contenu de la page



Phénomène de lesbianisme à Dakar : Ces grandes dames qui draguent les jeunes filles



Après le phénomène des cougars à dakar, l'équipe d'enquête de 123dakar s'est penchée sur le lesbianisme qui crée un étonnement toujours pesant chez les autres « normaux ». De nos jours, voir des filles aux allures bizarres et trop proches fait automatiquement douter. C'est encore fait en cachette, mais de plus en plus, elles n'ont plus peur de s'afficher ou même de faire des avances à d'autres filles en plein jour.



Phénomène de lesbianisme à Dakar : Ces grandes dames qui draguent les jeunes filles
Un éternel tabou de la société

Même si les lesbiennes se cachent de moins en moins, elles mènent dans l'ensemble une vie à l'abri des regards indiscrets. Sans nier leur sexualité, elles ne la jettent pas à la face du monde. Une raison simple à cela : l'homosexualité a toujours été et est encore aujourd'hui un tabou majeur de la société et l'homophobie, on en fait le constat tous les jours, est encore très présent en Europe et plus encore ailleurs dans le reste du monde. Tant que le credo "pour vivre heureuses, vivons cachés" aura sa part de vérité, la plupart des lesbiennes resteront dans leur placard, en attendant des jours plus tolérants.

Hélas certaines grandes dames préfèrent les filles. Pourquoi ? es ce une dégradation des mœurs ou juste une envie de découverte sexuelle ? Contrairement aux homosexuels les lesbiennes sont plus sournoises et difficiles repérer.

A dakar ses grandes dames mariées ou célibataires menant une vie tout a fait normal ne donnent pas l'apparence de ce qu’elles sont réellement. Le lesbianisme ou saphisme très répandue au Sénégal existe bel et bien, maintenant certaines femmes « drianké » n'hésitent pas a draguer les jeunes filles. Surtout étudiante ou élève en cas de besoin.

Les grandes dames à l'affut …

Très classe dans sa voiture 4x4 cette dame témoigner pourquoi elle préfère les femmes aux hommes évidemment dans l’anonymat « j’étais mariée et j’ai jamais eu de plaisir avec mon mari. Un jour j’ai rencontré une femme très bien habillée la quarantaine dans une boutique ou on vendait de l’encens, elle a commencé a me parler et me proposait des échantillons de « thiouraye » elle était très sympathique avec moi et comme le courant passait entre nous, on a échangé nos contacts et c’est ainsi qu’on a commençait a se fréquenter et a avoir des relations sexuelles. C'est avec cette femme que j'ai découvert un plaisir si intense que j’ai finalement divorcé de mon cher mari. »

La pratique du lesbianisme se cache derrière des apparences d’amitié singulière et même si ce phénomène est accepté a l’occident c’est pas le cas dans certains pays africain. Au Sénégal particulièrement elles deviennent de plus en plus nombreuses. Dans les boites de nuit elles

s'affichent discrètement pour ne pas trop attirer l’attention. La majorité des grandes dames gouine sont riches de vrai « driankés », des intellectuelles.

« C'était lors d'un séminaire d'entreprise, une dame participante me proposait chaque fin de journée de me déposer avec sa voiture. Je pouvais pas en ce moment imaginer quoi que ça soit. Tout était normale selon moi car je me disais qu'elle voulait juste m'aider en tant que collègue de travail. Mais la veille de la fin du séminaire, en me déposant chez moi vers 19h, la « dame » m'a donné la surprise de ma vie. Elle s'est permis de glisser sa main sous ma jupe pour me dire que j'avais de belles jambes. C'était comme si tous mes poils se sont raidis, mon coeur avait même arrêté de battre ! J'ai aussitôt bouter sa main hors de mes jambes malgré le respect qu'elle m'inspirait. Ensuite, je me suis sauvé de sa voiture en courant, oubliant même mon téléphone. J'ai pas pu dormir cette nuit là, tel un cauchemar, je venais de réaliser que cette digne, gentille, riche et responsable femme était lesbienne. » Se confie Nathalie, 30 ans.

« Moi, je pense que ces femmes sont malades. Il faut être complétement déséquilibré pour préférer une personne du même sexe. J'ai 34 ans, mais jamais au monde je ne préférerai un femme qu'à un homme mûr et bien portant. Je veux même pas imaginer le plaisir qu'on rate quand on décide de ne plus être avec un homme. Elles sont malades! » déclare Yacine M.

Mais le témoignage de cet homme, un batteur de tam-tam nous en dit en plus sur la pratique du lesbianisme; il y en aurait beaucoup plus qu'on ne l'imagine chez les grandes dames ou driankés. "C'est une grande dame, son mari était alors ministre. Elle organisait un "tama" dans sa résidence aux Almadies. Il n'y avait que de belles "driankés", mais que des danses obsènes. Elles ne remarquaient même pas la présence d'hommes que nous étions mes trois gars et moi. Je l'ai suivie jusque dans sa chambre en battant mon "tama" mais la scène avec une dame était choquante. Elles se montraient leurs sexes mutuellement et l'une était presque nue en dansant, elle ne portait plus son pagne".

Pour Moustapha, même si elles ont un copain avec qui elles s'affichent, ça ne change en rien leur lesbiannisme. "J'habite un coin entre Médina et Fass, je vous dit que la fille est bien connue dans le quartier mais personne ne doute de son homosexualité. Elle a un copain et souvent s'affiche avec lui car elle est joueuse dans une équipe de football très connue. J'ai eu la malchance, une fois de la surprendre dans une chambre avec une de ses copines. Toutes nues, elles étaient entrain de se donner du plaisir mutuellement par la main et en s'embrassant. Elles m'ont vu toutes les deux et si elles lisent cet article, elles se reconnaitront." Nous avoue Moustapha qui en souriant finit par lâcher qu'il a "regretté de ne pas le rejoindre ce jour là pour prendre sa part de plaisir et bien les corriger en tant qu'homme."

Mais la grande question est comment en sortir ? Comment reconnaître les femmes homosexuelles ou quelles peuvent être les signes particuliers pour les distinguer des autres ? Les hommes ne sont-ils plus capables ? Les femmes ne retrouvent-elles plus de plaisir chez les hommes ? Où est-ce juste une pratique contre-nature à dénoncer ? Autant de questions qu'on pourrait se poser pour mieux comprendre ce phénomène.

Source: 123Dakar.Com

PiccMi.Com

Vendredi 22 Juillet 2011 - 12:27



Réagissez à cet Article

1.Posté par MOUSTAPHA le 22/07/2011 12:59

c vraiment deguelasse , pire se passe au senegal , il est temps qu'on se reeduque nous meme quon se remette en question. la fin est proche

2.Posté par ANTA le 22/07/2011 13:26

Je pense que c'est femmes ont bien sure des problémes mais Avec les hommes en effet la société sénégalaise est malheureusement en train de s'occidentaliser de ce fait les hommes Sénégalais sont en train de se métamorphoser et de devenir des Brutes pour certains et d'autres de devenir des impuissants Sexuel par effet de trop de STRESSE due aux difficultés qu'ils rencontrent au quotidien et tout cela à des effets directes dans les couples de sorte que pour les femmes il est plus simple et moin fatiguant de s'accoupler entre elles

3.Posté par Néné le 22/07/2011 15:04

Hé DIMBA LI LéNE GNOU NOUS SOMMES AU 21éme Siécle ce que vous faite la nuit vou ne le dite à personne laissez nous vivre notre vie comme nous le souhaitons kou nékoul si bou goudou bi yagui si bou gatte bi

4.Posté par Néné le 22/07/2011 15:08

Et aussi pour compléter le commentaire de Anta ya aussi des filles qui ont été violée par leur pére ou un membre de leur famille c plus déguelasse que MERDE à LA FIN

5.Posté par paul le 22/07/2011 15:17

yaw néné may niou diamm khana legui môom gua ..............

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.










TWITTER
SENEGAL | VIDEO - Thierno Madani Tall reçu par le Khalif des Mourides;Cheikh... | PICCMI https://t.co/pZwHZX5tnN https://t.co/17iabZTm9w
SENEGAL | BARTHELEMY DIAS S’EXPLIQUE, CE MARDI: A peine installée en début de... | PICCMI https://t.co/PqwpvrLqp9 https://t.co/0m6JyAU8g7
SENEGAL | HAUT CONSEIL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES: TANOR, LES MAINS LIEES:... | PICCMI https://t.co/VV2cQjULaT https://t.co/wZIfpUWEEU
SENEGAL | MISSIONS DE PAIX DE L’ONU : LE SÉNÉGAL POUR UN RÉAJUSTEMENT DES... | PICCMI https://t.co/XvLaiZPAoG https://t.co/ldK6JzK6UL
SENEGAL | Panne de la chaloupe en pleine mer : GOREE ECHAPPE AU NAUFRAGE -... | PICCMI https://t.co/zLHP61XGsN https://t.co/p0MCryEI5l
SENEGAL | 114ème Gamou de Pire : El Hadj Moustapha Cissé relève les pires tares... | PICCMI https://t.co/7nH27hDgM9 https://t.co/MS9UMT9Fsz
SENEGAL | COMMÉMORATION DU CINQUANTENAIRE DU 1ER FESTIVAL MONDIAL DES ARTS... | PICCMI https://t.co/0jJd7Jvgam https://t.co/LQcWO2wsb9
SENEGAL | LIGUE 1 : LE STADE DE MBOUR BATTU (0-1) À DOMICILE PAR GORÉE: Le... | PICCMI https://t.co/T3em6qhkEf https://t.co/YKWg3zF3PS
SENEGAL | LIGUE 2 : LE DUC PREMIER LEADER: Le Dakar université club (DUC) a... | PICCMI https://t.co/PwvMrdrPEi https://t.co/kro3wWWdsa
SENEGAL | SAHARA OCCIDENTAL : MOHAMMED VI SALUE "LE SOUTIEN INÉBRANLABLE" DE... | PICCMI https://t.co/Gsk6y8uRpW https://t.co/RX7Nzf7CN9