contenu de la page



MARCHE DE L’OIGNON L’oignon local introuvable dans la banlieue



Après l’assurance du Directeur de l’Agence de Régulation des Marchés (Arm), quant à la baisse du kilogramme d’oignon, cette denrée très prisées par les consommateurs, reste toujours chère avec des prix qui varient entre 500 et 525 F Cfa. Aux marchés de Bene Baraque de Yeumbeul et de Thiaroye l’ognon local est introuvable. Seules les variétés importées sont disponibles sur ces marchés avec des prix variant entre 09 mille et 12 mille F Cfa pour le sac de 25 kilogrammes.



MARCHE DE L’OIGNON L’oignon local introuvable dans la banlieue
A l’entrée du marché de Bene Baraque situé dans la commune d’arrondissement de Yeumbeul Nord, des tas d’oignon et de pompes de terre sont exposés à même le sol. Un sac vide sert de support. A quelques mètres, dans un petit local, s’étale sur un banc, une jeune fille du nom de Mamy Lô, visiblement secouée par le jeun. A l’intérieur, est exposé de manière ordonnée, des produits alimentaires et des dizaines de kilogrammes d’oignons. La vendeuse soutient que l’oignon local est presque introuvable dans le marché. Concernant l’oignon importé, seul disponible sur le marché, il se vend à 11500 F Cfa le sac de 25 kilogrammes à raison de 500 F Cfa le kilo, selon Mamy Lô. Cette dernière constate qu’en cette période Ramadan les ventes ont foncièrement baissé. Si la jeune vendeuse vendait jusqu’à 25 kg par jour, présentement, elle peine à écouler 10 kilos.

A l’intérieur du marché, clients, mendiants et dockers se bousculent. L’humidité du sol, la chaleur et l’odeur des fruits de mer, ont fini par provoquer une atmosphère spéciale qui est propre à ce marché. Pour Khady Niang, vendeuse de légumes, l’oignon local est introuvable sur le marché. Se disant novice dans le secteur du commerce, elle pense que les prix sont très élevés et qu’ils pourront baisser d’ici la fête de Korité. « Je cède l’oignon importé à 500 F Cfa le kilo, mais les ventes sont moyennes », déclare-t-elle, en esquissant un sourire.

Sur les lieux, Mame Lo, venue s’approvisionner estime que l’oignon importé est meilleur que celui local. Interpellée sur les prix, elle soutient qu’elle est obligée d’acheter au prix imposé par le marché. Trouvant les prix trop exorbitants, la dame informe qu’elle se dispute chaque jour avec son mari qui est obligé de débourser plus pour les besoins de la dépense quotidienne. A en croire cette dame, avec cette nouvelle donne, son époux pense qu’elle gaspille l’argent de la dépense quotidienne.

Toujours dans le même marché, l’absence de l’oignon local se confirme davantage. Moussa Ndiaye, jeune commerçant soutient tout azimut qu’il y a presque un mois qu’il n’a pas d’oignon local et à l’époque le sac de 25 kg coutait 17000 F Cfa. A son niveau, une légère hausse a été constatée. Ce qui l’amène à vendre le kilogramme d’oignon importé à 525 C Cfa. Moussa Ndiaye est très pessimiste quant à la baisse éventuelle du prix de l’oignon d’ici la fin du ramadan.

A quelques encablures, Cheikh Yally, commerçant, la cinquantaine s’affaire à satisfaire les besoins d’une cliente. M. Yally affirme avoir acheté le sac de 25 Kilos à 12 mille F Cfa pour le revendre à 500 F Cfa le Kilo. Selon lui, la baisse des prix dépend de la disponibilité du produit sur le marché.

Au marché de Thiaroye le constat est le même mais le décor est tout autre. Ici l’insalubrité est frappante. L’eau de pluie mélangée avec le ruissellement des fosses sceptiques qui emportent des tas d’immondice, dégage une odeur nauséabonde, à la limite insupportable. Avec l’état de délabrement très avancé des routes, le moyen de transport le plus efficace reste les charrettes. C’est dans un tel décor du marché de Thiaroye que se font les transactions entre clients, vendeurs et autres acteurs. Dans ce marché, l’ognon local est aussi introuvable. C’est du moins l’avis d’un jeune commerçant grossiste interpellé sur la question. Timide et réticent, répondant difficilement à nos questions, M. Lèye affirme : « je ne vends que de l’oignon importé ». M. Léye soutient dans un air superstitieux qu’il vend le sac de 25 kilos à 11.500 F Cfa et peut écouler jusqu’à 8 sacs par jours.

Même son de cloche pour Ablaye Fall, un autre grossiste. Chez lui, il n’y a aucune trace d’oignon local. Toutefois chez M. Fall, on note une différence de prix par rapport aux autres fournisseurs rencontrés. Ici le sac de 25 kilos se vend à 9.000 F Cfa.

Pour Ablaye Fall, l’oignon local leur cause beaucoup de problèmes et sa qualité n’est pas des meilleurs. Et, d’ajouter l’oignon cultivé au Sénégal pourrit très vite et engendre des pertes énormes. Le commerçant a profité de l’occasion pour décrier l’état du marché et accuse en passant les autorités locales avec à leur tête le Maire de Thiaroye. M. Fall de préciser : « nous payons toutes sortes de taxes et nous continuons à travailler dans cette insalubrité ». La dégradation de la route principale du marché Thiaroye a été aussi évoquée en estimant que « quand on barre la route de Tally Diallo, les voitures passent dans le marché et ça bloque notre travail ». Notre passage sur les lieux a permis de constater que les embouteillages observés sur cet axe empêchent les conteneurs de décharger les marchandises et ce qui entraine des manques à gagner énormes.




Source : Sudonline.sn

Vendredi 27 Août 2010 - 10:57



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.










TWITTER
SENEGAL | VIDEO - Thierno Madani Tall reçu par le Khalif des Mourides;Cheikh... | PICCMI https://t.co/pZwHZX5tnN https://t.co/17iabZTm9w
SENEGAL | BARTHELEMY DIAS S’EXPLIQUE, CE MARDI: A peine installée en début de... | PICCMI https://t.co/PqwpvrLqp9 https://t.co/0m6JyAU8g7
SENEGAL | HAUT CONSEIL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES: TANOR, LES MAINS LIEES:... | PICCMI https://t.co/VV2cQjULaT https://t.co/wZIfpUWEEU
SENEGAL | MISSIONS DE PAIX DE L’ONU : LE SÉNÉGAL POUR UN RÉAJUSTEMENT DES... | PICCMI https://t.co/XvLaiZPAoG https://t.co/ldK6JzK6UL
SENEGAL | Panne de la chaloupe en pleine mer : GOREE ECHAPPE AU NAUFRAGE -... | PICCMI https://t.co/zLHP61XGsN https://t.co/p0MCryEI5l
SENEGAL | 114ème Gamou de Pire : El Hadj Moustapha Cissé relève les pires tares... | PICCMI https://t.co/7nH27hDgM9 https://t.co/MS9UMT9Fsz
SENEGAL | COMMÉMORATION DU CINQUANTENAIRE DU 1ER FESTIVAL MONDIAL DES ARTS... | PICCMI https://t.co/0jJd7Jvgam https://t.co/LQcWO2wsb9
SENEGAL | LIGUE 1 : LE STADE DE MBOUR BATTU (0-1) À DOMICILE PAR GORÉE: Le... | PICCMI https://t.co/T3em6qhkEf https://t.co/YKWg3zF3PS
SENEGAL | LIGUE 2 : LE DUC PREMIER LEADER: Le Dakar université club (DUC) a... | PICCMI https://t.co/PwvMrdrPEi https://t.co/kro3wWWdsa
SENEGAL | SAHARA OCCIDENTAL : MOHAMMED VI SALUE "LE SOUTIEN INÉBRANLABLE" DE... | PICCMI https://t.co/Gsk6y8uRpW https://t.co/RX7Nzf7CN9