contenu de la page



Parts de marché en exportations dans l'espace CEDEAO : Les entreprises Sénégalais à la traîne





Parts de marché en exportations dans l'espace CEDEAO : Les entreprises Sénégalais à la traîne
De nombreuses décisions politiques économiques (création de l'Adepme, de structures d'encadrement telles que l'Asepex, des instruments de financement ...) susceptibles de permettre aux entreprises privées nationales d'être compétitives ont été prises par l'Etat. Pourtant, plusieurs d'entre elles peinent encore à suivre la concurrence au niveau de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'ouest (Cedeao). Il s'y ajoute que beaucoup d'entreprises sénégalaises ne donnent pas pour l'heure des signes d'amélioration dans les exportations. Une absence de performances qui a fini par occasionner un manque à gagner important en parts de marché.

Les performances actuelles des entreprises privées sénégalaises à l'exportation restent très timides. Dans l'espace Cedeao, "nous avons des résultats très mitigés. La situation n'est pas très reluisante en termes d'exportations", affirme Mor Talla Kane, Directeur exécutif de la Confédération nationale des employeurs du Sénégal (Cnes), bien installé dans son bureau. Une telle situation découlerait d'un passé qui fut favorable au Sénégal dans ce secteur et dont le pays n'a su tirer profit.

En fait, vers les années 60 où il n'y avait que le Sénégal qui avait une industrie et quelques petites entreprises installées dans certains pays, il était plus facile d'exporter dans la sous-région. Le secteur des exportations était en réalité une sorte de "chasse gardée" pour notre pays. Tout ce qui ne venait pas d'Europe venait en général du Sénégal.

Mais après les indépendances, Il y a eu un coup d'accélérateur dans certains pays comme la Côte d'Ivoire, le Ghana, le Nigeria en matière d'industrialisation. L'amélioration du tissu industriel s'est également fait sentir dans des pays voisins comme le Mali. Le Sénégal commence alors à perdre des parts de marché dans ces pays.

Toutefois, le Sénégal reste champion dans certains secteurs, mais avec beaucoup de menaces qui pèse sur un secteur clé comme le ciment qu'il a longtemps dominé. Pourtant, Dakar avait l'avantage d'être bien assise sur la matière première et de réaliser le produit de base.

Seulement, la montée en puissance de l'industrialisation dans les autres pays de la sous-région a permis à ces derniers de combler leur retard et de rattraper du coup le Sénégal.

Face à cette situation, les entreprises sénégalaises ont eu du mal à redresser la barre, surtout que la majeure partie d'entre elles n'ont aucune maîtrise sur le climat des affaires qui ne leur est pas forcément favorable. Et aujourd'hui, il est important de savoir que ce ne sont pas les entreprises qui sont en "compétition seules".

D'après Mor Talla Kane, "les paradigmes ont changé", car avec la mondialisation, ce sont les pays qui sont en compétition les uns avec les autres. Donc, une entreprise ne peut pas être performante dans un environnement qui n'est pas "compétitif", décrète-t-il.

Les entreprises sénégalaises se sont également fait distinguer dans l'exportation des produits agroalimentaires, à l'exemple du lait et du plastique (des bassines) et des chaussures. Ces deux secteurs furent en un moment bien maîtrisés par le Sénégal et il en a beaucoup exporté durant les années de dominance.

Les entreprises qui s'activaient dans l'informel également, qui n'utilisaient pas les circuits "officiels" de l'exportation, et qui s'étaient montrées très entreprenantes, ont su profiter des exportations. Mais c'est dans l'Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) que le Sénégal a plus montré à travers ses entreprises cette maîtrise qu'elle avait sur ses exportations.

Cela trouve son explication dans "l'homogénéité et la proximité" dont le Sénégal bénéficie dans l'espace Uemoa. Etant déjà dans un cadre beaucoup plus restreint (8 pays), et connaissant les liens commerciaux traditionnels, les entreprises sénégalaises étaient plus en mesure de contrôler leurs exportations au niveau de l'Uemoa qu'en dehors de cet espace. La langue, qui est un outil qui favorise beaucoup le commerce, est maîtrisée par le Sénégal, qui partage cela avec les pays de cette zone ainsi que les pratiques administratives.

Maintenant, c'est là où résident les difficultés des entreprises sénégalaises qui exportent dans l'espace Cedeao. Non seulement se posent les difficultés de langue qui, bien qu'étant un outil de commerce, n'est pas une limite, l'éloignement de certains pays tels que le Nigeria demeurant également un frein pour le Sénégal. A cela s'ajoute la dominance par le secteur informel du tissu économique sénégalais.

90% DE PME

Les entreprises sénégalaises composées en grande majorité (90%) de Petites et Moyennes Entreprises (PME), peinent à suivre le rythme de la concurrence dans l'espace Cedeao. Pour preuve, 5,3% des unités seulement exportent si l'on en croit le rapport de l'enquête nationale sur les petites et moyennes entreprises, paru en octobre 2014 et réalisé par l'Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie (ANSD).

Les contraintes dont souffrent ces PME sont surtout liées à l'accès aux marchés extérieurs. D'ailleurs, selon le Directeur général de l'Agence sénégalaise de promotion des exportations (Asepex) Docteur Malick Diop, certes il y a des entreprises sénégalaises qui sont compétitives car couvrant toute la chaîne de valeur export, de la production à la commercialisation à l'export, avec "une bonne qualité intrinsèque et commerciale de leurs produits et une bonne logistique export".

Cependant, il reconnaît qu'il y a encore beaucoup de chemin à faire pour une compétitivité de nos entreprises, malgré les efforts du Gouvernement.

Le retour de la Côte d'Ivoire

En réalité, il est difficile pour les entreprises sénégalaises de gagner des parts de marché dans l'espace Cedeao surtout depuis que la machine ivoirienne a été déclenchée. Absent du circuit commercial pendant près de 10 ans à cause d'une guerre civile, la Côte d'Ivoire tel un phénix est en train de renaître de ses cendres.

Non seulement elle a pu rebondir, mais elle est aujourd'hui en train de récupérer une bonne partie de son marché qu'elle avait perdu. Elle constitue ainsi une réelle menace pour le Sénégal car ayant des "performances que nous n'avons pas en matière d'industrialisation, de production et de commercialisation", si l'on en croit le directeur exécutif de la Cnes.

En outre, les entreprises sénégalaises doivent faire face à la "férocité" commerciale nigériane ainsi qu'à "l'efficacité et à l'ingéniosité" ghanéenne.

La contrainte des Accords de Partenariat Economique (APE) pour les pays de la sous région ne vont pas non plus épargner le Sénégal. Dans les années à venir, ces accords vont constituer un véritable enjeu pour la simple et bonne raison que c'est avec l'affaissement des droits de douane que les marchés Uemoa et Cedeao seront soumis à la compétition.

Cette dernière sera valable aussi bien avec les autres pays de la Cedeao qu'avec ceux de l'Union Européenne (UE). Alors que, l'UE en termes d'efficacité commerciale, en a à revendre. En tant que premier espace économique mondial, elle est à craindre. Ce qui fait que le Sénégal et même les autres pays de la sous-région risquent d'en pâtir si "nous n'avons pas des leviers pouvant permettre de soutenir cette concurrence", redoute M. Kane.

Encore des parts de marché à gagner dans l'espace Cedeao

Le doute n'est plus permis, le Sénégal a du retard à combler et des parts de marché à gagner dans l'espace Cedeao. En attestent les propos du ministre du Commerce, du secteur informel, de la consommation, de la promotion des produits locaux et des PME, Alioune Sarr, lors de l'Assemblée générale du Mouvement des entreprises du Sénégal (MEDS) tenue le samedi 14 mars 2015.

Le ministre a exhorté les entreprises privées à élargir leurs exportations vers les pays de la Cedeao afin de permettre au Sénégal de gagner plus de parts de marché dans la sous-région. A l'en croire, le Sénégal n'exporte que vers cinq pays et est absent sur les 10 restants (15 pays composent la Cedeao).

Un constat que confirme le Secrétaire général du Conseil National du Patronat du Sénégal (CNP). D'après Hamidou Diop, si l'on examine les flux d'orientation géographique des échanges du Sénégal, il apparaît clairement d'une part que "l'essentiel des exportations (plus des 2/3) se résume à sept (7) produits (les produits pétroliers, les produits halieutiques, les produits arachidiers, le ciment, l'acide phosphorique, les légumes frais, l'or.)".

Et d'autre part, "la forte dépendance (Plus de 1⁄2) des exportations envers quelques Pays-Clients (l'Union Européenne, l'Inde, le Mali)".

Pourtant, le marché de le Cedeao est un marché de plus de 300 millions d'habitants, or sur ledit marché régional, l'essentiel de "nos exportations va vers un pays, le Mali (près de 50%) et ne repose principalement que sur les produits pétroliers", déplore Hamidou Diop. En plus du Mali, il y a la Guinée représentant en moyenne 11% de nos exportations régionales, la Gambie 9%, la Côte d'Ivoire 8% et la Guinée Bissau 6%.

Outre les produits pétroliers, le Sénégal exporte du ciment, du poisson, des engrais, du sel et quelques produits industriels. "Figurez-vous que nos produits sont quasi-absents dans tous les pays anglophones (Nigeria, Ghana, Liberia etc.). A cet effet, nous avons dit que si le problème est celui de la maîtrise de la langue anglaise, comment pouvons-nous Etat-Secteur Privé ne pas résoudre cette question ?" souligne le Sg du CNP.

Un constat reconnu par Docteur Malick Diop qui affirme que le Sénégal est certes présent dans l'espace Cedeao, mais "nous devons justement y renforcer notre positionnement à travers deux axes d'intervention majeurs : la diversification de nos produits sur les marchés où nous sommes présent, d'une part, et d'autre part la diversification de nos clients, en allant à la conquête de pays où nos produits sont faiblement représentés afin de saisir les opportunités qui s'offrent à nous, de gagner en parts de marché et d'y positionner les produits "Origine Sénégal" de manière durable".

Échapper au piège des avantages

S'agissant des autres pays comme le Niger, le Bénin, le Burkina..., Hamidou Diop préconise de résoudre la question de l'enclavement du Sénégal dans l'espace communautaire. C'est au Sénégal qu'il revient de promouvoir l'interconnexion et le développement des réseaux de transports ferroviaires, routiers, maritimes et aériens.

A ce propos d'ailleurs, le directeur exécutif de la Cnes propose que le Sénégal fasse le tout pour échapper à ce qu'il appelle "le piège des avantages". Mor Talla Kane pense que c'est comme si le Sénégal était "enclavé". Etant le pays le plus avancé sur le continent africain vers les grandes zones commerciales, le Sénégal a été tellement content de sa position géographique qu'il a dormi sur "ses lauriers".

Notre pays a plus regardé au large derrière les océans en pensant à l'Europe et aux Etats-Unis en oubliant les pays de l'intérieur. "Nous avons tourné le dos au continent qui est une véritable zone d'expansion commerciale", regrette-t-il. Pourtant, c'est là où le Sénégal devrait faire des "muscles" pour pouvoir avancer. C'est cette contrainte qu'il faut lever et regarder désormais vers l'hinterland où il y a "un marché de grande croissance", plaide M. Kane.

Le pays du président Sall gagnerait également à être mature pour soutenir la concurrence surtout dans le domaine de la production de qualité, pour être mieux apte à la compétition. Aussi, l'Etat doit accompagner les entreprises afin de leur permettre de faire face à leurs concurrentes qui sont pour la plupart soutenues par leurs gouvernements.

Ce manque d'accompagnement dont souffrent certaines entreprises sénégalaises fait, selon M. Kane, que le Sénégal n'exporte que vers cinq pays de la Cedeao. Cela n'a pourtant pas un impact significatif sur les capacités des entreprises sénégalaises qui, selon Hamidou Diop, ont "un savoirfaire ; et la qualité de nos produits est reconnue sur le marché régional".Mais il croit que la question de la compétitivité à l'export, c'est aussi celui de la logistique et des infrastructures de transport.

Enquête

PiccMi.Com

Lundi 30 Mars 2015 - 18:00



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.










TWITTER
SENEGAL | VIDEO - Thierno Madani Tall reçu par le Khalif des Mourides;Cheikh... | PICCMI https://t.co/pZwHZX5tnN https://t.co/17iabZTm9w
SENEGAL | BARTHELEMY DIAS S’EXPLIQUE, CE MARDI: A peine installée en début de... | PICCMI https://t.co/PqwpvrLqp9 https://t.co/0m6JyAU8g7
SENEGAL | HAUT CONSEIL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES: TANOR, LES MAINS LIEES:... | PICCMI https://t.co/VV2cQjULaT https://t.co/wZIfpUWEEU
SENEGAL | MISSIONS DE PAIX DE L’ONU : LE SÉNÉGAL POUR UN RÉAJUSTEMENT DES... | PICCMI https://t.co/XvLaiZPAoG https://t.co/ldK6JzK6UL
SENEGAL | Panne de la chaloupe en pleine mer : GOREE ECHAPPE AU NAUFRAGE -... | PICCMI https://t.co/zLHP61XGsN https://t.co/p0MCryEI5l
SENEGAL | 114ème Gamou de Pire : El Hadj Moustapha Cissé relève les pires tares... | PICCMI https://t.co/7nH27hDgM9 https://t.co/MS9UMT9Fsz
SENEGAL | COMMÉMORATION DU CINQUANTENAIRE DU 1ER FESTIVAL MONDIAL DES ARTS... | PICCMI https://t.co/0jJd7Jvgam https://t.co/LQcWO2wsb9
SENEGAL | LIGUE 1 : LE STADE DE MBOUR BATTU (0-1) À DOMICILE PAR GORÉE: Le... | PICCMI https://t.co/T3em6qhkEf https://t.co/YKWg3zF3PS
SENEGAL | LIGUE 2 : LE DUC PREMIER LEADER: Le Dakar université club (DUC) a... | PICCMI https://t.co/PwvMrdrPEi https://t.co/kro3wWWdsa
SENEGAL | SAHARA OCCIDENTAL : MOHAMMED VI SALUE "LE SOUTIEN INÉBRANLABLE" DE... | PICCMI https://t.co/Gsk6y8uRpW https://t.co/RX7Nzf7CN9