contenu de la page



Les marabouts Sénégalais sont dépassés…



Introduisant le thème de la solidarité au cours de la rencontre avec ses talibés, en marge du Gamou de Tivaouane, Serigne Mansour Sy Djamil a déploré le silence des autorités religieuses sénégalaises sur les événements en cours dans les pays arabes, comme l’Egypte, la Tunisie, la Jordanie…



Les marabouts Sénégalais sont dépassés…
Pour lui,les hommes religieux sénégalais n’ont pas fait la lecture de ces événements sinon, ils se seraient prononcés, par devoir solidarité envers la grande majorité des Sénégalais qui souffrent du régime actuel, sur la situation difficile du pays. Nonobstant ce mutisme des hommes religieux,Serigne Mansour Sy Djamil reste convaincu que le « Bara » qui a prospéré en Tunisie et en Egypte, n’épargnera aucun chef injuste.



« Aujourd’hui nous avons un devoir de solidarité envers les personnes victimes d’injustices et de privations ». C’est par ce bout de phrase que Serigne Mansour Sy Djamil à introduit sa lecture à l’occasion de la rencontre annuelle avec les fidèles de Serigne Moustapha Sy Djamil, son illustre père.

Cette rencontre dénommée « Takussannou Djamil » et qui a été initiée du vivant de son parrain, a servi de cadre au conférencier et Khalife de son père pour développer son discours sur la solidarité. Toute sa réflexion, Serigne Mansour Sy Djamil l’a axée autour des événements qui ont eu lieu en Tunisie et en Egypte. Particulièrement Djamil a invité les hommes religieux sénégalais à réfléchir sur les révolutions sus mentionnées et la position qui doit être la leur en de pareilles circonstances. Puisant ses références dans le coran, Djamil a rappelé ce verset du coran qui affirme que « les chefs injustes et provocateurs ne verront pas arriver leur châtiment ».

Ainsi, dira -t-il c’est cet aveuglement qui perdu Ben Ali et Moubarak. Le conférencier d’ajouter que non contents de priver leurs peuples respectifs de leurs droits à l’épanouissement et la propriété, Ben Ali avait poussé l’injustice jusqu’à raser les femmes qui s’aventuraient à porter le voile, tandis que Moubarak a privé ses compatriotes des richesses du pays et la propriété foncière. C’est la somme de ces frustrations qui a abouti à l’immolation suicide de Bouazizi et le rassemblement massif des égyptiens à la place Tahrir. Des situations extrêmes qui traduisent l’écart profond entre les chefs d’Etats et leurs peuples, sous le regard parfois complice des hommes religieux. C’est pourquoi, il a magnifié le geste de solidarité des oulémas tunisiens qui ont prié pour que Dieu pardonne Bouazizi, tout en sachant ce que le livre a dit sur le suicide.

A ses yeux, cette forme de solidarité a cristallisé et dopé le courage des tunisiens qui savaient désormais qu’ils avaient l’élite religieuse à leurs côtés. Idem pour l’Egypte où le recteur de l’Université d’AL Azhar a été désavoué et où l’imam Youssouf Kharadaoui a eu une position courageuse depuis le Qatar où il se trouve en exil. Selon Mansour Sy Djamil les appels de l’imam Kharadaoui ont été pour beaucoup dans la radicalisation du peuple égyptien et il ajoute que c’est le rôle des religieux qui a permis de venir à bout de la résistance de Moubarak. Ce dernier, ajoute-il, avait déclaré la veille de son départ qu’il ne comptait pas quitter le pouvoir, mais à la suite de l’appel des hommes religieux comme Kharadaoui et deux heures après l’office du vendredi et les séances de prières qui l’ont suivies, la nouvelle du départ de Moubarak est tombée.

Rapportant cette situation à la réalité sénégalaise, il a demandé si au Sénégal les injustices précitées n’étaient pas répandues. Une grande clameur d’approbation suivit cette interrogation. Fort de cela, le conférencier s’étonne que les hommes religieux sénégalais ne méditent pas cette leçon venue de Tunis et du Caire.

Et pourtant un hadith du prophète leur recommande de combattre le mal par leurs forces, leurs paroles et leurs cœurs, et pour rester dans le sillage du Gamou que cela est une des raisons de la mission prophétique. Au lieu de cela, certains chefs religieux gardent le silence et pire, s’en prennent à ceux des leurs qui dénoncent le régime. Reprenant Kharadaoui, il dira que « les marabouts sont dépassés par les événements de leurs temps », car il pense que les systèmes de spoliation, d’accaparement et pillages des ressources de la communauté qui ont poussé les tunisiens et les égyptiens à se soulever sont bien là.

Les invitant à revisiter les enseignements et le message prophétique, il rappelle aux hommes religieux ce hadith du prophète Muhammad, selon lequel, «la plus grande des jihad est celle qui consiste à faire face à un chef injuste et le lui dire ». Concluant sur ce chapitre de devoir de solidarité, Serigne Mansour Sy Djamil affirme avec force vigueur que « la révolution du jasmin a réussi en Tunisie, avec le slogan « Barra Ben Ali » et en Egypte avec le « Barra Moubarak » ( Barra, dégage), elle réussira en Jordanie et partout ailleurs où les peuples sont opprimés et privés de bonheur, suivez mon regard… »

Par ailleurs, Djamil Sy a invité les guides actuels à méditer le sens du sacrifice de leurs devanciers, citant El hadji Malick Sy qui a préféré sacrifier son fils Sidy Ahmet Sy, disparu à Salonique pendant la première guerre, plutôt que d’envoyer comme l’y invitait l’administration coloniale, les talibés qui lui étaient confiés par leurs parents. C’est ce sens du sacrifice qui selon lui, a permis à Elhadji Malick Sy de propager les enseignements coraniques et sauver les générations futures.

Dans le but de vulgariser le message de solidarité dans la mission prophétique, le conférencier a promis de traduire les discours lus respectivement par Pape Makhtar Kébé, lors de la clôture du Bourde sous la dictée du Khalife Généra l et, celui prononcé par Serigne Abdoul Aziz Sy « Al Amine » lors de la cérémonie officielle de la 109eme édition du Gamou de Tivaouane.

Source : SudOnline

Mr.Cmr - PiccMi.com

Jeudi 17 Février 2011 - 19:44



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.










TWITTER
SENEGAL | VIDEO - Thierno Madani Tall reçu par le Khalif des Mourides;Cheikh... | PICCMI https://t.co/pZwHZX5tnN https://t.co/17iabZTm9w
SENEGAL | BARTHELEMY DIAS S’EXPLIQUE, CE MARDI: A peine installée en début de... | PICCMI https://t.co/PqwpvrLqp9 https://t.co/0m6JyAU8g7
SENEGAL | HAUT CONSEIL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES: TANOR, LES MAINS LIEES:... | PICCMI https://t.co/VV2cQjULaT https://t.co/wZIfpUWEEU
SENEGAL | MISSIONS DE PAIX DE L’ONU : LE SÉNÉGAL POUR UN RÉAJUSTEMENT DES... | PICCMI https://t.co/XvLaiZPAoG https://t.co/ldK6JzK6UL
SENEGAL | Panne de la chaloupe en pleine mer : GOREE ECHAPPE AU NAUFRAGE -... | PICCMI https://t.co/zLHP61XGsN https://t.co/p0MCryEI5l
SENEGAL | 114ème Gamou de Pire : El Hadj Moustapha Cissé relève les pires tares... | PICCMI https://t.co/7nH27hDgM9 https://t.co/MS9UMT9Fsz
SENEGAL | COMMÉMORATION DU CINQUANTENAIRE DU 1ER FESTIVAL MONDIAL DES ARTS... | PICCMI https://t.co/0jJd7Jvgam https://t.co/LQcWO2wsb9
SENEGAL | LIGUE 1 : LE STADE DE MBOUR BATTU (0-1) À DOMICILE PAR GORÉE: Le... | PICCMI https://t.co/T3em6qhkEf https://t.co/YKWg3zF3PS
SENEGAL | LIGUE 2 : LE DUC PREMIER LEADER: Le Dakar université club (DUC) a... | PICCMI https://t.co/PwvMrdrPEi https://t.co/kro3wWWdsa
SENEGAL | SAHARA OCCIDENTAL : MOHAMMED VI SALUE "LE SOUTIEN INÉBRANLABLE" DE... | PICCMI https://t.co/Gsk6y8uRpW https://t.co/RX7Nzf7CN9