contenu de la page



RUFISQUE : 500 sinistrés refusent de rejoindre leur site de recasement





RUFISQUE : 500 sinistrés refusent de rejoindre leur site de recasement
Les sinistrés des zones inondées de la ville de Rufisque ont décliné l'offre du président du conseil régional de Dakar qui les avait invité à rejoindre le site du lycée moderne de Rufisque prévu pour les accueillir. Ces populations concernées ont avancé l'argument selon lequel, les mesures d'accompagnement n'avaient pas été prises.

Plus de cinq cent sinistrés recensés dans la zone situés sur les zones comprises entre la route menant vers Sangalkam et le canal abritant les travaux de fermeture et de rétrécissement. Pour prévenir les cas de maladies liées aux inondations les autorités politiques de la ville ont pris l’initiative de concert avec le proviseur du lycée de les installer sur ce site. A en croire Ousmane Samb, au vu de la situation «on a voulu les installés sur des endroits secs pour leur permettre de se mettre à l’abri quelques en attendant qu’une solution meilleure soit trouvée.»

Mais cette offre du président du conseil régional a été immédiatement rejetée par les populations au motif que les préalables n’étaient pas encore faits, c'est-à-dire que les conditions d’hygiène et de sécurité n’étaient pas réunies. Une attitude compréhensible pour Ousmane Samb qui explique «qu’il s’agissait de parer au plus pressé quand on a vu que des problèmes de santé publique risquaient de se poser avec les flots d’eau venus de la zone de Sangalkam et qui ont vite fait d’envahir ces maisons avec le rétrécissement du canal au niveau de Léona, Diorga, Champs des courses et surtout Diamaguène Rufisque. «Il fallait juste accepter de les mettre au sec dans un endroit disposant de toilettes et de l’éclairage pour leur permettre de s’abriter quelques jours avant qu’on n’aille vers des solutions plus viables», a expliqué Ousmane Samb.

Mais les populations ne l’ont pas compris ainsi et ont opposé un niet catégorique, préférant «rester dans leurs maisons et demandant juste qu’on leur évacue les eaux, car elles ne voulaient pas rejoindre ce lieu sans mesures d’accompagnement», a martelé Pape Momar Mboup, président du conseil communal de la jeunesse et porte parole des sinistrés de Diamaguene.
Une argumentation battue en brèche par Ousmane qui affirme que les dispositions avaient été prises pour les accompagner de concert avec le Proviseur. A défaut de pouvoir les installer vers le lycée moderne, le président du conseil régional a sollicité les services de DSE pour pomper les eaux mais également et sur un autre plan des des actions sociales à l’endroit des cinq cents sinistrés ont été initiées «on a soulagé comme on a pu et on a pompé pour libérer les maisons qui étaient prisonnières des eaux», a-t-il souligné.

Les populations ont également cloué au pilori l’édile de la ville qu’elles accusent de les avoir abandonnées à elles mêmes préférant s’occuper de ses problèmes au niveau de la Confédération africaine de football (Caf). Pour beaucoup de sinistrés de la ville, Rufisque n’a pas de maire. Mais le pour le conseiller spécial de Badara Mamaya Sène ville ces critiques ne sont pas fondées. Car «depuis que les sinistres sont survenus nous avons été sur le terrain et le maire suit de très près la situation. Depuis le début nous nous sommes mobiliser pour aller sur le terrain jusqu’à 4 heures du matin constater les dégâts. Le lendemain en collaboration avec le préfet du département nous avons fait l’Etat des lieux et avons mis à la disposition les trois motopompes de la ville et à la primature nous avons sollicité et obtenu du procureur cinq motopompes qui ont été réceptionnées ce lundi.»

Malgré tout les populations de la ville surtout les riverains du canal en fermeture, exigent l’arrêt des travaux et curage des canaux pour permettre un drainage plus rapide des eaux. Elles réclament le retour à la situation d’avant travaux.

Sud Quotidien

Jeudi 30 Août 2012 - 11:13



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.










TWITTER
SENEGAL | VIDEO - Thierno Madani Tall reçu par le Khalif des Mourides;Cheikh... | PICCMI https://t.co/pZwHZX5tnN https://t.co/17iabZTm9w
SENEGAL | BARTHELEMY DIAS S’EXPLIQUE, CE MARDI: A peine installée en début de... | PICCMI https://t.co/PqwpvrLqp9 https://t.co/0m6JyAU8g7
SENEGAL | HAUT CONSEIL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES: TANOR, LES MAINS LIEES:... | PICCMI https://t.co/VV2cQjULaT https://t.co/wZIfpUWEEU
SENEGAL | MISSIONS DE PAIX DE L’ONU : LE SÉNÉGAL POUR UN RÉAJUSTEMENT DES... | PICCMI https://t.co/XvLaiZPAoG https://t.co/ldK6JzK6UL
SENEGAL | Panne de la chaloupe en pleine mer : GOREE ECHAPPE AU NAUFRAGE -... | PICCMI https://t.co/zLHP61XGsN https://t.co/p0MCryEI5l
SENEGAL | 114ème Gamou de Pire : El Hadj Moustapha Cissé relève les pires tares... | PICCMI https://t.co/7nH27hDgM9 https://t.co/MS9UMT9Fsz
SENEGAL | COMMÉMORATION DU CINQUANTENAIRE DU 1ER FESTIVAL MONDIAL DES ARTS... | PICCMI https://t.co/0jJd7Jvgam https://t.co/LQcWO2wsb9
SENEGAL | LIGUE 1 : LE STADE DE MBOUR BATTU (0-1) À DOMICILE PAR GORÉE: Le... | PICCMI https://t.co/T3em6qhkEf https://t.co/YKWg3zF3PS
SENEGAL | LIGUE 2 : LE DUC PREMIER LEADER: Le Dakar université club (DUC) a... | PICCMI https://t.co/PwvMrdrPEi https://t.co/kro3wWWdsa
SENEGAL | SAHARA OCCIDENTAL : MOHAMMED VI SALUE "LE SOUTIEN INÉBRANLABLE" DE... | PICCMI https://t.co/Gsk6y8uRpW https://t.co/RX7Nzf7CN9