contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Les données ’’contradictoires’’ de la croissance sénégalaise en exergue



Les quotidiens parvenus vendredi à l’APS traitent principalement des projections de croissance du Sénégal, en faisant état de ’’contradictions’’ entre les chiffres avancés par les autorités sénégalaises et celles annoncés par le Fonds monétaire international (FMI).



Le Témoin quotidien rapporte que le FMI annonce un taux de croissance de 5,9% pour le Sénégal en 2016, une projection qui "contredit Amadou Bâ", le ministre sénégalais de l’Economie, des Finances et du Plan, qui table sur 6,4%, rapporte Le Témoin quotidien.

"Dans leurs perspectives économiques mondiales, le Fonds monétaire international (FMI), tout comme sa consœur de la Banque mondiale, ne s’alignent pas sur la même longueur d’onde que le président Macky Sall qui chiffre le taux de croissance de l’économie sénégalaise à 6,4%", relève également La Tribune.

"Les données rendues publiques par ces institutions renvoient ce chiffre à la baisse, en relançant ainsi le débat relatif à la pertinence de l’action gouvernementale et à la mise en œuvre du Plan Sénégal émergent (PSE), dans un contexte de recul", souligne ce journal. "Le FMI rectifie Amadou Bâ", signale également Sud Quotidien.

L’institution financière internationale "réajustera" ses projections de croissance concernant le Sénégal, renseigne pour sa part le quotidien national Le Soleil, citant son représentant-résident, Boileau Loko, selon lequel il n’y a "pas de contradiction entre les deux chiffres."

"La différence résulte simplement du fait que le taux projetée par le Fmi provient d’un calcul arrêté en septembre 2015, alors que le taux de croissance de 6,4% prend en compte les 12 mois de l’année et ont intégré les performances de l’agriculture sénégalaise et de divers autres secteurs d’activités.’’

M. Boileau "précise que la prochaine mission du FMI attendue, à Dakar à la fin du mois de février prochain, réévaluera à la hausse les projections initiales sur le taux de croissance de 2015, après la prise en compte des éléments du dernier trimestre", indique Le Soleil.

M. Loko insiste, dans les colonnes du quotidien Libération : "Il n’y a aucune contradiction entre les chiffres annoncés par le président (Sall) et ceux fulgurant dans notre rapport."

Plusieurs quotidiens se font l’écho de la nomination de Moubarack Lô, conseiller spécial du Premier ministre, à l’image de L’Observateur qui rappelle que l’ambition de cet économiste statisticien, en août 2014, "était d’alterner Macky pour mettre Idy à la tête de l’Etat."

"L’ancien directeur de cabinet adjoint du président Sall a été nommé conseiller spécial auprès du Premier ministre. Ses sondages donnant Macky Sall vainqueur et sa dernière contribution suggéraient que Lô ruisselait droit vers le pouvoir, après une démission fracassante et une déclaration de guerre à son candidat de 2012", écrit le journal Le Quotidien.

Mobarack Lô "s’était radicalisé dans l’opposition au régime de Macky Sall au point de s’allier avec Idrissa Seck", mais il "amis de l’eau dans son vin", rappelle le quotidien Walfadjri.

"Moubarack Lô est revenu aux affaires depuis hier en acceptant de devenir le conseiller spécial du Premier ministre. Un choix qu’il explique par son devoir de servir l’Etat partout où il sera appelé, comme un soldat réquisitionn", ajoute Walfadjri.


Vendredi 8 Janvier 2016 - 08:42



Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.