs, mais plutôt à une mauvaise gestion des recettes et autres dividendes tirées du jeu.

Africa Millions n’est pas le seul produit de la Lonase à avoir eu une durée de vie éphémère. A en croire nos sources, d’autres jeux ont connu le même sort. «Des jeux comme Jackpot ou Natangué ont tous mis la clé sous le paillasson presque dans les mêmes conditions de nébulosité et de non paiement des commissions dues aux ayants droit et sans qu’ils n’aient de voies de recours afin d’entrer dans leurs fonds», nous renseigne-t-on.

Notre informateur poursuit : «La Lonase a procédé aux formalités administratives et légales liées aux modalités d’arrêt d’exploitation du jeu en question avec son partenaire étranger, (…). Par contre, les redevances vis-à-vis des vendeurs restent en l’état et la direction ne semble pas disposée à soulever ce différend pour son règlement.»

FONDS DETOURNES ?

A en croire un employé bien informé des tractations financières de la société, l’incohérence à la Lonase c’est que la tradition instaurée privilégie le volet social, avec des visées politiciennes certaines au détriment des droits des parieurs. Selon lui, l’actuel Directeur général n’a présentement d’autres activités que de voir comment financer la campagne électorale pour les Locales de juin 2014. «Tous les fonds sont thésaurisés et attendent un ordre de dispatching de la Présidence. C’était la même chose avant son arrivée, aucune rupture par rapport aux méthodes de Baïla Wane et de ses prédécesseurs. La fortune et les bénéfices sont tous deux pour le parti au pouvoir, tout le reste est verbiage.» Ce travailleur de la Lonase confie à nos sources que le Président Macky Sall connaissait le mode de gestion de la société avant son accession à la présidence de la République. «Ami de Baïla Wane, alors qu’il était Premier ministre et président de l’Assemblée nationale, il était sous perfusion continue de la Lonase. Aujourd’hui qu’il a les coudées plus franches, il ne se fait point prier.»

LA LONASE DEMENT ET EXPLIQUE

"Le Sénégal n’est pas à l’origine de l’arrêt du jeu Africa Millions"

Saisie par nos soins, la direction de la Lonase a balayé d’un revers de la main toutes ces informations. Avec force détails et précisions, c’est le Secrétaire général Birane Ndao et le Directeur du marketing et de la communication El Hadj Malick Mbaye qui expliquent.

«Africa Millions a été arrêté, ça ne fait même pas deux mois, au lieu de six mois. Vous pouvez aller auprès des vendeurs vérifier si les commissions ont été payées ou non, elles ont toutes été payées sans exception. Au niveau du réseau commercial de la Lonase, nous n’avons pas connaissance de vendeurs qui réclament des commissions. Africa Millions était un produit communautaire, panafricain, avec plusieurs pays africains qui tournaient autour. Je peux comprendre que le problème de rendement soit posé, c’est possible, mais s’il y a un pays qui a respecté depuis le début tous les termes contractuels, c’est le Sénégal avec la Lonase. Nous avons respecté tous les termes du contrat qui nous liait à notre partenaire. Il y a eu des problèmes dans d’autres pays, qui ont amené le partenaire à arrêter le jeu. Le Sénégal n’est pas à l’origine de l’arrêt du jeu, le problème s’est posé dans d’autres pays. Il n’y a jamais eu de mauvaise gestion, il y a peut-être eu un problème de rendements, mais pas au Sénégal. En termes de chiffre d’affaires et de réalisations, le Sénégal était le premier pays, ils nous ont même félicités. Donc il n’y a pas eu de problème au Sénégal avec le jeu Africa Millions.»

«Il n’y a pas de problèmes de commissions, les vendeurs sont payés après chaque quinzaine»

«Nous vous mettons au défi de trouver un vendeur qui n’a pas reçu ses commissions. Il n’y a pas eu de problèmes de commissions, tous les vendeurs ont été payés. Pour tout produit exploité, les commissions sont payées à la fin de chaque quinzaine. Donc il ne peut pas y avoir de produit exploité pendant plus d’un mois sans que les commissions ne soient payées. Le projet devait concerner un certain nombre de pays pilotes que sont la Côte d’Ivoire, le Sénégal et le Congo. C’était un test en vue d’un élargissement vers d’autres pays plus tard. Mais un test peut être concluant tout comme il peut appeler d’autres réglages. Et c’est le cas actuellement, le partenaire stratégique est en train de procéder aux réglages nécessaires pour l’extension. S’il y a des problèmes, ce n’est pas au Sénégal. Aujourd’hui, les facteurs qui empêchent l’extension et l’élargissement du projet ne sont pas au Sénégal. S’agissant de Natangué, c’est un jeu qui n’existe plus, il a été arrêté depuis 2002 et il n’y a pas eu de commissions impayées non plus. De même que pour Jackpot qui a été arrêté en 2008, toutes les commissions ont été payées, nous n’avons jamais eu de réclamations de vendeurs dans ce sens.»

«Garder les fonds pour la campagne électorale, ce serait un détournement»

«Nous n’avons pas connaissance d’un gagnant qui n’arrive pas à empocher son argent, nous distribuons chaque semaine des dizaines de millions, il n’a peut-être pas frappé à la bonne porte. Pour un million, il suffit simplement de venir à la Direction générale pour recevoir son argent. Si c’était pour financer la campagne électorale, on n’aurait pas distribué des dizaines de millions chaque semaine, on aurait pu garder cet argent. Mais le chiffre d’affaires de la Lonase est réparti selon une clé de répartition arrêtée par décret du chef de l’Etat. Sur 100 francs Cfa, 60% reviennent aux joueurs, 3% représentent les droits de timbre pour l’Etat, 10% les redevances pour l’Etat, 8% pour les commissions des vendeurs, et le reste pour la Lonase, même les Cng des courses hippiques reçoivent 2% pour le développement de l’hippisme. Donc on ne peut pas ne pas payer les parieurs, encore moins puiser dans les fonds pour autre chose. Ce serait un détournement. Et les corps de contrôle sont là pour vérifier notre gestion régulièrement. Donc toutes ces informations sont complètement erronées.»

L'Observateur

PiccMi.Com

Jeudi 5 Juin 2014 - 16:35



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.










TWITTER
SENEGAL | VIDEO - Thierno Madani Tall reçu par le Khalif des Mourides;Cheikh... | PICCMI https://t.co/pZwHZX5tnN https://t.co/17iabZTm9w
SENEGAL | BARTHELEMY DIAS S’EXPLIQUE, CE MARDI: A peine installée en début de... | PICCMI https://t.co/PqwpvrLqp9 https://t.co/0m6JyAU8g7
SENEGAL | HAUT CONSEIL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES: TANOR, LES MAINS LIEES:... | PICCMI https://t.co/VV2cQjULaT https://t.co/wZIfpUWEEU
SENEGAL | MISSIONS DE PAIX DE L’ONU : LE SÉNÉGAL POUR UN RÉAJUSTEMENT DES... | PICCMI https://t.co/XvLaiZPAoG https://t.co/ldK6JzK6UL
SENEGAL | Panne de la chaloupe en pleine mer : GOREE ECHAPPE AU NAUFRAGE -... | PICCMI https://t.co/zLHP61XGsN https://t.co/p0MCryEI5l
SENEGAL | 114ème Gamou de Pire : El Hadj Moustapha Cissé relève les pires tares... | PICCMI https://t.co/7nH27hDgM9 https://t.co/MS9UMT9Fsz
SENEGAL | COMMÉMORATION DU CINQUANTENAIRE DU 1ER FESTIVAL MONDIAL DES ARTS... | PICCMI https://t.co/0jJd7Jvgam https://t.co/LQcWO2wsb9
SENEGAL | LIGUE 1 : LE STADE DE MBOUR BATTU (0-1) À DOMICILE PAR GORÉE: Le... | PICCMI https://t.co/T3em6qhkEf https://t.co/YKWg3zF3PS
SENEGAL | LIGUE 2 : LE DUC PREMIER LEADER: Le Dakar université club (DUC) a... | PICCMI https://t.co/PwvMrdrPEi https://t.co/kro3wWWdsa
SENEGAL | SAHARA OCCIDENTAL : MOHAMMED VI SALUE "LE SOUTIEN INÉBRANLABLE" DE... | PICCMI https://t.co/Gsk6y8uRpW https://t.co/RX7Nzf7CN9