contenu de la page



REPRISE ECONOMIQUE : Abdoul Mbaye clignote au vert





REPRISE ECONOMIQUE : Abdoul Mbaye clignote au vert
Pour sa première sortie devant la presse depuis sa déclaration de politique générale, le chef du gouvernement est revenu hier mercredi 7 novembre sur la « situation catastrophique » dont le Président Macky Sall a hérité à sa prise de fonction. Mais c’est pour aussitôt dégager les mesures urgentes engagées par son gouvernement pour prendre en charge les urgences et stimuler toutes les opportunités de création d’une prospérité afin de réduire significativement l’incidence de la pauvreté d’ici à 2020. Abdoul Mbaye a cependant dû se prêter aux douloureuses questions sur les biens mal acquis, la sécurité intérieure, la crise casamançaise, la crise dans le football et même les accusations de blanchiment d’argent portées sur sa personne.

Après sa déclaration de politique générale devant les députés de l’Assemblée nationale, Abdoul Mbaye, en présence de la quasi-totalité des membres du gouvernement, a décliné hier, au cours de sa première conférence de presse, l’action de son gouvernement depuis la prise en fonction du Président Macky Sall. Dans cet exercice, le Chef du gouvernement a d’emblée mis en relief « l’héritage catastrophique » pour rappeler les urgences «Les Sénégalais ont clairement montré qu’ils voulaient rompre avec un certain style de gouvernement. Ils ont le choix d’une gouvernance sobre et vertueuse ». Lorsque le Président Macky Sall prenait fonction, la situation budgétaire du pays était des plus mauvaises, elle était catastrophique », déclare le Premier ministre qui a insisté sur le besoin de communication et sur le besoin de transparence de son gouvernement.

En mettant à nu l’existant, le Chef du gouvernement a saisi l’occasion pour donner des indications sur les urgences de l’équipe gouvernementale en vue d’assainir les finances publique. Sur cette lancée, Abdoul Mbaye a indiqué l’annulation de 61 milliards de dépenses non prioritaires et l’économie de 35 milliards grâce à l’organisation de certaines dépenses de fonctionnement comme le téléphone.

Se voulant plus précis, le Premier ministre soutient que des ressources ont été réorientées vers des urgences sociales notamment l’appui au monde rural (34,2 milliard FCfa), la dotation de 27 milliards de FCfa pour accélérer les investissements dans le sous secteur de l’électricité en plus des 120 milliards de FCfa pour rendre les coûts de l’électricité plus supportables pour les ménages et enfin le soutien aux prix des denrées de première nécessité (8 milliards de FCfa). Ces mesures, explique t-il, ont ainsi permis de récréer le lien avec l’ensemble des partenaires bilatéraux et multilatéraux.

«Il ne se passe pas pratiquement une semaine sans que le Fmi, la Banque Africaine, la Banque islamique de développement, l’union européenne ne témoignent de leur confiance aux autorités sénégalaises et expriment leur satisfaction par rapport à la gestion rigoureuse des comptes publique », se félicite Abdoul Mbaye.

Selon lui, cette confiance s’est également traduite dans le domaine des investissements privées avec la relance de l’entreprise Sncds adossée à un programme d’investissement de 10 milliards et générateur de 3000 emplois, la mise en en œuvre du projet Senhuile-Senethanol d’un coût de 250 milliards. Cette bonne tenue des investissements privés, le chef du gouvernement le lie également avec le démarrage sous bonne auspices de la saison touristiques l’augmentation des importations et surtout avec le gain de 103 millions de dollars du Sénégal sur le contentieux que l’Etat traînait depuis des années avec la société Millicom, à propos de la licence de téléphonie mobile de Sentel.

«Des indicateurs incontestables de la reprise »

Pour mettre en exergue sa « bonne politique », sa volonté de répondre à la demande sociale et surtout la rupture annoncée par le programme « Yonnu Yokkuté » du Président Macky Sall, le Premier ministre Abdoul Mbaye a dans sa communication, mis l’accent sur les options budgétaires 2013. Il déclare qu’avec une enveloppe de 200,2 milliards pour 2013, les investissements dans le secteur primaire ont confirmé leurs actions pour la relance de l’agriculture. Ces investissements ont, selon lui, enregistré une hausse de 47 milliards de FCfa par rapport à leur niveau de 2012. Dans le secteur de l’énergie, il relève que plus de 105 milliards de FCfa seront consacrés au secteur de l’énergie pour accélérer les projets visant la satisfaction de la demande. A cela s’ajoute l’investissement de 332,038 milliards destiné aux secteurs de la santé, de l’éducation de l’assainissement de la protection, de la prise en charge des activités des femmes. Dans la même direction, il a donné un certain nombre d’engagements pris par le Chef de l’Etat. Dans le lot, il souligne les 3,3 milliards pour financer la gratuité de l’hémodialyse, 10 milliards pour mettre en place la Caisse Autonome de Protection social universelle, 28 milliards pour alléger l’impôt sur le revenu des Sénégalais et accroitre leur pouvoir d’achat, 5 milliards pour la mise en place du Fongip pour assurer le financement des projets des jeunes et des femmes et 66 milliards au titre de la phases d’urgence du programme de lutte contre les inondations et au-delà, l’élaboration d’un programme décennal de plus de 700 milliards pour apporter des solutions durables à ce phénomène.

SECURITE

« Des mesures correctives sont en train d’être prises »

Le Premier Abdoul Mbaye a déclaré que des mesures sont en cours pour renforcer la sécurité dans le pays. « Il ne peut y avoir de développement sans sécurité. On ne peut pas énumérer toutes les mesures qui relèvent de la confidentialité. Il y a un problème d’héritage en termes d’effectif et de morale des troupes. Des mesures correctives sont en train d’être prises. Car la sécurité c’est de la prévention mais aussi de la répression », a répondu le Premier Ministre sur la question. Il n’a cependant pas manqué de lier les incidents qui ont émaillé la rencontre Sénégal- Côte d’Ivoire du 13 octobre dernier au stade Léopold Senghor à un problème de civisme. « A l’analyse, nous nous rendons compte qu’il y a un profond mal qui est celui du civisme. Au stade Leopold Senghor, tout ce que l’on pouvait faire, c’était d’empêcher des gens d’entrer mais quand on casse, il est difficile de l’éviter », constate t-il avant de se féliciter de la réactivité des forces de l’ordre en vue de protégé les spectateurs. Dans la même foulée, il confie par ailleurs que l’Etat a pris des dispositions pour que les incidences notées lors de la marches des Thiantacounes ne se reproduisent plus.

Crise Casamançaise : « Cette question ne se traite pas sur la place public »

Interpellé sur la crise casamançaise et sur la communication sur la question, le chef du gouvernement précise : « Cela ne se traite pas sur la place public. Ce qu’il faut savoir est que c’est une priorité du chef de l’Etat et que de nombreuses efforts sont en train d’être déployé grâce à de bonnes volontés et des pays amis ». Il s’empresse d’ajouter qu’il faut une démarche de discrétion dans la résolution de la crise. « Cette paix a beaucoup d’adversaires qui ne souhaitent pas cette paix ait lieu. On est obligé d’être dans une démarche de prudence », dit-il.

Biens mal acquis : « Ils paieront tous !»

Le chef du gouvernement a réitéré la volonté et la détermination de l’Etat à recouvrer au maximum tous les biens mal acquis au Sénégal. La philosophie de l’Etat sous ce rapport, sur la base du respect de la séparation des pouvoirs, est de faire payer les personnes reconnues coupables de détournements des deniers publics.
« Ceux qui ont pris de l’argent et qui se sont enrichis de manière anormale et aux dépens du citoyen sénégalais, le paieront. La justice n’est pas pressée », a déclaré le chef de gouvernement. Tout en évitant d’apporter une quelconque appréciation sur l’impunité à laquelle l’ancien ministre Karim Wade ferait l’objet, le ministre de la Justice s’est voulu « catégorique ».
«La lutte contre l’impunité est une priorité. C’est une question qui touche tout le Sénégal. Sur la question de Monsieur Wade, je dis que les enquêtes sont en cours et il faut respecter le principe du secret de l’instruction et laisser la justice faire son travail. »

Blanchiment d’argent : « Il y a diffamation mais je ne porterais pas plainte ».

Le Premier ministre a écarté les accusations de blanchiment qui ont été porté sur sa personne relativement aux biens de l’ancien président Tchadien Hissein Habré en exil depuis 1990 au Sénégal. « Il y a diffamation mais je ne porterais pas plainte. Quand on m’a nommé Premier ministre, Macky Sall, m’avait dit qu’iI fallait se préparer et se bâtir une carapace», a répondu Abdoul Mbaye.

Le Premier ministre a tenu toutefois à apporter des éclairages. « Le blanchiment est un délit. La loi contre le blanchiment d’argent date de 2004 et là on parle d’une affaire qui date de 1990. En cette année, le Sénégal et les autorités avaient décidé d’accueillir Hissein Habré. Il avait de l’argent et il l’a déposé auprès des banques », explique t-il avant de poursuivre : « En tant que Banquier et en prenant toutes les précautions, j’ai demandé à la Bceao si elle pouvait accepter les dépôts, on m’a dit oui. Pourquoi voulez vous que je n’accepte pas les dépôts et on m’a fait savoir qu’il n’y avait pas de problèmes. 22 ans après et jusqu’ici que je sache, personne n’est encore venu me dire de rendre quelque argent que ce soit. Je dois préciser que cet argent dont on parle a cependant été changé à la Banque centrale, pensez-vous qu’une institution comme la Banque centrale puisse accepter de l’argent sale ? ».
Abdoul Mbaye a par ailleurs nié toute relation avec la société de Ameth Amar. « Dans ma carrière de banquier, j’ai aidé Monsieur Amar en le finançant mais je ne suis pas un actionnaire dans sa société ».

« Il faut un entraîneur au niveau des joueurs »

Le Premier ministre Abdol Mbaye a estimé que le Sénégal n’avait pas un entraîneur et qu’il en fallait pour conduire l’équipe nationale à la Can 2013. « Il faut un entraîneur au niveau des joueurs de division 1 européenne. C’est une logique et j’ai dit au Président qu’il y avait un problème avec l’entraineur. Donc il fallait changer d’autant que le contrat le prévoyait », confie-t-il. Le Premier ministre a profité de sa conférence de presse pour écarter tout contentieux avec l’actuel président de la Fédération sénégalaise de football, Me Augustin Senghor. « Je ne peux pas avoir de contentieux avec une personne qui a été l’avocat de la banque où j’ai travaillé. Il se trouve que lors du match Sénégal- Côte d’Ivoire, j’ai appelé le ministre de l’Intérieur pour coordonner les actions sur le terrain », indique-t-il. Il soutient cependant avoir échangé avec le Président de la Fédé pour lui exprimer sa position sur l’élimination du Sénégal de la Can. « On avait un potentiel exceptionnel et on a perdu 3 matchs. Il y avait donc un problème. On a débattu sur l’entraîneur. Je suis venu au football après Caire 86. Pour avoir une équipe performante, il faut avoir de bons joueurs, de l’argent, un bon entraîneur et une bonne administration. Le Sénégal avait tout cela», explique-t-il. « Me Senghor m’a dit que la solution ne pouvait venir que de sa démission. J’ai échangé avec lui et j’ai vu que les arguments qu’il avançait étaient valables », ajoute-t-il. Le Premier ministre renseigne que l’Etat du Sénégal est en train de mettre en place un dispositif pour mieux répartir les moyens mis à la disposition du football. « En 2012, 1 milliard 700 millions ont été dépensés pour le football alors que des disciplines performantes souffrent. J’ai dis qu’il vaut mieux répartir les ressources du sport et privilégier les disciplines qui donnent meilleure satisfaction », a-t-il préconisé.

Des assises de l’éducation pour trouver une solution durable

Une solution durable à la crise dans l’éducation serait en vue et le gouvernement a prévu d’organiser des assises du secteur. Le Premier ministre l’a annoncé hier, au cours de son face à face avec la presse. « Le retour à l’école est à mettre à l’actif du gouvernement de Macky Sall. La préparation des assises est en cours. Le processus est engagé avec les conseils interministériels. Un bon travail est en train d’être mené», déclare t-il. Dans la même mouvance, le ministre de la Fonction Publique, Mansour Sy a donné l’état d’avancement des négociations qui ont eu lieu entre les organisations syndicales et l’Etat. Mais aussi donner des gages sur la volonté du gouvernement de trouver une réponse à tous les accords qui ont été arrêtés depuis 2002 et qui n’ont pas encore été respectés.

Sud Quotidien

Vendredi 9 Novembre 2012 - 07:48



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.










TWITTER
SENEGAL | VIDEO - Thierno Madani Tall reçu par le Khalif des Mourides;Cheikh... | PICCMI https://t.co/pZwHZX5tnN https://t.co/17iabZTm9w
SENEGAL | BARTHELEMY DIAS S’EXPLIQUE, CE MARDI: A peine installée en début de... | PICCMI https://t.co/PqwpvrLqp9 https://t.co/0m6JyAU8g7
SENEGAL | HAUT CONSEIL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES: TANOR, LES MAINS LIEES:... | PICCMI https://t.co/VV2cQjULaT https://t.co/wZIfpUWEEU
SENEGAL | MISSIONS DE PAIX DE L’ONU : LE SÉNÉGAL POUR UN RÉAJUSTEMENT DES... | PICCMI https://t.co/XvLaiZPAoG https://t.co/ldK6JzK6UL
SENEGAL | Panne de la chaloupe en pleine mer : GOREE ECHAPPE AU NAUFRAGE -... | PICCMI https://t.co/zLHP61XGsN https://t.co/p0MCryEI5l
SENEGAL | 114ème Gamou de Pire : El Hadj Moustapha Cissé relève les pires tares... | PICCMI https://t.co/7nH27hDgM9 https://t.co/MS9UMT9Fsz
SENEGAL | COMMÉMORATION DU CINQUANTENAIRE DU 1ER FESTIVAL MONDIAL DES ARTS... | PICCMI https://t.co/0jJd7Jvgam https://t.co/LQcWO2wsb9
SENEGAL | LIGUE 1 : LE STADE DE MBOUR BATTU (0-1) À DOMICILE PAR GORÉE: Le... | PICCMI https://t.co/T3em6qhkEf https://t.co/YKWg3zF3PS
SENEGAL | LIGUE 2 : LE DUC PREMIER LEADER: Le Dakar université club (DUC) a... | PICCMI https://t.co/PwvMrdrPEi https://t.co/kro3wWWdsa
SENEGAL | SAHARA OCCIDENTAL : MOHAMMED VI SALUE "LE SOUTIEN INÉBRANLABLE" DE... | PICCMI https://t.co/Gsk6y8uRpW https://t.co/RX7Nzf7CN9