contenu de la page



[ RAPPORT ] Tortures et mauvais traitements Amnesty International accuse les forces de sécurité sénégalaises



D’après ce document qui s’intitule Sénégal. Terre d’impunité, le système judiciaire sénégalais s’est très peu amélioré au cours des 30 dernières années. Il montre que le recours systématique à la torture pour extorquer des « aveux » demeure ouvertement toléré dans la procédure judiciaire du pays sans que les auteurs de ce type d’actes ne soient inquiétés. Pis, il démontre que les autorités sénégalaises n’enquêtent guère sur les cas de mort en détention et que, lorsqu’une enquête a lieu, elle est rarement menée de manière rapide, indépendante et impartiale.



[ RAPPORT ] Tortures et mauvais traitements Amnesty International accuse les forces de sécurité sénégalaises
Selon Salvatore Saguès, chercheur sur l’Afrique de l’Ouest à Amnesty International, « depuis plusieurs décennies, des Sénégalais et des Sénégalaises sont soumis à des actes de torture et d’autres mauvais traitements cruels et très élaborés aux mains de ceux qui devraient les protéger ».
Le rapport d’Amnesty International rassemble des recherches menées entre 1998 et mai 2010, et il contient des témoignages de personnes – victimes civiles du conflit passé en Casamance, prisonniers de droit commun ou groupes de personnes arrêtées en raison de leurs opinions politiques ou comportements sexuels présumés – qui affirment avoir été soumises à des décharges électriques, brûlées et asphyxiées pendant leur détention par les forces de sécurité.

Le document souligne « qu’au cours des trois dernières années, au moins six personnes arrêtées pour des infractions de droit commun sont mortes en détention, vraisemblablement des suites d’actes de torture ». Et de rappeler le cas Abdoulaye Wade Yinghou. Ce jeune de 29 ans, arrêté le 14 juillet 2010 alors qu’il passait à côté d’une manifestation dans une banlieue de Dakar. La suite a été fatale : le lendemain, sa famille a été informée par des agents de police qu’il était mort des suites d’un malaise et que son corps se trouvait à la morgue de l’hôpital. Plus tard, une autopsie révélera des lésions au visage, des côtes cassées et une mort « aggravée par des coups et blessures avec un ou des objets durs contondants ».

Selon le rapport, dans ces cas, aucune enquête n’a été ouverte ou menée à son terme, et les policiers et gendarmes impliqués dans ces faits n’ont pas été déférés à la justice. Mieux, afin de garantir l’immunité pénale des forces de sécurité sénégalaises, les autorités ont recours à divers stratagèmes politiques et juridiques qui permettent aux responsables présumés de ces crimes d’éviter d’avoir à répondre de leurs actes. Dans certains cas, c’est une amnistie générale, contraire aux normes du droit international qui interdisent d’accorder une amnistie pour les graves atteintes aux droits humains avant que leurs auteurs présumés n’aient été jugés, qui a été décrétée par les autorités. A cela s’ajoute d’autres formes d’obstacles couramment orchestrées pour empêcher toutes poursuites judiciaires en l’encontre des auteurs. C’est le cas notamment du fait que pour citer un membre des forces de sécurité à comparaître, les magistrats doivent obtenir un ordre de poursuites auprès du ministère compétent – généralement celui de l’Intérieur ou de la Défense. Un ordre de poursuites qui attribue de facto un droit de veto au ministère concerné, ce qui rend le pouvoir judiciaire souvent impuissant et enlève tout espoir de justice aux familles de victimes.

Lagazette.sn

PiccMi.Com

Mercredi 15 Septembre 2010 - 20:26



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.










TWITTER
SENEGAL | VIDEO - Thierno Madani Tall reçu par le Khalif des Mourides;Cheikh... | PICCMI https://t.co/pZwHZX5tnN https://t.co/17iabZTm9w
SENEGAL | BARTHELEMY DIAS S’EXPLIQUE, CE MARDI: A peine installée en début de... | PICCMI https://t.co/PqwpvrLqp9 https://t.co/0m6JyAU8g7
SENEGAL | HAUT CONSEIL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES: TANOR, LES MAINS LIEES:... | PICCMI https://t.co/VV2cQjULaT https://t.co/wZIfpUWEEU
SENEGAL | MISSIONS DE PAIX DE L’ONU : LE SÉNÉGAL POUR UN RÉAJUSTEMENT DES... | PICCMI https://t.co/XvLaiZPAoG https://t.co/ldK6JzK6UL
SENEGAL | Panne de la chaloupe en pleine mer : GOREE ECHAPPE AU NAUFRAGE -... | PICCMI https://t.co/zLHP61XGsN https://t.co/p0MCryEI5l
SENEGAL | 114ème Gamou de Pire : El Hadj Moustapha Cissé relève les pires tares... | PICCMI https://t.co/7nH27hDgM9 https://t.co/MS9UMT9Fsz
SENEGAL | COMMÉMORATION DU CINQUANTENAIRE DU 1ER FESTIVAL MONDIAL DES ARTS... | PICCMI https://t.co/0jJd7Jvgam https://t.co/LQcWO2wsb9
SENEGAL | LIGUE 1 : LE STADE DE MBOUR BATTU (0-1) À DOMICILE PAR GORÉE: Le... | PICCMI https://t.co/T3em6qhkEf https://t.co/YKWg3zF3PS
SENEGAL | LIGUE 2 : LE DUC PREMIER LEADER: Le Dakar université club (DUC) a... | PICCMI https://t.co/PwvMrdrPEi https://t.co/kro3wWWdsa
SENEGAL | SAHARA OCCIDENTAL : MOHAMMED VI SALUE "LE SOUTIEN INÉBRANLABLE" DE... | PICCMI https://t.co/Gsk6y8uRpW https://t.co/RX7Nzf7CN9