contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



SIXIEME EDITION DU FESTIVAL KAAY FECC: De la terre vers le ciel



Le choix du thème n’est sans doute pas fortuit pour la sixième édition du festival de danse « Kaay Fecc ». Dans une perspective de recherche de qualité, l’association du même nom qui va fêter ses dix ans d’existence en juin prochain a décidé de faire décoller de la « terre vers le ciel » la jeune génération de danseurs, comme dans un mouvement philosophique, à l’image de l’ascèse de Platon. C’est ce que nous apprend Gacirah Diagne, Présidente de « Kaay Fecc », qui avait par ailleurs en charge la commission « Danse » festival mondial des arts nègres.



SIXIEME EDITION DU FESTIVAL KAAY FECC:  De la terre vers le ciel
Libérer les jeunes danseurs de l’emprise de la terre et les projeter dans la spiritualité. C’est l’objectif principal de la sixième édition du festival « Kaay Fecc » prévu en juin prochain sous le thème « De la terre vers le ciel ». Cet élan de la terre vers le ciel est un mouvement de liberté. Dans l’élan de la danse, le corps se projette vers le haut (ciel) pour se libérer de la pesanteur terrestre qui l’empêche de prendre son envol. Cette fois-ci, ils seront bien capables les jeunes danseurs qui y seront mobilisés de se libérer de ce joug terrestre. C’est l’innovation de taille qui sera apportée cette année si tout se passe bien par l’association « Kaay Fecc » qui va fêter ses dix ans d’existence en juin prochain, en organisant le festival du même nom du 2 au 5 juin 2011 au centre culturel Blaise Senghor à Dakar.

Ce festival qui a « un peu pris du retard à cause de l’organisation du festival mondial des arts nègres », selon les mots de Gacirah Diagne, Présidente de « Kaay Fecc », permettra aux danseurs qui auront véritablement la chance d’y participer à s’investir dans cette catégorie de danse qui n’est pas très bien connue au Sénégal. « C’est une édition un peu particulière. Nous allons essayer de présenter des choses de qualité. L’innovation, il y a peut-être des choses qui n’ont pas été approfondies ici au Sénégal. Et ça va surprendre le public. Il y a un thème « De la terre vers le ciel ». Ce sont toutes ces danses qui sont très proches du sol et qui utilisent le sol pour épouser les airs », a expliqué Gacirah Diagne.

Selon elle, cette forme de danse s’apparente au flamenco brésilien, mais aussi au « step » qu’on utilise aux Etats-Unis. « C’est ce qu’on appelle la chorégraphie aérienne qui relève quelque fois du domaine du cirque, mais qui peut-être utilisé dans d’autres formes de danse contemporaines », poursuit-elle. Ce sera en quelque sorte une occasion de décoller de la « terre vers le ciel » pour épouser les airs et libérer les esprits des corps pris en étau par la terre. Comme donc dans un mouvement philosophique, à l’image de l’ascèse de Platon, ce sera un festival de danse « spirituelle ». « En tout cas ce qui est constant, c’est la recherche de qualité. Nous allons ainsi fêter les dix d’existence de l’association, la sixième édition du festival. En 2009 on avait montré un peu ces danses qui n’existent pas encore au Sénégal avec la Compagnie du Brésil », souligne Gacirah Diagne.

Le festival est prévu du 2 au 5 juin à Blaise Senghor. « Si tout se passe bien, on le fait, si c’est le contraire on va annuler. L’association Kaay Fecc, c’est de la diffusion et de la formation. Un festival se doit de montrer de la qualité. On est plutôt vers la fin de la chaîne. Au début de la chaîne, il faut contribuer à fortifier ces jeunes danseurs qui sont déjà engagés dans la profession, à contribuer à les accompagner et à les améliorer », dit-elle. Et de poursuivre : « On est dans la recherche des fonds qu’il faut pour le faire et puis on a une programmation qui sera réduite car au sortir du festival des arts nègres de décembre ce n’est pas la peine d’en faire peut-être trop ».

Sudonilne.sn

PiccMi.Com

Mercredi 23 Février 2011 - 07:24



Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.