contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
PiccMi.Com



Macky Sall en vedette dans la presse sénégalaise



Les quotidiens sénégalais parvenus lundi à APA accordent un traitement de faveur à la sortie médiatique, hier, du président Macky Sall, sur une télévision française, se prononçant ainsi sur plusieurs sujets.



«Les homosexuels sénégalais sont libres de faire ce qu'ils veulent. La Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI) fait correctement son travail. Je n'ai pas souhaité la prison à Karim», dit le président Sall dans La Tribune.

Libération insiste sur «les vérités de Macky Sall» sur la délinquance financière, l'affaire Karim Wade, les délits de presse et la dépénalisation de l'homosexualité et note : «Que les homosexuels soient homosexuels, c'est leur problème. Ce n'est pas mon problème».

Dans Le Populaire, le chef de l'Etat ne «regrette rien de ce qui s'est passé au Sénégal» et précise que «Wade n'est pas son ennemi».

A la manchette de Sud Quotidien, Macky Sall estime que «l'affaire Karim n'a rien d'exceptionnel».

S'agissant de la réforme de la CREI, Le Quotidien note que «Macky confirme Mimi (Aminata Touré, son ancien Premier ministre)».

L'Observateur se focalise sur ces nouvelles règles à la Présidence et souligne que «Macky Sall chamboule le Palais».

«Audiences réduites pour les ministres-conseillers, conseillers spéciaux , interdit d'errer dans les couloirs, des caméras pour surveiller les mouvements, pointage électronique obligatoire pour le personnel, à l'entrée et à la sortie», explique L'Obs.

Traitant de l'émigration, Sud Quotidien fait une «immersion dans le calvaire des émigrés».

Pendant ce temps, Le Populaire revient sur le rapport du Fmi et informe que «le Sénégal (est classé) 25ème pays le plus pauvre» et donne «les arguments du Gouvernement pour démonter le Fmi».


Lundi 26 Octobre 2015 - 08:04



Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.