contenu de la page



Recel de marchandise frauduleuse : La famille Aziz Ndiaye ne "riz" pas





Recel de marchandise frauduleuse : La famille Aziz Ndiaye ne "riz" pas
Après quatre retours de Parquet, le frère du promoteur de lutte Aziz Ndiaye, Massata Ndiaye, a été placé sous mandat de dépôt pour recel de 84 tonnes de riz. Le procureur a aussi requis le placement sous contrôle judiciaire du promoteur de lutte et de son père.

C’est un drame familial qui se dessine. Après plusieurs retours de Parquet ponctués par l’achoppement des négociations avec la partie civile, Massata Ndiaye, le frère du promoteur de lutte Aziz Ndiaye, a été placé sous mandat de dépôt par le juge du deuxième cabinet, Samba Sall, pour recel de mar­chan­dise frauduleuse. Le face à face a été long et éreintant pour la famille du fringant promoteur de lutte. Lequel a bâti sa réputation avec des affiches de lutte allé­chan­tes montées à coup de millions de francs Cfa.
Le réquisitoire introductif du procureur de la République, Seri­gne Bassirou Guèye, document par lequel il a saisi le juge d’instruction, était sans ambages : Il a demandé l’inculpation et le placement sous mandat de dépôt de Massata Ndiaye pour recel de 84 tonnes de riz. Avait-il d’autres choix ? Durant l’enquête préliminaire, Massata Ndiaye avait reconnu avoir acheté 84 tonnes de riz à 21 millions de francs Cfa. Il avait soutenu qu’il ignorait que l’origine du riz était frauduleuse. Devant le juge, Massata Ndiaye a déchargé sa famille citée dans l’affaire. Il a soutenu avoir agi de son propre chef, car il travaille pour son compte et non pour Aziz Ndiaye ou son père El hadj Alé Ndiaye.

Dans ses réquisitions, le Parquet a, pourtant, mis toute la famille dans le même sac en ménageant néanmoins le célèbre promoteur et son père. Le procureur a requis l’inculpation de Aziz Ndiaye et Alé Ndiaye pour recel de marchandise frauduleuse. Mais, il a juste sollicité leur placement sous contrôle judiciaire. Il faut savoir que ces deux hommes ont été entendus par la Division des investigations criminelles (Dic) qui dirigeait cette enquête depuis le mois de mai. Depuis plus de 72 h, la famille du promoteur a élu ses quartiers devant la cave du Tribunal et le bureau du procureur pour éviter l’inculpation de toute la fratrie Ndiaye.
Cette affaire remonte à mai 2013, d’après Seneweb, lorsque le commerçant Mamadou Kébé a déposé une plainte contre Abdou Konté. Selon lui, il avait détourné trois camions de riz que le commerçant lui avait chargé de convoyer auprès d’un Malien à Bamako. En fin de compte, la cargaison a été déchargée au garage du promoteur de lutte, Aziz Ndiaye, à Cambérène.

Contrôle judiciaire pour le promoteur et son père

L’enquête de la Division des investigations criminelles (Dic) établit que ce sont les employés de Alé Ndiaye qui ont changé le riz de sacs avant de l’acheminer vers une autre destination. Quelques jours après le premier camion, deux autres camions ont été convoyés dans le même entrepôt par Massata Ndiaye. Interrogé par les policiers, le vigile déclare que le riz a été changé de sacs en présence de Alé Ndiaye et de son fils Massata.
Convoqué, Aziz Ndiaye avouera, selon le site d’informations, avoir autorisé son père à décharger une certaine quantité de riz mouillé qu’il s’est procuré auprès de la Douane. Il ajoute avoir été informé de deux autres déchargements faits par Massata, son frère, qui ne l’a pas avisé. Ces aveux expliquent leur implication dans la procédure ouverte par le Ministère public contre toute la fratrie qui est citée pour la première fois dans un scandale qui risque de soulever beaucoup de vagues.

Lequotidien

PiccMi.Com

Samedi 13 Septembre 2014 - 09:46



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.










TWITTER
SENEGAL | VIDEO - Thierno Madani Tall reçu par le Khalif des Mourides;Cheikh... | PICCMI https://t.co/pZwHZX5tnN https://t.co/17iabZTm9w
SENEGAL | BARTHELEMY DIAS S’EXPLIQUE, CE MARDI: A peine installée en début de... | PICCMI https://t.co/PqwpvrLqp9 https://t.co/0m6JyAU8g7
SENEGAL | HAUT CONSEIL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES: TANOR, LES MAINS LIEES:... | PICCMI https://t.co/VV2cQjULaT https://t.co/wZIfpUWEEU
SENEGAL | MISSIONS DE PAIX DE L’ONU : LE SÉNÉGAL POUR UN RÉAJUSTEMENT DES... | PICCMI https://t.co/XvLaiZPAoG https://t.co/ldK6JzK6UL
SENEGAL | Panne de la chaloupe en pleine mer : GOREE ECHAPPE AU NAUFRAGE -... | PICCMI https://t.co/zLHP61XGsN https://t.co/p0MCryEI5l
SENEGAL | 114ème Gamou de Pire : El Hadj Moustapha Cissé relève les pires tares... | PICCMI https://t.co/7nH27hDgM9 https://t.co/MS9UMT9Fsz
SENEGAL | COMMÉMORATION DU CINQUANTENAIRE DU 1ER FESTIVAL MONDIAL DES ARTS... | PICCMI https://t.co/0jJd7Jvgam https://t.co/LQcWO2wsb9
SENEGAL | LIGUE 1 : LE STADE DE MBOUR BATTU (0-1) À DOMICILE PAR GORÉE: Le... | PICCMI https://t.co/T3em6qhkEf https://t.co/YKWg3zF3PS
SENEGAL | LIGUE 2 : LE DUC PREMIER LEADER: Le Dakar université club (DUC) a... | PICCMI https://t.co/PwvMrdrPEi https://t.co/kro3wWWdsa
SENEGAL | SAHARA OCCIDENTAL : MOHAMMED VI SALUE "LE SOUTIEN INÉBRANLABLE" DE... | PICCMI https://t.co/Gsk6y8uRpW https://t.co/RX7Nzf7CN9