contenu de la page



RAMADAN : CONFESSIONS D’ADEPTES DU « WOORU GALLE »



Quitter son domicile comme jeûneur et s’empiffrer dehors pour revenir le soir avec une mine triste et attendre l’heure de la rupture, c’est le « wooru gallé ». Le jeûne qui se limite à la maison a été pratiqué par certaines personnes, souvent dans leur jeunesse. Des individus interrogés confessent.



RAMADAN : CONFESSIONS D’ADEPTES DU « WOORU GALLE »
Le « wooru gallé », une pratique bien de chez nous, est en général le fait de sortir de chez soi comme jeûneur et d’y revenir le ventre bourré d’aliment et d’eau. L’expression vient du mot wolof « woor » (jeûne) et du mot pular « gallé » qui signifie maison. Une fois à la maison, les adeptes de cette tricherie affichent une mine de quelqu’un qui a subi les rigueurs du ramadan. Ce phénomène est de mode aussi bien chez les enfants que chez les adultes. C’est plus fréquent chez les jeunes élèves. Pour ces derniers, c’est sous l’influence de quelques-uns d’entre eux ou sous la tentation d’amis qu’ils font le « wooru gallé ». « Parfois, en période de ramadan, quand nous sommes entre copines, nous nous adonnons à beaucoup de folies, nous menant dès fois à préparer à manger, à boire alors que nous étions chez nous comme « jeûneuses », surtout si les parents sont absents », avoue Mama Fall, une élève en cours de vacances au Lycée Seydou Nourou Tall de Dakar. Presque tous les jeunes, surtout les hommes interrogés sur la question avouent qu’ils ont au moins une fois fait le « wooru gallé » durant leur tendre jeunesse, à l’époque de l’apprentissage du jeûne. « J’ai eu à le faire quand je faisais la classe de CM1. Ce jour-là, j’étais fatigué et j’ai bu de l’eau. Mais cela m’avait fatigué davantage, car mon ventre me faisait mal. Après, je ne l’ai plus refait », se souvient Insa Baldé, un jeune âgé de trente ans. C’est aussi le cas de son ami Diarga Diamanka. « Moi aussi, j’ai eu à le faire quand j’avais à peine 10 ans. Je m’efforçais à jeûner car, pratiquement dans la maison, j’étais seul à ne pas le faire et cette situation m’a contraint au jeûne.

Ce jour-là, j’ai piqué une mangue que j’ai mangée, loin des regards », raconte M. Diamanka. Les adultes comme Ibrahima Ndiaye se refusent d’admettre qu’ils se livrent au « wooru gallé ». « C’est juste un manque de « jomm » pour les adultes qui jeûnent chez eux et sortent dehors pour manger. Certains le font car ils ne peuvent pas supporter la faim ou ils ont honte de leur progéniture pour rester manger à la maison. Mais, dans tous les cas, ce n’est pas responsable pour ces adultes », fustige Abdou Khadre Sembène, un vieux de 60 ans, rencontré à l’arrêt bus sur l’avenue Bourguiba. « C’est un phénomène qu’on remarque plus chez les filles. Mais, parmi elles, il y en a qui sont imbues de vertus religieuses et leur bonne éducation ne le leur permet pas », ajoute-t-il. Interrogé sur la question de savoir qu’est-ce qu’il pense du « wooru gallé », Abdoul Sène, 25 ans, répond : « je ne pense pas que les adultes le font. Et je pense que c’est seulement celui qui l’a déjà fait qui peut en témoigner. Moi, je ne l’ai jamais fait. Mais j’entends dire que certains adultes le font ». Khady Mbaye, une jeune collégienne, soutient : « quelques-unes de mes copines de classe mangent souvent à l’école, alors qu’elles soutiennent qu’elles ont jeûné une fois chez elles ».

D’ailleurs, se rappelle Khady, une de ses amies adeptes du « wooru gallé » lui avait fait cette confession : « à la maison, je ne peux pas voir mes petits frères et sœurs jeûner alors que moi je ne jeûne pas ». Alors, la parade est trouvée dans le « wooru gallé » pour sauver les apparences.

Djiby DIA (stagiaire)
Le Soleil

PiccMi.Com

Vendredi 3 Septembre 2010 - 11:43



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.










TWITTER
SENEGAL | VIDEO - Thierno Madani Tall reçu par le Khalif des Mourides;Cheikh... | PICCMI https://t.co/pZwHZX5tnN https://t.co/17iabZTm9w
SENEGAL | BARTHELEMY DIAS S’EXPLIQUE, CE MARDI: A peine installée en début de... | PICCMI https://t.co/PqwpvrLqp9 https://t.co/0m6JyAU8g7
SENEGAL | HAUT CONSEIL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES: TANOR, LES MAINS LIEES:... | PICCMI https://t.co/VV2cQjULaT https://t.co/wZIfpUWEEU
SENEGAL | MISSIONS DE PAIX DE L’ONU : LE SÉNÉGAL POUR UN RÉAJUSTEMENT DES... | PICCMI https://t.co/XvLaiZPAoG https://t.co/ldK6JzK6UL
SENEGAL | Panne de la chaloupe en pleine mer : GOREE ECHAPPE AU NAUFRAGE -... | PICCMI https://t.co/zLHP61XGsN https://t.co/p0MCryEI5l
SENEGAL | 114ème Gamou de Pire : El Hadj Moustapha Cissé relève les pires tares... | PICCMI https://t.co/7nH27hDgM9 https://t.co/MS9UMT9Fsz
SENEGAL | COMMÉMORATION DU CINQUANTENAIRE DU 1ER FESTIVAL MONDIAL DES ARTS... | PICCMI https://t.co/0jJd7Jvgam https://t.co/LQcWO2wsb9
SENEGAL | LIGUE 1 : LE STADE DE MBOUR BATTU (0-1) À DOMICILE PAR GORÉE: Le... | PICCMI https://t.co/T3em6qhkEf https://t.co/YKWg3zF3PS
SENEGAL | LIGUE 2 : LE DUC PREMIER LEADER: Le Dakar université club (DUC) a... | PICCMI https://t.co/PwvMrdrPEi https://t.co/kro3wWWdsa
SENEGAL | SAHARA OCCIDENTAL : MOHAMMED VI SALUE "LE SOUTIEN INÉBRANLABLE" DE... | PICCMI https://t.co/Gsk6y8uRpW https://t.co/RX7Nzf7CN9