contenu de la page



SECURITE DES PERSONNES ET DES BIENS L’Etat a-t-il oublié le peuple ?



Le Sénégal est devenu un pays qui marche sur la tête et dans lequel, en dehors des prières, les populations attendent encore de véritables mesures visant à accroître leur sécurité. De la maladie à l’accident de travail en passant par les catastrophes industrielles, le constat est que chez nous, rien ne peut arriver de grave qu’aux tenants du pouvoir : le président Abdoulaye Wade, ses ministres et son entourage. Il faut à tout prix donc les protéger. Quelle catastrophe de penser ainsi alors que celui qui est installé au palais, sa famille, ses proches l’ont été grâce à la sueur, la volonté et la force du peuple.



SECURITE DES PERSONNES ET DES BIENS L’Etat a-t-il oublié le peuple ?
Que de milliards investis dans tout et n’importe quoi depuis l’année 2005. Mais combien ont été réservés à la sécurité du Sénégalais ordinaire ? Des agressions qui se poursuivent contre les citoyens dans tous les quartiers de Dakar, depuis les pharmaciens (agressés et tués) jusqu’au sortir des macabres séances de lutte un dimanche après midi quand le camp d’un des lutteurs dit n’avoir pas accepté le verdict de l’arbitre. Mais le problème de fond n’est pas dans ces petits constats. L’équation qui inquiète le plus, c’est la sécurité des biens et des personnes dans les quartiers à Dakar comme dans tous les villages et villes du Sénégal.

Depuis quelques années, de grosses infrastructures ont été aménagées dans Dakar et ses environs (Ponts, voies souterraines, routes suspendues) sans que l’Etat et la ville n’aient pensé à assurer la sécurité des lieux de passage. Avant-hier, mercredi, pour quelques voitures oubliées dans le Tunnel sous la manche, l’opinion européenne a crié au scandale. Ici, cela n’aurait même pas été un sujet d’actualité pour la presse. Mais, a-t-on pensé une fois à un accident sous le tunnel de Soumbedioune ? Où se situent les poches d’encaissement où les voitures pourraient se mettre en sécurité dans ce réduit modernisé du bord de mer situé quelques mètres sous la mer ? Quelles conséquences, cet accident aurait eues sur le quartier limitrophe de la Gueule tapée ? A-t-on averti le voisinage sur les comportements à avoir pour ne pas s’approcher des lieux ? En relation surtout avec l’accident industriel de la Sonacos en mars 1992 qui a tué plus de curieux que les ouvriers du port de Dakar. Ces questions méritent une réflexion profonde.

En vérité, voici autant de questions qui n’ont pas encore trouvé de réponse. La norme du moment est de rendre visible les actions des gouvernements de Wade. A tous les coups avant l’échéance électorale de février 2012. Mais à quel prix pour la population ? Pour exemple, l’autoroute à péage, qui va coûter aux alentours de 300 milliards de Fcfa, va couper en deux de nombreux quartiers dont les Maristes, Dalifort, Thiaroye etc. Quels sont les moyens qui ont été mobilisés pour sécuriser les voies situées en dessous et parfois livrés aux ténèbres et aux coupures d’électricité ? Pendant qu’on dit que les moyens de la police ont été augmentés, quels sont ceux de la compagnie nationale des sapeurs pompiers livrés aux incendies graves qu’elle ne peut circonscrire sans l’appui de l’armée française à qui l’on force la porte pour le prochain départ ? La sécurité des personnes est une question politique, qu’une seule direction de la protection civile dont les maigres moyens ne permettent même pas d’organiser une opération de sensibilisation digne de nom ne peut assurer.

Dieu, l’Etat et nous-mêmes…

Alors, à quel saint se vouer ? Encore et toujours à Dieu. Le Tout puissant qui a sans doute bloqué tant d’erreurs dues au laxisme de l’Etat, qu’Il ne semble plus s’intéresser à nous. Pendant ce temps, les risques se cumulent. Les inondations à Dakar, Kaolack, Nioro, Kolda, Matam, Saint-Louis… sont devenus un problème ordinaire pour l’Etat. Comme un aveu d’impuissance. La lutte contre les incendies, faute de véritables moyens d’intervention et de déplacement dans les terres de l’intérieur et même à Dakar, n’est pas planifiée. Et, au moment où les coupures d’électricité ont remis la bougie à l’ordre du jour, il est à croire, que les feux dans les concessions surtout dans les villages vont se multiplier. Quels sont nos moyens de les circonscrire ? Le grave incendie qui a eu lieu cette année chez les vendeurs de pneu des Allées Papa Guèye Fall, a été comme un signal. Mais, a-t-il été entendu ?

Tout cela pour dire qu’aujourd’hui, les quartiers comme Dalifort ont raison de prendre en charge leur propre sécurité. Leur vie en dépend. Et, ce n’est pas d’ailleurs étonnant que l’Association des Femmes de la Cité des assureurs de Dalifort (Afcad) aient par une lettre datée du 15 juillet, saisi le ministre d’Etat, ministre de la Coopération internationale, de l’Aménagement du territoire, des Transports aériens et des Infrastructures, Karim Wade lui signifiant que la cité dans laquelle elles vivent avec leur famille est confrontée à de graves problèmes d’environnement et de sécurité. Dans la lettre, on peut lire ces mots, « Il y a de cela quelques semaines, un camion transportant des hydrocarbures a pris feu occasionnant des brûlures chez des employés en pause de l’Usine Mèches Darling. C’est pourquoi nous sollicitons votre intervention dans les meilleurs délais afin d’éviter que des catastrophes à l’image des drames de la Sonacos et du Joola ne se répètent… ». Un appel au secours. Mais que peut faire l’homme face à un monde livré à lui-même ?

Avec un ministère aussi balèze, il est sans doute dans l’œil de tous les cyclones. A tort ou à raison, son nom revient sur beaucoup de choses. Et, avec l’aménagement de toutes les infrastructures, nul doute que des demandes du genre aillent s’accumuler sur son bureau. Quels sont ses moyens d’intervention, s’il veut réagir ? La réponse sera toujours simple, « garder un ministre pour sa sécurité, c’est bien facile, mais protéger toute une population, ce n’est pas à ma portée. » Alors, à force de détruire des segments de l’Etat construits depuis l’époque coloniale et consolidés par les régimes précédents, depuis le député Blaise Diagne, le président Wade et ses ministres, même si les Sénégalais ne le disent pas, ont réduit considérablement les modes et les méthodes d’intervention des forces de sécurité, et des services de l’Etat chargé de la question du bien être et de la vie des gens.

Les chamboulements dans les ministères et directions, les incohérences et l’inadaptation chronique de certains ministères dont celui confié à son fils, sont les tares issues de sa manière de gouverner. Une manière très africaine du reste. Et, après tant de dégâts, les corrections ne sont plus possibles. Le carriérisme de tous les ministres ou presque a sans doute pris le dessus sur la sécurité des pauvres populations. Dieu est encore là, se disent certains, mais jusqu’à quand ?

Avec SudQuotiiden

Samedi 7 Août 2010 - 11:50



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.










TWITTER
SENEGAL | VIDEO - Thierno Madani Tall reçu par le Khalif des Mourides;Cheikh... | PICCMI https://t.co/pZwHZX5tnN https://t.co/17iabZTm9w
SENEGAL | BARTHELEMY DIAS S’EXPLIQUE, CE MARDI: A peine installée en début de... | PICCMI https://t.co/PqwpvrLqp9 https://t.co/0m6JyAU8g7
SENEGAL | HAUT CONSEIL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES: TANOR, LES MAINS LIEES:... | PICCMI https://t.co/VV2cQjULaT https://t.co/wZIfpUWEEU
SENEGAL | MISSIONS DE PAIX DE L’ONU : LE SÉNÉGAL POUR UN RÉAJUSTEMENT DES... | PICCMI https://t.co/XvLaiZPAoG https://t.co/ldK6JzK6UL
SENEGAL | Panne de la chaloupe en pleine mer : GOREE ECHAPPE AU NAUFRAGE -... | PICCMI https://t.co/zLHP61XGsN https://t.co/p0MCryEI5l
SENEGAL | 114ème Gamou de Pire : El Hadj Moustapha Cissé relève les pires tares... | PICCMI https://t.co/7nH27hDgM9 https://t.co/MS9UMT9Fsz
SENEGAL | COMMÉMORATION DU CINQUANTENAIRE DU 1ER FESTIVAL MONDIAL DES ARTS... | PICCMI https://t.co/0jJd7Jvgam https://t.co/LQcWO2wsb9
SENEGAL | LIGUE 1 : LE STADE DE MBOUR BATTU (0-1) À DOMICILE PAR GORÉE: Le... | PICCMI https://t.co/T3em6qhkEf https://t.co/YKWg3zF3PS
SENEGAL | LIGUE 2 : LE DUC PREMIER LEADER: Le Dakar université club (DUC) a... | PICCMI https://t.co/PwvMrdrPEi https://t.co/kro3wWWdsa
SENEGAL | SAHARA OCCIDENTAL : MOHAMMED VI SALUE "LE SOUTIEN INÉBRANLABLE" DE... | PICCMI https://t.co/Gsk6y8uRpW https://t.co/RX7Nzf7CN9