contenu de la page



MAUVAISES CONDITIONS SOCIALES A L’AFTU: Les travailleurs étalent leurs misères



Les travailleurs de l’Association pour le financement du transport urbain(Aftu), ont organisé hier jeudi un sit-in à la gare routière de Petersen. Cette manifestation avait pour objectif de rappeler au patronat les points saillants de leur plate forme revendicative déposée du temps de Salvy. Ils exigent ainsi leur régularisation comme agents de la société et l’application du protocole d’accord qui a été signé dans ce cadre. De même, ils dénoncent leurs conditions de travail très précaires. Car, disent-ils, chauffeurs, receveurs, contrôleurs tous croupissent dans la misère à l’Aftu. Ce qui les avait poussés d’ailleurs à déposer un préavis de grève le 3 septembre dernier. Dans cette situation les femmes payent la plus lourde tribut au point de se demander si la parité a été bien votée par le parlement.



MAUVAISES CONDITIONS SOCIALES A L’AFTU:  Les travailleurs étalent leurs misères
Les travailleurs de l’Aftu ont organisé jeudi 28 au niveau de Petersen. Ils sont dans la misère et sont menacés de licenciement. Ils déplorent leurs mauvaises conditions de vie et de travail. Ils sont très remontés contre leurs patrons. Car même s’ils sont recrutés sur la base des contrats ceux-ci n’ont en fait jamais été officialisés. Ils exigent alors l’application du protocole d’accord signé entre le président des Gie (Groupement d’intérêt économique) de l’Aftu et les travailleurs. Un préavis de grève a été déposé le 3 septembre dernier, les travailleurs de l’Aftu.

La loi sur la parité est votée au Sénégal mais les travailleuses de l’Aftu n’ont pas senti les effets de cette loi qui pourtant protège les femmes dans le milieu du travail. Ces femmes qui sont pour la plupart d’entre elles, des vendeurs de tickets payent la plus lourde tribut. Elles vivent le calcaire surtout quand elles sont mariées. Là, les amazones de l’Association pour le financement du transport urbain commencent à se lasser de vivre cette misère et ce calvaire. « Rien qu’à cause d’un petit retard de 5 minutes, l’agent est considéré comme absent. Par exemple je quitte chez moi à partir de 5h du matin et je descends à 14h », a déclaré cette jeune fille élancée qui veut garder son l’anonymat.

C’est pour ne pas payer les pots cassés, parce qu’ elle risque d’être licenciée comme ses collègues qui viennent de se marier . « Une vendeuse, dit-elle est mariée ces temps-ci, conséquence, elle a été licenciée sans aucune autre forme de procès.. Elle est une femme surtout elle est soutien de famille ». La jeune dame se demande si la loi de la parité a été bien votée dans notre pays. Ce qui est sûr, regrette-t-elle c’est que les femmes de l’Aftu ne vivent pas la parité. Une de nos collègues avait d’ailleurs raconté le calvaire que vivent les travailleuses de l’Aftu lors de la journée des femmes. Conséquence elle a été démise de ces fonctions, ce qui n’est pas normal si nous nous n’osons pas dire nos véritables problèmes. Qu’allons-nous faire alors ». La vendeuse de ticket s’empresse d’ajouter : « Mon salaire je le perçois par billetage, 75.000f CFA à la fin du mois. Les 5.000f CFA, c’est pour les Ipm. Alors que rien n’est fait pour notre prise en charge en cas de maladie. Nous voulons bénéficier des avantages que les femmes mariées », fulmine-t-elle. Ces braves jeunes filles préfèrent travailler à la sueur de leur front et non pas s’adonner à des pratiques perverses. « Nous sommes toutes des soutiens de famille. Ce travail est notre gagne pain, mais non un moyen de dévier les jeunes qui y travaillent vers des mauvaises pratiques », soutient-elle sous l’anonymat.

Selon Maba Diakhou Fall, le délégué des travailleurs de l’Aftu « Les travailleurs de l’Aftu sont dans des conditions très difficiles. Nous subissons des licenciements abusifs. Nous exigeons que les transporteurs annulent les contrats des travailleurs fictifs ». Le délégué des travailleurs de l’Aftu poursuit « Nos patrons avaient signé un protocole d’accord pour recruter les travailleurs. Pour ceux qui avaient fait trois ans de service, ils vont être recrutés. Jusqu’à présent rien n’est encore fait, certains transporteurs appellent les travailleurs pour signer des contrats abusifs ». Et d’ajouter : « Nous nous donnerons corps et âmes pour recouvrer nos droits. Il faut que les transporteurs nous mettent dans de bonnes conditions surtout qu’ils reversent les cotisations sociales aux ’Imp et à l’Ipres » renchérit Maba Diakhou Fall.

Par ailleurs, le Secrétaire général des Gie de l’Aftu a estimé que tous les contrats sont signés et tout est en règle au niveau de l’inspection régionale du travail de Dakar « Nous avons signé un processus de contrats avec l’Ipres, le Cetud, la Caisse Sécurité Sociale et l’Inspection du travail. Nous avons fait appel aux délégués des Gies. Ils ont déjà tous signé. Tous les éléments mécontents sont licenciés. C’est pour cela qu’il véhicule des fausses informations » a livré le même secrétaire général du Gie de l’Association pour le financement du transport urbain.

SUDONLINE.SN

© PiccMi.Com - Le Magazine du Web Sénégalais

Vendredi 29 Octobre 2010 - 10:16



Réagissez à cet Article

1.Posté par thiam le 03/09/2011 23:27

j déplore vraiment latitude des proprio des bus tata qui exploitent nos frères et soeurs qui se réveillent avant
tous car ce sont eux ki nous transportent . Ce que gagne tata est superieur ou egal a ce que gagne DDDik alors que les agents de ce dernier beneficient de quelques privileges par rapport a ceux de TATA.
la mauvaise gestion dbute au sommet de l'etat jusque ds nos maison


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.










TWITTER
SENEGAL | VIDEO - Thierno Madani Tall reçu par le Khalif des Mourides;Cheikh... | PICCMI https://t.co/pZwHZX5tnN https://t.co/17iabZTm9w
SENEGAL | BARTHELEMY DIAS S’EXPLIQUE, CE MARDI: A peine installée en début de... | PICCMI https://t.co/PqwpvrLqp9 https://t.co/0m6JyAU8g7
SENEGAL | HAUT CONSEIL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES: TANOR, LES MAINS LIEES:... | PICCMI https://t.co/VV2cQjULaT https://t.co/wZIfpUWEEU
SENEGAL | MISSIONS DE PAIX DE L’ONU : LE SÉNÉGAL POUR UN RÉAJUSTEMENT DES... | PICCMI https://t.co/XvLaiZPAoG https://t.co/ldK6JzK6UL
SENEGAL | Panne de la chaloupe en pleine mer : GOREE ECHAPPE AU NAUFRAGE -... | PICCMI https://t.co/zLHP61XGsN https://t.co/p0MCryEI5l
SENEGAL | 114ème Gamou de Pire : El Hadj Moustapha Cissé relève les pires tares... | PICCMI https://t.co/7nH27hDgM9 https://t.co/MS9UMT9Fsz
SENEGAL | COMMÉMORATION DU CINQUANTENAIRE DU 1ER FESTIVAL MONDIAL DES ARTS... | PICCMI https://t.co/0jJd7Jvgam https://t.co/LQcWO2wsb9
SENEGAL | LIGUE 1 : LE STADE DE MBOUR BATTU (0-1) À DOMICILE PAR GORÉE: Le... | PICCMI https://t.co/T3em6qhkEf https://t.co/YKWg3zF3PS
SENEGAL | LIGUE 2 : LE DUC PREMIER LEADER: Le Dakar université club (DUC) a... | PICCMI https://t.co/PwvMrdrPEi https://t.co/kro3wWWdsa
SENEGAL | SAHARA OCCIDENTAL : MOHAMMED VI SALUE "LE SOUTIEN INÉBRANLABLE" DE... | PICCMI https://t.co/Gsk6y8uRpW https://t.co/RX7Nzf7CN9