contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Musique et réflexion au menu de l’édition 2010 de Bouki Blues Festival



La troisième édition du Bouki Blues Festival qui s’ouvre vendredi au West African Research Center (WARC) va allier musique et moments de réflexion autour du thème "Patrimoine culturel et Culture de la paix", ont annoncé les organisateurs.



Musique et réflexion au menu de l’édition 2010 de Bouki Blues Festival
En conférence de presse mercredi, le directeur de la manifestation, l’historien Ibrahima Seck, a rappelé que le festival est "un prolongement sur le terrain d’un travail universitaire commencé dans les années 1990."

Ce travail concerne la recherche d’éléments de la culture africaine dans la diaspora (Martinique, Saint-Domingue, Bahamas, Floride, Louisiane, etc.). "Les contes de Bouki y sont présents, a dit Ibrahima Seck. Voilà un lien extraordinaire que nous pouvons utiliser pour mener notre festival. Ce lien traduit les souffrances des Noirs aux Etats-Unis."

Vendredi, entre 16h et 18h, le festival débutera par la projection du film "Sweet Home Chicago" et une animation musicale à l’EspaceTimtimol avec les Frères Dia, joueurs de Hoddu.

Bouki Blues Festival se poursuit à Jiloor Jijaak où il est prévu, samedi, un accueil traditionnel et des prières à Mbind Jijaak, une séance de lutte entre poids légers, une soirée avec les cantatrices de Yaayeem et Jiloor, le Joola Group de Fimela, Saaku Thioro Saar et Alias Diallo.

Dimanche, entre 10h et 13h, le programme prévoit un atelier musical, une séance de lutte traditionnelle entre poids lourds (17h-20h), un concert avec Gabi Nakodjé, Bah Moody, Idy Aw, les Frères Dia et Vieux Mac Faye.

Le lycée Mariama Bâ de Gorée accueillera, mardi entre 10h et 17h, un atelier sur le thème "Lieux de mémoire de l’esclavage comme supports pédagogiques et touristiques", qui réunira des conservateurs de sites touristiques, des professeurs d’histoire et de géographie, entre autres.

Le dernier acte de la troisième édition du Bouki Blues Festival est une table ronde prévue mercredi à partir de 17h au West African Research Center, sur le thème : "La place de la paix dans l’action politique, la pensée et la poésie de Senghor."

En prélude au festival, trois films seront projetés pour montrer les origines du blues et son parcours aux Etats-Unis : "The Land where the blues began" (mercredi), "Feet don’t fail me now- New Orleans Jazz Parades" (jeudi) et "Sweet Home Chicago" (vendredi).

Le Bouki Blues Festival est "une quête et une revivification de ces racines africaines implantées aujourd’hui dans l’imaginaire des Afro-Américains", indique une note de présentation de la manifestation, précisant que cette édition de "Bouki Blues" sera "un hymne à la paix et une réflexion pour la résolution des conflits."

Cadre opérationnel de la manifestation, la parenté à plaisanterie, appelée "kal" par les Wolofs, "dendiraagal" par les pularophones et "sanankuyaa" par les Mandingues, est présentée comme "un puissant moyen de pacification unanimement reconnu et religieusement préservé en Afrique de l’Ouest."

La parenté à plaisanterie est aussi présente dans le cycle de contes de la savane et de la forêt, notamment à travers les aventures de Bouki-l’hyène, rappelle la note de présentation.

Les deux premières éditions du "Bouki Blues Festival" ont eu lieu en 2002 et en 2005. Au sujet de la périodicité du festival, Ibrahima Seck a dit qu’à partir de cette année, elle sera annuelle. "Nous y travaillons, c’est notre objectif. Nous avons trouvé des gens engagés dans la gestion des taches, a-t-il dit. Nous voyons qu’il y a un intérêt."

M. Seck a salué le soutien des ministères sénégalais de la Culture et des Forces armées, du WARC, du département d’Etat américain.

APS

Jeudi 24 Juin 2010 - 09:01



Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.