contenu de la page



Maïmouna Touré, mère des quadruplés de l’Hôpital Principal : «Quel miracle !»





Maïmouna Touré, mère des quadruplés de l’Hôpital Principal : «Quel miracle !»
Après cinq années dans les liens du mariage, la dame Maïmouna Touré, 30 ans met au monde des quadruplés à l’hôpital Principal de Dakar. Cette femme, qui a des cas de gémellité aussi bien dans sa famille que celle de son mari, a bien respecté cette tradition. Pour la prise en charge médicale et le suivi de ses bébés, elle lance un appel aux bonnes volontés.

Elle commence d’abord par de petites grimaces. Des efforts pour trouver la position idéale afin de pouvoir échanger avec ses hôtes du jour. Des gestes qui renseignent sur son état de santé encore précaire. Maï­mouna Touré, une jeune dame de trente ans vient de mettre au monde quatre bébés. Couchée sur le dos dans son lit au bloc des opérés récents de l’Hôpital principal de Dakar (Hpd), cette maman qui fait l’objet de curiosité est sortie, hier, de la salle de réanimation. Malgré deux jours de récupération, la jeune dame a encore du mal à se lever toute seule de son lit. Drapée d’une couverture blanche où est inscrit le logo de l’Hpd, Maïmouna a des difficultés pour sortir des mots de sa bouche.
Pourtant, elle se veut rassurante avec un petit sourire au coin des lèvres : «Je vais bien.» De quoi rendre grâce à Dieu qui lui a donné ces «cadeaux» qu’elle n’a jamais espérés, ni souhaités pour une première grossesse. Elle qui, à plusieurs reprises, s’est demandée comment trois bébés peuvent vivre dans un ventre, se retrouve à faire naître quatre d’un coup. «Quel miracle !», s’exclame-t-elle.

Comme toute femme qui attend un bébé, un jour, cette habitante de Thiès est allée consulter un spécialiste pour les besoins de sa première échographie. Le médecin soupçonne une grossesse multiple. Un diagnostic qui sera confirmé à la douzième semaine de la grossesse par son gynécologue traitant à l’Hôpital Roi Baudouin de Pikine. «Je n’y avais pas cru. J’en riais même, me disant que cela ne peut pas m’arriver. Moi qui me suis toujours interrogée sur comment des bébés peuvent-ils évoluer dans un ventre en même temps», se souvient-elle.

L’effet de surprise passé, Maï­mouna s’en remet à la «volonté divine». Avec l’aide de sa sœur, de sa belle-maman et de son mari qui ont classé cette information top secret, elle a réussi à franchir cette étape. Ils l’ont accompagnée et épaulée jusqu’à la naissance de ses jumeaux, témoigne la nouvelle maman, reconnaissante. Car, cela n’a pas été facile. Elle devait faire face chaque jour aux caprices d’une grossesse assez spéciale. «C’était difficile, j’avais un gros ventre qui ne cessait de prendre du volume. En plus, à un moment donné, je ne pouvais plus supporter mon poids qui augmentait de jour en jour. J’avais pris 23 kilos de plus. D’habitude, je pèse 54 kilogrammes et au terme de ma grossesse, je me suis retrouvée avec 77 kilos», explique-t-elle.

De la joie, de l’émotion et des soucis

Ainsi, les nuits blanches se succédaient parce que la position couchée était devenue un vrai cauchemar. «Je n’arrivais plus à me coucher sur le dos. Je me couchais sur les côtés et cette position n’était pas, non plus, confortable. Je n’avais plus le choix», se lamente-t-elle. Cependant, Maïmouna n’a pas connu la douleur du travail. Sans doute parce que les médecins ont voulu abréger sa souffrance. Mais surtout ils n’ont pas voulu prendre de risque, selon le médecin colonel Pierre Dione qui a supervisé l’opération chirurgicale, après une semaine d’hospitalisation au cours de laquelle l’équipe du colonel Dione a fait le point. «J’avais peur, très peur» malgré les assurances des médecins qui lui disaient : «Ça va aller, ça va aller.» Mais au fil des minutes, la peur cédait à la curiosité. Surtout quand Maïmouna a entendu les cris de ses bébés qu’elle venait de mettre au monde. «Je ne les ai pas vus» et pourtant «ils (lui) manquent déjà», confie la jeune maman qui devra patienter encore pour voir et enlacer ses bouts de chou. L’envie de câliner ses bébés est lisible dans ses yeux qui, malgré la douleur, brillent de joie.

A la crèche, on les a aperçus de loin. Le pédiatre n’autorise pas l’accès. «Ils sont encore fragiles», explique le pédiatre, tout gentil. Son assistante Dr Khadija Fall Kane, indique que l’état des bébés est stable. D’ailleurs, ils ont commencé à s’alimenter depuis mercredi dernier, le lendemain de leur naissance.

Chacun dans une couveuse, les bébés, très minuscules font objet d’une surveillance particulière. Les médecins ne savent pas encore quand est-ce qu’ils vont sortir de la crèche. «On ne sait jamais. Avec les nouveau-nés on n’est sûr de rien. Ça peut changer du jour au lendemain. Mais on espère qu’ils vont sortir de la crèche sains et saufs», souhaite Mme Kane.

Par ailleurs, une autre épreu­ve attend la jeune maman ainsi que sa famille : la prise en charge, surtout des frais médicaux. Rien que pour les bébés, c’est tous les jours 50 000 par bébé pour les soins de la crèche. Sans compter la prise en charge médicale de la parturiente estimée à des centaines de mille.

Ensuite ce sera la dure réalité des dépenses incontournables, au moins pour les deux premières années. Pour cela, bien que issue d’une famille aisée, Maïmouna lance un appel aux bonnes volontés pour l’accompagner dans cette période qui sera sans doute très difficile pour elle et son mari, émigré en Espagne depuis trois ans et qui, dit-elle, subit les effets néfastes de la crise en Europe. Pour l’ins­tant, Maïmouna n’a reçu que les 500 000 francs Cfa du Service de l’action sociale de l’Hpd.

Service social cherche bienfaiteur

Des quadruplés ce n’est pas tous les jours que ça arrive. C’est pourquoi, le service de l’Action sociale de l’Hpd a déjà pris en charge pour une valeur de 500 000 francs Cfa en termes de médicaments pour Maïmouna Touré. Une manière, peut-être, d’inciter les donateurs. Seulement, cette prise en charge n’est rien comparée à la facture trop salée pour madame Touré. Rien que la crèche, elle devra payer chaque jour 200 000 francs Cfa, à raison de 50 000 francs par bébé et par jour.

C’est pourquoi, l’assistant social, Pape Diawando Kébé, et son équipe ne vont pas se limiter à ce geste. Ils sont en train de voir comment trouver d’autres prises en charge. Les bonnes volontés seront les bienvenues pour non seulement payer les frais médicaux mais aussi pour accompagner la jeune mère, une fois sortie de l’hôpital. Pour cela, le Service social a décidé de mettre en place un système de parrainage. Des parrains qui devront aider la dame dans l’achat des couches, du lait et autres produits nécessaires pour la bonne suivie des enfants. Pour l’instant dit M. Kébé, le service social n’a reçu que des promesses.

Le QUotidien

Vendredi 3 Août 2012 - 23:19



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.










TWITTER
SENEGAL | VIDEO - Thierno Madani Tall reçu par le Khalif des Mourides;Cheikh... | PICCMI https://t.co/pZwHZX5tnN https://t.co/17iabZTm9w
SENEGAL | BARTHELEMY DIAS S’EXPLIQUE, CE MARDI: A peine installée en début de... | PICCMI https://t.co/PqwpvrLqp9 https://t.co/0m6JyAU8g7
SENEGAL | HAUT CONSEIL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES: TANOR, LES MAINS LIEES:... | PICCMI https://t.co/VV2cQjULaT https://t.co/wZIfpUWEEU
SENEGAL | MISSIONS DE PAIX DE L’ONU : LE SÉNÉGAL POUR UN RÉAJUSTEMENT DES... | PICCMI https://t.co/XvLaiZPAoG https://t.co/ldK6JzK6UL
SENEGAL | Panne de la chaloupe en pleine mer : GOREE ECHAPPE AU NAUFRAGE -... | PICCMI https://t.co/zLHP61XGsN https://t.co/p0MCryEI5l
SENEGAL | 114ème Gamou de Pire : El Hadj Moustapha Cissé relève les pires tares... | PICCMI https://t.co/7nH27hDgM9 https://t.co/MS9UMT9Fsz
SENEGAL | COMMÉMORATION DU CINQUANTENAIRE DU 1ER FESTIVAL MONDIAL DES ARTS... | PICCMI https://t.co/0jJd7Jvgam https://t.co/LQcWO2wsb9
SENEGAL | LIGUE 1 : LE STADE DE MBOUR BATTU (0-1) À DOMICILE PAR GORÉE: Le... | PICCMI https://t.co/T3em6qhkEf https://t.co/YKWg3zF3PS
SENEGAL | LIGUE 2 : LE DUC PREMIER LEADER: Le Dakar université club (DUC) a... | PICCMI https://t.co/PwvMrdrPEi https://t.co/kro3wWWdsa
SENEGAL | SAHARA OCCIDENTAL : MOHAMMED VI SALUE "LE SOUTIEN INÉBRANLABLE" DE... | PICCMI https://t.co/Gsk6y8uRpW https://t.co/RX7Nzf7CN9