contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Nasser al-Khelaïfi après son audition devant la justice suisse : «Je repars très tranquille»





Nasser Al-Khelaifi, président du PSG
Nasser Al-Khelaifi, président du PSG
Soupçonné de corruption, Nasser al-Khelaïfi s'est rapidement exprimé devant le Ministère public de la Confédération (MPC) suisse, à Berne, à sa sortie d'audition, vers 18h15. Voici ses mots : «Je suis venu en Suisse pour donner mes explications. J'ai répondu aux questions, je n'ai rien à cacher. Je suis disponible pour le procureur suisse s'il veut me revoir. Je suis venu tranquille et je repars très tranquille.»

Le dirigeant a été entendu par la justice suisse, qui le soupçonne d'avoir corrompu Jérôme Valcke, ancien numéro 2 de la Fifa, pour l'attribution des droits de diffusion des Coupes du monde 2026 et 2030. C'est en qualité de patron de beIN Media que le Qatari de 43 ans, également président du PSG, s'est expliqué durant toute la journée, après une arrivée discrète vers 9h30.

L'audition de ce proche de l'émir du Qatar avait débuté vers 9h45, selon les précisions données par André Marty, porte-parole du ministère public de la Confédération (MPC). La longueur de l'interrogatoire s'explique selon le porte-parole par des besoins de «traduction» mais «aussi en raison des nombreuses questions que nous avons et des réponses que nous souhaitons avoir de la part du prévenu.»

Toujours selon ce porte-parole, «une bonne douzaine de personnes (étaient) présentes dans la pièce» pendant l'audition, «entre les avocats de toutes les parties concernées (dont un avocat de la Fifa, ndlr), le prévenu et deux procureurs du MPC.»


PiccMi.Com

Mercredi 25 Octobre 2017 - 21:24



Dans la même rubrique :
< >

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.