Connectez-vous S'inscrire
PiccMi.Com


Les mariages du Prophete Muhammad (PSL)



Ne touchez pas a notre Prophete



Les mariages du Prophete Muhammad (PSL)
NE TOUCHEZ PAS A NOTRE PROPHETE
OU LE PROPHETE MUHAMMAD (PSL) ET LA QUESTION DES FEMMES
Les pages qui suivent constituent le sixième chapitre de mon ouvrage qui vient d’être publié à Dakar et intitulé « Réponse à Anne-Marie Delcambre, auteur de ‘L’Islam des Interdits’ et à l’Occident chrétien ».

VI- LES MARIAGES DU PROPHETE (PSL)
Il conviendrait d’abord de rappeler que la polygamie est antérieure à la Mission prophétique du Sceau des Envoyés (PSE). En effet, d’après la Bible, de nombreux Prophètes et autres patriarches étaient polygames. Au nombre de ceux-là, l’on note: Lemec, arrière-petit fils du père des Humains, le vénéré Prophète Adam (P): deux épouses (Genèse 4 :19) ; le Prophète Abraham: deux épouses (Genèse 16 :3); Esau, fils d’Isaac, fils d’Abraham : trois épouses (Genèse 26 :34, 28 :9) ; le Prophète Jacob, frère jumeau d’Esau, fils d’Isaac, fils d’Abraham : quatre épouses (Genèse : 29 :15 à 30) ; le Prophète David : six épouses à Hébron et de nombreuses autres à Jérusalem, en plus de ses servantes (1 Chronique 3 :1 à 9) ; le Prophète Salomon : sept cents épouses de rang princier et trois cents autres de second rang ; soit 1000 au total (1 rois 11 :4) ; le roi Roboam, fils du Prophète Salomon : dix-huit épouses et soixante concubines (2 chroniques 13 :21) ; le Prophète Guédéon : de nombreuses épouses (Juges 8 :30) ; Abija, fils du roi Roboam, fils du Prophète Salomon : quatorze épouses (2 chroniques 13 :01)…

On ne le répétera jamais assez : la polygamie est, assurément, bien meilleure que cette autre polygamie qui ne dit pas son nom et qui consiste en la collection sans limite aucune de maîtresses ou encore que ces unions contre nature que sont l’accouplement et le mariage entre des personnes de même sexe, que les pourfendeurs de l’Islam ont érigées en un système de valeurs ! Nous n’allons pas, pour notre part, nous étendre outre mesure sur ce qui se passe de l’autre coté de l’Eglise catholique, à savoir, les pratiques homosexuelles et / ou pédophiles de Prêtres occidentaux; car les médiats du monde s’en sont largement fait l’écho! Et le Pape Benoît XVI en a été si troublé, qu’il a demandé à ses coreligionnaires de ne s’en prendre qu'à eux-mêmes !

Concernant à présent les mariages du Sceau des Envoyés (PSE), retenons que durant vingt-cinq (25) ans, Muhammad n’a vécu qu’avec une seule femme, la mère des croyants Khadija bint Khuwaylid et que c’est cette veuve, déjà mère de deux filles issues de ses deux précédents mariages, de quinze (15) ans son aînée, qui prit l’initiative de l’épouser:
« Sa voix est claire et douce. Il parle ‘’si lentement qu’on pouvait compter les lettres des mots qu’il prononçait’’. Il a le buste très long par rapport au reste du corps, de sorte qu’il semble bien plus grand que les autres hommes lorsqu’il est assis à table à côté d’eux. Mahomet marche très vite, comme s’il descendait une pente. ‘’Il était beau comme la lune de la quatorzième nuit’’. Khadija, la marchande veuve, sa patronne, en le regardant du haut du balcon de sa belle maison, le trouve à son goût et décide de l’épouser… » (Cf. Virgil Gheorghiu: La vie de Mahomet, Editions du Rocher, 1999, page 67).

Quoi d’étonnant à cela quand l’on sait par ailleurs, que Muhammad est le fils unique d’Abdallah qui était considéré comme le plus bel homme de tous les jeunes mecquois de sa génération. La tradition populaire a en effet rapporté que toutes les belles filles de la Mecque voulaient épouser Abdallah et que « lors de son mariage avec Amina-bint-Wahab, deux cents jeunes filles moururent de chagrin, parce qu’elles étaient amoureuses de lui et qu’il en avait épousé une autre » ! Cette anecdote semble rappeler l’histoire bien connue du Prophète Joseph (P) avec les femmes égyptiennes et que la Bible a aussi contée. Simplement pour dire que ce n’est point un crime que d’être aimé aussi des femmes. C’est même une grâce divine. Les femmes vertueuses préfèrent les hommes gentils, serviables, intelligents, sincères, honnêtes, justes, pieux, intègres et miséricordieux. C’est leur nature. Et toutes ces qualités étaient réunies chez Muhammad (PSL)!
Et Muhammad incarnait les plus belles vertus du genre humain!
Et Muhammad était beau en plus !
Et Muhammad était Prophète en plus !
Et Muhammad était plus qu’un Prophète : il était Messager de Dieu en plus!
Et Muhammad n’était pas que Messager : il est le Sceau des Envoyés d’Allah en plus !

L’Envoyé d’Allah a conféré le statut de meilleur parmi les hommes à celui qui, tout en étant un croyant sincère et honnête, se conduit de la manière la meilleure vis-à-vis de ses épouses et au sein de sa famille. En ce qui le concerne, ce sont ses épouses même qui, à la suite d’Allah (SWT) qui a dit qu’il est d’une « moralité éminente », ont témoigné sur lui. La mère des croyants Aïcha avait dit de lui qu’il était le Saint Coran même, marchant sur la terre ! Et le Sceau des Messagers, quoique Chef d’Etat, Chef suprême des Armées (après Allah le Roi des rois), était d’une gentillesse, d’une serviabilité, d’une affabilité et d’une humilité sans commune mesure avec les comportements et attitudes des rois, Présidents, Chefs d’Etat, Chefs de Gouvernement, Ministres, Gouverneurs de Région, Préfets de Département, Sous-préfets, et même Chefs de village ou de quartier, que le monde ait connus à ce jour, y compris donc ceux que l’on désigne comme étant les plus modernes du vingt et unième siècle en cours! Abou Saïd, l’un des compagnons de l’Envoyé de Dieu, fit un jour la recommandation suivante à son fils Abou Salama :
« Mon petit, chez toi, adonne-toi aux occupations auxquelles se livrait le Prophète (SAW) : il donnait à manger au chameau, l’attachait, nettoyait sa maison, trayait sa brebis, cousait ses chaussures, rapiéçait ses habits, mangeait avec son domestique, l’aidait à moudre les grains s’il était fatigué, allait au marché pour faire ses achats et n’avait pas honte de porter ce qu’il achetait à la main ou dans le pan de son habit. Il serrait la main au riche et au pauvre, au petit et au grand. Il commençait toujours par saluer le premier ceux qu’il rencontrait, petits ou grands, noirs ou blancs, esclaves ou citoyens libres de la communauté musulmane ».

A la mort de Khadija, la vertueuse mère des croyants, le Saint Envoyé d’Allah dut attendre deux (02) ans avant d’accepter de se remarier, sur proposition de Khawla bint Hakîm surnommée « la marieuse », qui en effectua elle-même les démarches…Le noble Envoyé d’Allah s’est donc remarié à l’âge de cinquante-deux (52) et de soixante (60) ans. D’abord avec la mère des croyants Sawda bint Zum’a (qu’Allah soit satisfait d’elle), une très vieille femme, première veuve en Islam, qui avait d’ailleurs, à l’occasion, confessé: « Je ne désire plus ce que les femmes veulent dans ce monde, mais seulement prendre place parmi les épouses du Prophète le Jour du Rassemblement Suprême » !

En fait, elle faisait plutôt office de seconde maman des filles du Messager d’Allah, qui, devenues orphelines de leur mère, n’avaient plus personne pour les aider même à se peigner. Quoi de plus normal aussi, spirituellement parlant, que le meilleur ami, qui a dépensé toute sa fortune au service d’Allah et de Son Messager et qui allait devenir le premier Calife de ce dernier, en l’occurrence Abou Bakr, soit honoré dès ici-bas de sa fidélité et de son engagement en faveur de l’Islam par un mariage de sa fille avec le Prophète, le meilleur des Humains ? La mère des croyants, Aïcha, la seule vierge que le Messager de Dieu ait épousée raconte : « Gabriel était venu voir le Prophète et, lui montrant une image de moi, lui avait dit: celle-ci est ta femme» (Cf. Al-Sira. Tome 1, page 463).

Elle se sent très honorée (et aimait raconter, avec beaucoup de fierté), que sa salive soit la dernière chose à entrer dans le ventre du Prophète qui, sur le point de rendre l’âme, lui avait demandé de lui mâcher un cure-dents avec lequel elle l’aida ensuite à se frotter les dents. Car le Saint Envoyé d’Allah, très malade, avait sollicité et obtenu de ses autres épouses, l’autorisation d’aller se faire soigner chez Aïcha et d’y rester. C’est dans la chambre même et sur les genoux de cette vénérée mère des croyants, que le Messager d’Allah rendit le dernier soupir. C’est de cette chambre aussi où il fut mis sous terre, qu’il sera ressuscité dans une posture de gloire, Incha Allah! C’est donc pour dire !

Du reste, tous les autres mariages du Prophète (PSL) étaient contractés pour des raisons sociales et/ou politiques. Les résultats ont été fantastiques, spectaculaires…De nos jours aussi, les mariages ont permis à de nombreuses personnes de tous les continents, toutes races confondues et résidant à l’étranger, d’acquérir la nationalité du pays d’origine de leurs conjoints. C’est un secret de polichinelle. S’agissant des « captives de guerre » auxquelles fait allusion cette tristement célèbre « islamologue », l’on pourrait se contenter d’indiquer que c’est d’abord la Bible, qui a dit que Dieu a instruit à Son Messager Moïse (P):
-« Lorsque vous partirez en guerre contre vos ennemis, que le Seigneur votre Dieu les livrera en votre pouvoir et que vous ferez des prisonniers, l’un de vous apercevra peut-être parmi eux une jolie femme ; s’il en tombe amoureux et désire l’épouser, il pourra l’emmener chez lui. La femme se rasera la tête, se coupera les ongles, changera son vêtement de prisonnière contre un autre, et elle demeurera chez cet homme. Elle portera le deuil de son père et de sa mère pendant un mois. Ensuite seulement, l’homme pourra s’approcher d’elle et la prendre pour femme. Si plus tard elle cesse de lui plaire, il lui rendra la liberté. Il n’aura pas le droit de la vendre pour en retirer de l’argent, ni d’en faire son esclave, après l’avoir obligée à être sa femme » (Deutéronome 21 :10-14).

Madame Anne-Marie Delcambre ne devrait-elle donc pas se sentir fière et honorée de voir le Sceau des Messagers appliquer une loi contenue dans la Bible aussi, avec cette différence qu’au lieu de se conduire en débauché, en jouisseur, Muhammad épousa légalement Rayhana bint Zayd et Safiyya bint Huyayy (car c’est d’elles qu’il s’agit) après seulement que celles-ci eurent embrassé l’Islam ?...

Au total, les mariages ont été de redoutables armes pour avoir permis la conversion à l’Islam d’un nombre incalculable de païens que ni la prédication du Prophète, ni les tranchantes épées de tous les Compagnons n’avaient réussi à faire embrasser la Religion d’Allah (SWT). En plus d’avoir été un cadeau céleste pour celles qui étaient devenues, par suite de leur union avec l’Envoyé d’Allah, les mères des croyants et vivront donc éternellement au Paradis, conformément à la promesse du Seigneur. Les compagnons ont rapporté que Dubâ’a bint’Amir en a voulu à son fils Salma ibn Hishâm à qui le Messager de Dieu avait demandé de lui donner en mariage sa mère qui était devenue veuve. Celui-ci promit de faire part à sa mère de la demande du Prophète. Ce qu’il fit. Mais cette dernière le réprimanda de n’avoir pas fait sceller le mariage séance tenante, sans avoir à requérir son consentement à propos d’un inestimable présent qui-pensa t-elle ne pouvait venir que d’en-haut; craignant que l’Envoyé d’Allah ne changea d’avis entre-temps:
« …Le Messager de Dieu t’a demandée en mariage.
-Alors, que lui as-tu répondu ?
-Je lui ai dit que j’allais te consulter.
-Me consulter sur le Messager de Dieu ? Quelle erreur de jugement ! Va vite le retrouver avant qu’il ne change d’avis ».

Or, le Messager de Dieu avait effectivement changé d’avis ! Qu’Allah soit donc satisfait de Dubâ’a bint’Amir et de son fils Salma ibn Hishâm et leur accorde aussi des places au Paradis ! Avoir Muhammad comme époux, est une « baraka », une bénédiction divine sur laquelle aucune femme qui a les faveurs d’Allah (SWT) ne cracherait. Imaginons simplement qu’il n’y ait presque pas une seule famille musulmane au monde où l’on ne trouve une homonyme au moins de l’une des vénérées épouses du Prophète Muhammad (PSL) ! Si ce n’est la mère, c’est la fille ! Mais toutes les femmes ne peuvent pas être gratifiées de cet insigne honneur. Car avec le Prophète Muhammad pour époux, c’est le Paradis assuré à cent pour cent! Le Seigneur dont la Promesse est Vérité l’a garanti aux épouses de Son Envoyé (Cf. Saint Coran 33 : 28-29). Or, le Paradis est l’aspiration de tous les enfants d’Adam (P), ou tout au moins, de ceux d’entre eux qui croient en la résurrection, en l’existence de la vie après la mort : une vie éternelle au Paradis ou en Enfer !

Les mariages du Prophète sont profitables à tout le genre humain. C’est grâce à eux que, par la permission d’Allah (SWT), la plupart des actes et paroles du Saint Messager à qui L’Omniscient a fait connaître d’autres aussi vastes et profondes connaissances que celles contenues dans le Saint Coran, sont parvenus aux Humains et constituent un code de la vie, universel et éternel, pour tous les vrais croyants et croyantes! Les mères des croyants Aïcha, fille d’Abou Bakr, premier Calife du Prophète et Hafsah, fille du deuxième Calife Omar Ben Khatab en constituent de parfaites illustrations…Cela dit, Muhammad avait été amené à proposer le divorce à toutes ses épouses qu’il avait boudées durant un mois, après que les mères des croyants Aïcha et Hafsah, l’ont « contrarié ». Cette proposition de divorce s’inscrivait dans le cadre de l’application d’une instruction d’Allah (SWT) :
« Ô Prophète ! Dis à tes épouses : Si c’est la vie présente que vous désirez et sa parure, alors venez ! Je vous donnerai les moyens d’en jouir et vous libérerai {par un divorce} sans préjudice. Mais si c’est Allah que vous voulez et Son Messager ainsi que la Demeure dernière, Allah a préparé pour les bienfaisantes parmi vous une énorme récompense» (Sourate 33, versets 28-29).

Le Messager de Dieu posa d’abord la question à Aïcha, lui demandant toutefois de consulter d’abord ses parents avant de livrer sa réponse et de ne pas en parler à ses coépouses. Aïcha répondit sans attendre: « Ai-je besoin pour cela de consulter mes parents ? Je choisis sans hésiter Dieu et Son Messager et la vie de l’Au-delà »!
A son tour, Aïcha pria le saint Envoyé de Dieu de ne pas faire part de son choix à ses coépouses, afin de les éprouver. Le Prophète lui répondit toutefois que ce n’est pas pour éprouver les gens que son Seigneur l’a envoyé, mais plutôt pour les tirer des ténèbres et les orienter vers La Lumière. Aïcha rapporte : « Il alla alors poser la question à ses autres épouses et toutes firent la même réponse que moi » !

Elles refusèrent toutes, résolument, d’être séparées de leur respecté mari, en dépit de la misère dans laquelle elles baignaient, préférant ainsi Dieu, Son Messager et la vie dernière, à tous les trésors éphémères de la terre ! Tout comme elles le pleurèrent aussi, lorsque le Seigneur le rappela auprès de Lui.

Les déclarations suivant lesquelles le Prophète (PSL) aurait lui-même avoué aimer la viande, les femmes et les bons parfums, souvent relatées par les ennemis de l’Islam, sont la plupart du temps évoquées en dehors de leur contexte, dans l’intention manifeste de nuire. L’Envoyé d’Allah (PSL) aurait en effet fait cette déclaration pour servir de modèle à sa Ummah dont certains membres étaient tentés par des pratiques surérogatoires excessives, à la suite de l’un de ses sermons où « il parla du Jugement en des termes si terribles que les gens sortirent en pleurant, le cœur empli d’effroi ». Certains des proches compagnons du Prophète, jurèrent alors, désormais, de jeûner tous les jours, de veiller toutes les nuits en priant, de ne plus manger de la viande ou de la graisse, de ne plus jamais s’accoupler avec leurs épouses et de se passer de tous les plaisirs de ce bas-monde. Le Prophète qui avait été tenu au courant de ce serment, fit alors venir ses compagnons concernés et leur parla:
« Vos personnes ont des droits sur vous ! Jeunez, mais mangez aussi ! Priez, mais dormez aussi ! Quant à moi, je prie et je dors, je jeûne et je mange, y compris de la viande et de la graisse. Celui qui quitte ma voie n’est plus des miens » (Cf. Al-Sira. Tome2, page 672).

Pour dissuader ses autres compagnons, le Prophète déclara, au cours de son sermon suivant :
« Que penser de ceux qui renoncent aux femmes, à la nourriture et aux mets savoureux, au sommeil, à tous les plaisirs de la vie ? Je ne vous commande pas de devenir des prêtres ou des moines. Ma religion n’interdit ni les femmes ni la viande, elle ne vous prescrit pas de vivre dans les cellules d’ermites. […] La piété consiste à combattre au service de Dieu. Adorez Dieu et ne Lui associez personne, accomplissez le pèlerinage grand ou petit, faites vos prières, acquittez l’aumône, jeûnez pendant le mois de Ramadân. Ceux qui, avant vous, ont été intransigeants avec eux-mêmes, ont épuisé leurs forces, car Dieu s’est alors montré intransigeant avec eux ! Vous trouverez les derniers d’entre eux dans les monastères ou les ermitages… » (Cf. Al-Sira. Tome 2, page 673).

Car l’Islam est une Religion du juste milieu, ni extrémiste ni libertine, Allah (SWT) ne l’ayant pas établie pour en faire un fardeau sur ses serviteurs :
« Allah n’impose à aucune âme une charge supérieure à sa capacité. Elle sera récompensée du bien qu’elle aura fait, punie du mal qu’elle aura fait. Seigneur, ne nous châtie pas s’il nous arrive d’oublier ou de commettre une erreur. Seigneur ! Ne nous impose pas ce que nous ne pouvons supporter, efface nos fautes, pardonne-nous et fais-nous miséricorde. Tu es Notre Maître, accorde-nous donc la victoire sur les peuples infidèles » (Sourate 2, verset 286).

Il est bien étrange que cet écrivain, auteur de tant d’autres ouvrages sur le Prophète illettré et sur l’Islam, soutienne que Muhammad (PSL) n’était intéressé que par les biens matériels et les femmes ! Si tel était vraiment le cas, le sobre et chaste Messager qui, même à l’âge adolescent ou jeune, ne s’intéressait à rien de ce qui passionne généralement les jeunes garçons, a eu une formidable occasion de parvenir à ses fins, lorsque Utbah, « un citoyen connu pour son hilm, pour son sang-froid, son attitude raisonnée et son réalisme » (ainsi que l’a présenté l’homme d’église roumain Virgil GHEORGHIU dans son ouvrage « La vie de Mahomet »), à la tête d’une importante délégation des nobles de la Mecque, vint lui proposer un marché:
« Mahomet, nous savons depuis toujours que tu es un homme raisonnable, charitable et aimable. Nous ne t’avons jamais vu faire de mal à personne. Je n’ai pas besoin de te dire quelle agitation et quel désordre tes entreprises ont causés dans la ville. Dis-moi franchement quel est le but de tout cela ? Désires-tu de l’argent ? Je te garantis que la ville, pour te satisfaire, amassera autant d’argent que tu voudras. Désires-tu des femmes ? Prends pour épouses les plus belles filles de la ville. Je t’assure que nous sommes tous d’accord pour te donner satisfaction. Veux-tu être à la tête de la cité ? Nous sommes tous prêts à te choisir pour chef. Mais à une condition : Ne nous blesse plus dans notre amour-propre. Ne dis plus que nos idoles, ainsi que ceux parmi nous et parmi nos ancêtres qui les ont adorées, sont destinés aux feux éternels de l’enfer. Si tu es malade, nous chercherons les meilleurs guérisseurs du corps et de l’âme. Nous n’aimons ni les discordes, ni les bouleversements dans la ville ».

Au lieu de conclure séance tenante le marché comme tout homme intéressé par l’argent et les femmes n’aurait pas hésité une seule seconde à le faire, Muhammad qui, pour tout héritage n’a laissé après son retour auprès du Seigneur que le Coran et sa Sunna (mais quel précieux héritage !) et qui a vécu dans l’abstinence jusqu'à son mariage, a plutôt rétorqué :
« Pourquoi m’affligez-vous ?...Je suis l’envoyé du Ciel auprès de vous…Croyez en Dieu et en Son Envoyé…C’est pour vous la route du bonheur. Si vous le saviez, Quraychites ! Adorez le Seigneur de cette maison. Le Seigneur qui vous a nourris et qui vous préserve de la faim et qui vous assure contre la crainte… ».

El Hadj Boubou SENGHOTE
Humble serviteur d’Allah Le Redoutable
Email : boubousenghote@yahoo.fr






El Hadj Boubou SENGHOTE

Lundi 1 Octobre 2012 - 09:35



Dans la même rubrique :
< >

Réagissez à cet Article

1.Posté par syllaabdoulaye le 10/10/2012 12:52

djazaakoumoullahou khayrane! Amine. Allahoumma sally alaa sayyidinaa mouhammadine wa alaa aalihi wa sahbihi wa sallim..
Allahoumma sally alaa sayyidinaa mouhammadine wa alaa aalihi wa sahbihi wa sallim.. Allahoumma sally alaa sayyidinaa mouhammadine wa alaa aalihi wa sahbihi wa sallim.

2.Posté par syllaabdoulaye le 10/10/2012 12:56

djazaakoumoullahou khayrane! Amine. Allahoumma sally alaa sayyidinaa mouhammadine wa alaa aalihi wa sahbihi wa sallim. C'est notre exemple notre pére, notre guide, notre ami, notre argument, notre général et notre fierté.

Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.








TWITTER
L'actualité politique fait le menu des quotidiens http://t.co/XTaJHQeLrc
Le Dr Bakary Samb explique pourquoi le Senegal ne doit pas rompre ses relations diplomatiques... http://t.co/GpPpfd2CzB
Le Dr Bakary Samb explique pourquoi le Senegal ne doit pas rompre ses relations diplomatiques avec Israël: La... http://t.co/AxlubRwPQt
LE DR BAKARY SAMB EXPLIQUE POURQUOI LE SENEGAL NE DOIT PAS ROMPRE SES RELATIONS DIPLOMATIQUES AVEC ISRAËL http://t.co/pFvunvmM5l
LE DR BAKARY SAMB EXPLIQUE POURQUOI LE SENEGAL NE DOIT PAS ROMPRE SES RELATIONS DIPLOMATIQUES AVEC ISRAËL http://t.co/JFGhJ6etJ8
Dakar Dem Dikk : Me Moussa Diop remplace Dame Diop http://t.co/vf4wocdp65
SOUVENIR DU 28 JUILLET - BOUNA ALBOURY NDIAYE, MANSOUR BOUNA NDIAYE : TEL PÈRE, TEL FILS ! http://t.co/CAUQMarwDZ
SOUVENIR DU 28 JUILLET - BOUNA ALBOURY NDIAYE, MANSOUR BOUNA NDIAYE : TEL PÈRE, TEL FILS !: Le fils du dernier... http://t.co/eNP8YY2gNT
PLAN SENEGAL EMERGENT : Ibrahima Wade nommé directeur général du Bureau opérationnel de suivi http://t.co/0Xjxe7iVSc
PLAN SENEGAL EMERGENT : Ibrahima Wade nommé directeur général du Bureau opérationnel de suivi: L’inspecteur... http://t.co/Dn22TG2rDV