contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Marie NDiaye : "Mon cœur à l'étroit"



Au seuil de la quarantaine et mère de trois enfants, Marie NDiaye vit paisiblement en France, au bord de la Garonne, dans un café transformé en demeure où règne la joie, le bonheur, la lecture et surtout, l'écriture.
Marie NDiaye, née le 4 juin 1967 à Pithiviers dans le Loiret, est une femme de lettres française, ayant notamment remporté le prix Femina en 2001 pour Rosie Carpe, et le prix Goncourt en 2009 pour Trois Femmes puissantes.



Marie NDiaye :  "Mon cœur à l'étroit"
Biographie :
Son père sénégalais et sa mère française se sont connus étudiants en Île-de-France au milieu des années 1960. Née à Pithiviers dans le Loiret, à moins de cent kilomètres au sud de Paris, Marie NDiaye passe son enfance dans la banlieue parisienne, à Bourg-la-Reine. Son père quitte la France pour l'Afrique alors qu'elle n'a qu'un an. Elle ne l'a vu que trois fois, la dernière fois remonte à une vingtaine d'années. Sa mère, professeur de sciences naturelles, dont les parents étaient agriculteurs dans la plaine de la Beauce, l'élève donc seule, avec son grand frère, Pap Ndiaye.

Elle commence à écrire vers l'âge de 12-13 ans. Élève en terminale au lycée Lakanal de Sceaux à l'âge de 17 ans, elle est repérée par Jérôme Lindon, fondateur des Éditions de Minuit, qui publie son premier ouvrage, Quant au riche avenir. La Quinzaine littéraire souligne en 1985 qu'« elle est déjà un grand écrivain. Elle a trouvé une forme qui n'appartient qu'à elle pour dire des choses qui appartiennent à tous. » À la suite de la parution de cette œuvre, elle rencontre celui qui allait devenir son mari, l'écrivain Jean-Yves Cendrey : tout a commencé par une simple lettre de lecteur à laquelle elle répondit. Sa première œuvre lui permit aussi d'obtenir une bourse pour étudier pendant un an à la Villa Médicis à Rome.

À 22 ans, elle revoit son père au Sénégal, au cours d'un premier voyage en Afrique. Elle relate cette rencontre ainsi : « Je ne reconnaissais rien, vraiment rien. Il n’y a strictement aucune transmission dans les gènes qui fait que quand on se retrouve dans le pays d’où vient son père, on se dise « ah, oui, bien sûr, c’est chez moi ! ». C’était au contraire profondément étrange, très autre, mais autre dans le sens attirant, pas déplaisant. »

Marie NDiaye reçoit le Prix Femina en 2001 avec son roman Rosie Carpe dès le premier tour par 9 voix sur 12. Sa pièce de théâtre Papa doit manger figure au répertoire de la Comédie-Française : c'est la seule femme écrivain vivante à avoir cet honneur.

En 2009, elle s'essaie à une nouvelle expérience et participe à l'écriture du scénario du film White Material de Claire Denis, dont elle dit qu'elle est plus « africaine » qu'elle, car elle a passé son enfance au Cameroun. Le film décrit l'histoire d'une Française à la tête d'une plantation de café en Afrique en pleine guerre civile.

Elle reçoit le prix Goncourt 2009 pour Trois Femmes puissantes, roman initialement tiré à 15 000 exemplaires mais qui, avec le succès auprès du public, a au moment du prix un tirage total de 440 000 exemplaires après dix réimpressions.

Selon le palmarès annuel L’Express-RTL publié mardi 16 mars 2010, Marie Ndiaye a été en 2009 l'auteur francophone le plus lu.


Mon cœur à l'étroit, est une véritable radiographie d'une société en mouvement perpétuel et d'un individualisme grandissant. Fantastique et amer, cet ouvrage ne laisse pas indifférent le lecteur. C'est l'histoire de Nadia et d'Ange, un couple d'instituteurs dans une école de Bordeaux. Pour eux, l'enseignement est un véritable apostolat.Mais l'ambiance s'alourdit pour le couple, qui se trouve en butte à une sourde hostilité de la part des élèves, des collègues et même de la population du quartier. Au fil des jours, ils s'engluent dans un brouillard épais, cauchemardesque dans une violente et incompréhensible persécution et se retrouvent dans la tourmente de la vie.

Après plus de vingt ans d'écriture et une quinzaine de livres à son actif, Marie NDiaye, qui a bouleversé avec talent le beau monde du roman et du théâtre.


Mercredi 4 Juillet 2012 - 18:22



Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.