Connectez-vous S'inscrire


Situation catastrophique des finances publiques du Sénégal





Situation catastrophique des finances publiques du Sénégal
Se faisant une obligation inhabituelle de vérité, le ministre de l’Eco­nomie et des Finances, Amadou Kane, a avoué hier que la dette du pays est très importante et les créances dues au secteur privé, énormes. Mais, il n’a pas dit ce qu’il comptait faire pour résorber la situation.

Hier, le ministre de l’Economie et des Finances, Amadou Kane, a été obligé de reconnaître, lors de la onzième session du Conseil présidentiel pour l’investissement (Cpi), que la dette intérieure s’élève actuellement à 759 milliards de francs Cfa. Cela, pour un montant global de la dette, de 3.041 mil­liards de francs Cfa. Même aux heures les plus sombres de la crise économique qui avait frappé le Sé­négal entre 2007 et 2009, on n’avait jamais atteint cette somme. Mais, cette situation n’est pas surprenante pour les gens qui suivent l’actualité politique et économique du pays ces dernières années.

Quelques jours après la prise de fonction du Président Macky Sall, Le Quotidien signalait au mois de mai que l’encours de la dette intérieure était de 700 milliards de francs et que le nouveau pouvoir avait besoin de 200 milliards de francs Cfa pour régler les problèmes urgents. Le ministre du Bud­get, Abdoulaye Daouda Diallo, qui avait confirmé ces informations, en déclarant que les caisses de l’Etat étaient vides, s’était littéralement fait taper sur les doigts sans ménagement par son collègue de l’Economie et des Finances.

3041 milliards dus

Devant les élus, le dimanche 9 décembre dernier, Amadou Kane a affirmé que la dette intérieure «n’était que» de 150 milliards de francs Cfa, qu’il se faisait fort d’éponger totalement, au plus tard à la fin de ce mois. Or, voilà que moins d’une semaine plus tard, il passe aux aveux, en cherchant bien sûr à tout mettre sur le compte de son prédécesseur, Abdoulaye Diop, et du régime de Wade. «A ce jour, cette dette de 3.041 milliards doit être comparée à ce qu’elle était en 2006, c’est-à-dire 1.200 milliards. Donc, nous avons quasiment triplé cette dette entre 2006 et 2012», s’est-il lamenté hier, devant le chef de l’Etat et les membres du secteur privé. Se permettant même de préciser : «Le Sénégal se retrouve aujourd’hui à un niveau d’avant l’annulation de cette dette dont il a bénéficié en 2006. Juste après l’annulation de la dette en 2006, le service de la dette était de l’ordre de 76 milliards. A ce jour, nous en sommes à 603 milliards, qui représentent plus de 40 % de nos recettes fiscales.»

Et maintenant ?


Il n’a pas manqué d’indiquer que si les 759 milliards constituent la dette due aux entreprises nationales, le reste, c’est-à-dire, 2282 milliards est dû à des créanciers extérieurs. On imagine que cet aveu a dû coûter cher à Amadou Kane. L’ancien banquier ne se gênait pas d’affirmer que son régime a pu redresser la situation du pays et retrouvé la confiance des bailleurs de fonds. A ce jour, il veut considérer comme une grande prouesse ce qu’il appelle, «le reprofilage de la dette publique», parce qu’il obtient des créances à 3 ou 4 ans de maturité. Mais, il ne dit pas que, comme pour ses prédécesseurs, sa créance lui sert essentiellement à payer ses fonctionnaires et non à faire des investissements structurants.

Quoi qu’il en soit, il reste à savoir quelles pourraient être les conséquences de la déclaration de l’argentier national. En 2007, face à une situation beaucoup moins morose, Alex Segura, représentant du Fmi, avait tiré la sonnette d’alarme pour déclarer que si rien ne changeait dans le train de vie de l’Etat, les salaires risquaient de ne pas être payés. Qu’en sera-t-il cette fois ? Où Macky Sall et Abdoul Mbaye vont-ils rogner, pour se donner du mou ?

Le Quotidien

Samedi 15 Décembre 2012 - 20:00



Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.








TWITTER
Ebola: l'Institut Pasteur de Dakar a reçu 36 échantillons pour des tests: L’Institut Pasteur de Dakar à ce jour... http://t.co/0oBQ8IhgMm
Orphelins du 'Joola': des parents dénoncent le non-respect des promesses de l’Etat: Le Comité d’initiative pour... http://t.co/GVc0HYxidr
PROJET DE LOI RELATIF AUX ETABLISSEMENTS D'ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR: l'autonomie des universités en question... http://t.co/MvCi4K6FZw
PROJET DE LOI RELATIF AUX ETABLISSEMENTS D'ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR: l'autonomie des universités... http://t.co/VGbZOnVj6I
PROJET DE LOI RELATIF AUX ETABLISSEMENTS D'ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR: l'autonomie des universités en question:... http://t.co/B0Nk9CvpBW
Parution du dernier récit d'Amadou Elimane Kane 'Les Soleils de nos libertés' http://t.co/gDPVCO9Uwf
Parution du dernier récit d'Amadou Elimane Kane 'Les Soleils de nos libertés' Les éditions ‘’Lettres de... http://t.co/zIj6xLpkjJ
Parution du dernier récit d'Amadou Elimane Kane 'Les Soleils de nos libertés': Les éditions ‘’Lettres de... http://t.co/ZUQwbBtmPe
EXCLUSIVITÉ!!! PAPE DIOUF- Rakadiou- Nouveau Single http://t.co/eT480PqIL5 http://t.co/aDLtEhuWQ2
EXCLUSIVITÉ!!! PAPE DIOUF- Rakadiou- Nouveau Single http://t.co/71XVLoHurf