contenu de la page



PERSISTANCE DE L’ESCLAVAGE EN SÉNÉGAMBIE : LA LEÇON DOCTORALE DE L’HISTORIEN IBRAHIMA THIOUB





PERSISTANCE DE L’ESCLAVAGE EN SÉNÉGAMBIE : LA LEÇON DOCTORALE DE L’HISTORIEN IBRAHIMA THIOUB
La question de l’esclavage est toujours d’actualité dans nos sociétés, même s’il subsiste sous d’autres formes. Hier à l’Ucad 2, le recteur Pr Ibrahima Thioub a fait un exposé sur les sociétés post-esclavagistes en Sénégambie, dans le cadre de l’école doctorale Etudes sur l’homme et la société (ETHOS) de l’Université Cheikh Anta Diop (UCAD).

"Dans les sociétés où la division du travail est considérée comme servilité, des activités spécialement réservées aux esclaves, comme chez les Poulars, il est difficile d’abolir l’esclavage, même quand les textes juridiques l’abrogent. Pour maintenir l’esclavage, certains utilisent les facteurs naturels ou sacrés".

Le professeur Ibrahima Thioub, recteur de l’UCAD, a présenté hier un exposé sur "les sociétés post-esclavagistes : cas de la Sénégambie". Selon l’historien, l’abolition de l’esclavage dans certaines sociétés est difficile, même quand les textes juridiques le supprime. "Dans la société wolof, explique-t-il, l’esclavage comme idéologie se perpétue, parce que dans beaucoup de villages, il est facile d’identifier les familles serviles. La transmission généalogique continue de s’opérer, parce que le facteur sang utilisé comme idéologie ne permet pas de sortir de l’esclavage." Et, poursuit le Professeur Thioub, cette pratique persiste encore dans des pays comme le Sénégal, la Mauritanie, la Gambie, la Guinée.

En effet, l’école doctorale Etudes sur l’homme et la société (ETHOS) de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD) et le Centre international de recherche de l’Université Humboldt Berlin organisent une académie d’été de 5 jours sur le thème : "Le travail dans les sociétés post-esclavagistes : genre et génération", à l’UCAD 2. Dans son exposé, le recteur est également revenu sur l’origine du mot "Mbindane" qui signifie domestique de maison, en wolof. Il explique : "Lorsque l’esclavage a été aboli à SaintLouis en 1848, les maîtres ont été autorisés à racheter les jeunes employés comme domestiques à l’intérieur du pays. Ils avaient le droit de les garder jusqu’à 7 ou 14 ans, avant de les affranchir. Et une fois rachetés, ces jeunes étaient obligatoirement enregistrés par leurs maîtres au registre des services judiciaires de Saint-Louis". Selon l’historien, c’est cet de acte d’enregistrement de ces jeunes garçons et jeunes filles, que vient le mot "Mbindane" (avec la racine du verbe écrire : "bind" en wolof ). Si on en croit toujours l’historien, certains maîtres refusaient d’affranchir les jeunes. Ils les prenaient pour aller les revendre en Mauritanie ou dans le Walo qui était considéré comme un Etat à part mais, qui entretenait des liens diplomatiques avec le Sénégal d’alors composé de Saint-Louis, Dakar, Rufisque.

Devant un public composé de nombreux doctorants du Sénégal et de l’étranger, le professeur Ibrahima Thioub a éclairé la lanterne des uns et des autres sur la différence qui existe entre les mots esclave et captif. "Le captif est une personne qui reconnaît encore d’où il vient, sa culture, bref, ses origines, tandis que l’esclave, c’est tout à fait le contraire." Il a rappelé le rôle de l’historien qui est, selon lui, "quelqu’un qui réfléchit sur le passé pour éclairer les difficultés du présent, sans trop de violence, en comprenant les origines des comportements contemporains". "Toutes les sociétés ont connu l’esclavage", a précisé le président de l’Assemblée de l’Université.

Cette rencontre va durer cinq jours avec la participation de l’Institut "Re : work" de l’Université Humboldt.

Enquête

PiccMi.Com

Mardi 27 Janvier 2015 - 12:11



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.










TWITTER
SENEGAL | VIDEO - Thierno Madani Tall reçu par le Khalif des Mourides;Cheikh... | PICCMI https://t.co/pZwHZX5tnN https://t.co/17iabZTm9w
SENEGAL | BARTHELEMY DIAS S’EXPLIQUE, CE MARDI: A peine installée en début de... | PICCMI https://t.co/PqwpvrLqp9 https://t.co/0m6JyAU8g7
SENEGAL | HAUT CONSEIL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES: TANOR, LES MAINS LIEES:... | PICCMI https://t.co/VV2cQjULaT https://t.co/wZIfpUWEEU
SENEGAL | MISSIONS DE PAIX DE L’ONU : LE SÉNÉGAL POUR UN RÉAJUSTEMENT DES... | PICCMI https://t.co/XvLaiZPAoG https://t.co/ldK6JzK6UL
SENEGAL | Panne de la chaloupe en pleine mer : GOREE ECHAPPE AU NAUFRAGE -... | PICCMI https://t.co/zLHP61XGsN https://t.co/p0MCryEI5l
SENEGAL | 114ème Gamou de Pire : El Hadj Moustapha Cissé relève les pires tares... | PICCMI https://t.co/7nH27hDgM9 https://t.co/MS9UMT9Fsz
SENEGAL | COMMÉMORATION DU CINQUANTENAIRE DU 1ER FESTIVAL MONDIAL DES ARTS... | PICCMI https://t.co/0jJd7Jvgam https://t.co/LQcWO2wsb9
SENEGAL | LIGUE 1 : LE STADE DE MBOUR BATTU (0-1) À DOMICILE PAR GORÉE: Le... | PICCMI https://t.co/T3em6qhkEf https://t.co/YKWg3zF3PS
SENEGAL | LIGUE 2 : LE DUC PREMIER LEADER: Le Dakar université club (DUC) a... | PICCMI https://t.co/PwvMrdrPEi https://t.co/kro3wWWdsa
SENEGAL | SAHARA OCCIDENTAL : MOHAMMED VI SALUE "LE SOUTIEN INÉBRANLABLE" DE... | PICCMI https://t.co/Gsk6y8uRpW https://t.co/RX7Nzf7CN9