contenu de la page



NÉBULEUSE AU MARCHÉ CENTRAL AUX POISSONS : Des mareyeurs réclament l’audit de l’entreprise





NÉBULEUSE AU MARCHÉ CENTRAL AUX POISSONS : Des mareyeurs réclament l’audit de l’entreprise
Le climat est toujours tendu au marché central aux poissons où des mareyeurs sont montés sur leurs grands chevaux ce samedi pour réclamer la lumière sur la gestion des recettes du marché. Pour ces mareyeurs, depuis l’arrivée du capitaine « pistonné par Souleymane Ndéné Ndiaye alors tout puissant Premier ministre ; ce jeune de Guinguinéo n’a jamais reversé aucun francs au trésor public ». Suffisant alors pour qu’ils réclament l’audit de la gestion du capitaine, poussant plus loin le bouchon, ces mareyeurs ont en même temps réclamé la tête du directeur.


Les mareyeurs sont bien décidés à ce que le marché central au poisson soit audité. Ils ne demandent ni plus ni moins que la lumière soit faite sur les « recettes du marché qui ne sont jamais reversées au Trésor public depuis l’arrivée du capitaine Babacar Diop à sa tête ». Ce qui motive leur courroux est qu’ils « continuent de payer des taxes quotidiennement, alors que les conditions et l’environnement du marché se détériorent de jour en jour », bien que le capitaine leur ait annoncé que les recettes tournaient en moyenne à 35 millions par mois. « Cela nous pousse à nous poser une série de questions. Où sont reversées toutes ces sommes amassées ? Nous écartons la piste du Trésor public parce que nous savons que cette institution dit tout ignorer du marché. Dans quel compte bancaire sont-elles reversées ? Comment ce compte a-t- été ouvert ? A quand remonte son ouverture ? Qui en sont les signataires ? Le percepteur est-il au courant des réunions du comité de gestion ? » Autant de questions qui mobilisent les mareyeurs, qui ont donné de la voix ce samedi en menaçant de bloquer le fonctionnement de l’établissement marchand. Il s’y ajoute selon Babacar Mbaye, le porte-parole du collectif, que « le directeur nous a clairement dit que personne ne peut rien contre lui. Il a de solides soutiens au sommet du régime en place et que l’audit de ce marché n’aura jamais lieu ». Mais la goutte d’eau de trop aura été le tollé provoqué par la distribution des 275 parcelles à usage d’habitation à leurs ayants droit. Ces derniers temps, il y a eu une sorte de jeu de ping-pong entre des jeunes « montés par le directeur et qui ont été intéressés à hauteur de 60.000FCFA/jeune, avec une promesse ferme de leur verser un million au cas où l’opération échouerait », soutient à nouveau Babacar Mbaye. Interrogé sur les preuves de ses assertions, il renseigne que le « capitaine avait lui-même appelé notre secrétaire général pour lui dire qu’il mettrait du sable dans la distribution des parcelles sises à Tivaouane Peulh. Mais nous lui disons que même s’il est militaire et qu’il peut tout se permettre, nous sommes dans un pays de droit et que nous saurons faire face ». Des propos jugés très graves par les jeunes mareyeurs dont Silmakha Cissé est le porte-parole. Pour ce dernier, par ailleurs coordonnateur de Reewmi et de la coalition Benno Bokk Yaakaar au marché central aux poissons, « la tenue militaire ne saurait être au dessus de la loi. Il faut que Babacar Diop sache que son arrogance et son insolence ne sauraient nous intimider, nous l’attendons de pieds fermes et si l’État ne prend pas ses responsabilités par rapport au marché, nous mareyeurs sauront prendre les nôtres ». Avant d’interpeller « le Forum civil et Transparency international pour que les citoyens ne soient pas encore bernés dans cette affaire de gros sous non reversés au Trésor public ». Le jeune mareyeur d’ajouter que « le marché ne paie ni eau ni électricité, on ne voit pas l’utilité de continuer à payer des taxes et des cartes d’accès à 3000FCFA alors que les chambres froides ne fonctionnent pas, la fabrique de glace somnole et les poissons pourrissent, au grand dam des commerçants et des consommateurs », fulmine Silmakha Cissé.

Les 5 millions de Marème Faye sème la discorde parmi les mareyeurs

On n’en parlera jamais assez des 5 millions que la Première dame Marème Faye Sall a distribués aux organisations de femmes mareyeuses. « Cet argent qui devait être géré par ces femmes bénéficiaires serait toujours entre les main du capitaine Babacar Diop. De réunion en réunion, il a fini par nous dire que désormais il a reçu une lettre du Premier ministre Abdoul Mbaye qui lui fait injonction de se rapprocher du ministre de la Famille qui décide de la manière dont ces fonds vont être gérés. Ce qui est curieux dans cette affaire c’est qu’il ne nous a pas montré une lettre signée du Premier ministre. A ce sujet nous voulons être très claires, ce n’est pas lui qui nous dira comment nous devons gérer ce qu’on nous a offert, nous sommes suffisamment mûres pour pouvoir gérer nos fonds », soutient Mme Awa Diallo présidente des femmes mareyeuses qui a son siège au foyer des femmes du marché. A l’en croire, il y a des lobbies derrière tout cela, « nous connaissons le nombre d’organisations qui doivent bénéficier des 5 millions ; qu’est ce qui peut bloquer le partage ? Les 9 organisations travaillent séparément, depuis des années, pourquoi Babacar Diop tient-il coûte que coûte à nous acheter un container ? Nous disons qu’il y a anguille sous roche ». Du côté de la direction, les femmes proches du directeur incriminé balayent d’un revers de la main « ces accusations qui ne sont que les propos d’adversaires politiques ». Pour Aminata Mbathie, « les 9 organisations sont toutes présentes à la réunion. Sur ces 9 organisations seules deux se sont opposées, pour des raisons qui leur sont propres, à la décision du capitaine Pape Babacar Diop. Nous pensons que le geste de la Première dame ne visait qu’à soutenir les femmes en activité au sein du marché et à booster leur commerce. Nous sommes satisfaites du directeur qui a bien géré le marché », soutient-elle.

L'office

Lundi 30 Juillet 2012 - 08:58



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.










TWITTER
SENEGAL | VIDEO - Thierno Madani Tall reçu par le Khalif des Mourides;Cheikh... | PICCMI https://t.co/pZwHZX5tnN https://t.co/17iabZTm9w
SENEGAL | BARTHELEMY DIAS S’EXPLIQUE, CE MARDI: A peine installée en début de... | PICCMI https://t.co/PqwpvrLqp9 https://t.co/0m6JyAU8g7
SENEGAL | HAUT CONSEIL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES: TANOR, LES MAINS LIEES:... | PICCMI https://t.co/VV2cQjULaT https://t.co/wZIfpUWEEU
SENEGAL | MISSIONS DE PAIX DE L’ONU : LE SÉNÉGAL POUR UN RÉAJUSTEMENT DES... | PICCMI https://t.co/XvLaiZPAoG https://t.co/ldK6JzK6UL
SENEGAL | Panne de la chaloupe en pleine mer : GOREE ECHAPPE AU NAUFRAGE -... | PICCMI https://t.co/zLHP61XGsN https://t.co/p0MCryEI5l
SENEGAL | 114ème Gamou de Pire : El Hadj Moustapha Cissé relève les pires tares... | PICCMI https://t.co/7nH27hDgM9 https://t.co/MS9UMT9Fsz
SENEGAL | COMMÉMORATION DU CINQUANTENAIRE DU 1ER FESTIVAL MONDIAL DES ARTS... | PICCMI https://t.co/0jJd7Jvgam https://t.co/LQcWO2wsb9
SENEGAL | LIGUE 1 : LE STADE DE MBOUR BATTU (0-1) À DOMICILE PAR GORÉE: Le... | PICCMI https://t.co/T3em6qhkEf https://t.co/YKWg3zF3PS
SENEGAL | LIGUE 2 : LE DUC PREMIER LEADER: Le Dakar université club (DUC) a... | PICCMI https://t.co/PwvMrdrPEi https://t.co/kro3wWWdsa
SENEGAL | SAHARA OCCIDENTAL : MOHAMMED VI SALUE "LE SOUTIEN INÉBRANLABLE" DE... | PICCMI https://t.co/Gsk6y8uRpW https://t.co/RX7Nzf7CN9