contenu de la page



TEMOIN D'HISTOIRE AVEC FALLOU DIOP : Quand l’ancien chauffeur du Président Diouf raconte «Homme imperturbable, fascinant...qui s'entoure de mystères !»



PICCMI.COM- Dans le calme imposant qui règne dans ce coin de Dieupeul, Fallou Diop, 73 ans, reçoit dans son fief. Allure recherchée, grand boubou sur du tissu basin blanc, le septuagénaire s’invite aux solennités pour parler d’Abdou Diouf, l’ancien Président de la République du Sénégal dont il a servi de chauffeur personnel pendant 26 ans. Pour Fallou Diop, l’actuel secrétaire général de la Francophonie reste une énigme toute faite autour de sa légendaire discrétion. Il arrive, toutefois, à nous parler de l’homme tel qu’il n’a jamais été découvert…à travers des anecdotes jamais révélées.



TEMOIN D'HISTOIRE AVEC FALLOU DIOP : Quand l’ancien chauffeur du Président Diouf raconte «Homme imperturbable, fascinant...qui s'entoure de mystères !»
C’est un homme au verbe délicat. Dans le décor sobre de sa villa familiale sis à Dieupeul, Fallou Diop serait tenté de nous entretenir sur le sort du mortel qui doit ainsi son salut à certaines règles de bienséance. Pour sa part, il en a fait siennes aux côtés d’Abdou Diouf qu’il a séduit sans forcing.

Parti très tôt de son Saint-Louis natal, il a atterri à Dakar lorsque la commune venait, nouvellement, d’accueillir la capitale pour être au service de Mamadou Dia. Il est d’abord embauché comme agent du courrier avec pour seul bagage intellectuel le Cop (équivalent du Cfee aujourd'hui). Par ailleurs, le jeune saint-louisien, qui avait déjà appris à conduire par le biais de son grand-frère également chauffeur de Dia, ne pouvait pas passer inaperçu grâce à une mise impeccable qu’il soignait tout particulièrement. Chez Dia, au bon milieu d’une fièvre quotidienne, Fallou Diop rencontra Abdou Diouf pour la première fois. Ce dernier, jeune diplômé, venait de rentrer fraîchement de la France. «Roland Colin m’a dit qu’Abdou Diouf m’a toute de suite apprécié parce que j’étais propre et très correct», raconte Fallou Diop avec un éclat de fierté dans les yeux.

Mais ce premier contact devait être sans effet comptant. Abdou Diouf n’a pas eu l’occasion de le revoir puisqu’il a été nommé gouverneur et devait servir ailleurs jusqu’à 1970. Cette année marqua leurs retrouvailles lorsque Diouf a été appelé à la primature. Une première tournée effectuée à l’intérieur du Sénégal avec Fallou Diop, qui venait encore de céder les courriers pour le volant, convainquit le tout nouveau Premier Ministre qu’il était le bon pion à ne pas à lâcher. Derrière ses lunettes transparentes, le vieux Diop revoit son parcours sans fêlure. «Lors de ce premier service avec Diouf, je l’avais précédé à Podor puisqu’il était venu en avion. Durant toute la tournée, nous n’avons pas échangé un seul mot. Je me limitais à respecter les protocoles, ce qui ne déplut pas à Abdou Diouf. Je devais ainsi le reconduire à l’aéroport pour ensuite reprendre la route.

A mon arrivée, je trouvai une note de service qui disait que j’étais affecté à la primature, donc désormais au service exclusif de Diouf», se rappelle-t-il encore. Et c’est pour dire qu’il n’était nullement surpris par cette affectation puisque c’est Abdou Diouf qui, sans doute séduit par son attitude discrète et professionnelle, a demandé à s’attacher ses services. Ce fut le début d’une aventure de longue haleine.
«A la retraite de son chauffeur attitré, je devais définitivement le remplacer», rapporte le vieux Diop qui déclare avoir eu, à partir de cet instant, un logement de fonction pour son nouveau statut. Toutefois, il a préféré rester dans sa maison personnelle.

Ainsi, Fallou Diop a eu le privilège d’accompagner Abdou Diouf dans toutes ses aventures. Ce dernier, premier ministre puis Président de la République après le départ de Senghor en 1981 n’en demeure pas moins un personnage mystérieux au regard de son ancien chauffeur. «Aujourd’hui encore, je n’arrive pas vraiment à cerner sa véritable personnalité après de nombreuses années passées à ses côtés. C’est parce qu’il était d’abord une personne hermétique en plus d’être quelqu’un de très administratif. Il était tout simplement un homme d’Etat au vrai sens du mot. Pendant 26 ans, je ne me souviens pas avoir, une seule fois, enfreint aux protocoles administratifs dont il tenait tant. Même quand j’avais besoin de quelque chose, si je ne passais pas par son épouse, je devais passer par les protocoles en lui écrivant une lettre. Je n’ai pas non plus échangé souvent des paroles avec lui. J’avoue que moi aussi, je suis de nature à ne jamais me mêler de ce qui ne me regarde pas et cette attitude, il me semble, lui convenait parfaitement. Il n’était pas non plus bavard ; ainsi, la seule fois où j’ai concrètement parlé avec le Président Diouf, c’était pendant la campagne présidentielle de 1988…», se souvient-il avec émotion.

Cet événement devait, en effet, marquer pour toujours le vieux chauffeur qui rapporte qu’il avait fait le tour du Sénégal avec Abdou Diouf, alors candidat à sa propre succession. Un moment de folle agitation autour de la farouche opposition de Wade. Une situation qui, selon ses propos, n’a pas manqué de remuer quelque peu la personne de Diouf. «Mais il faut dire qu’Abdou Diouf demeure une personne imperturbable. D’habitude, il était très difficile de savoir s’il était en colère ou s’il était content encore moins dans ces moments-là. Il était toujours serein. Je l’ai connu très enfermé depuis toujours et jusqu’à ma retraite en 1996, je n’ai jamais su qui il est réellement. Quand j’ai parlé avec lui pendant la campagne de 1988, je lui ai juste fait remarquer le geste d’un citoyen lambda qui, pendant que le Président saluait les gens dans une foule en délire, a léché sa main. Mais il est resté tout aussi imperturbable et a pris cette remarque de manière tempérante. En réalité, il n’a rien dit quand je lui disais qu’il ne fallait pas que cette personne fasse un tel acte», se remémore-t-il.

Ces moments d’intense retrouvaille, Diop en a encore eu avec l’ancien Président de la République. En effet, Abdou Diouf devait l’inviter assez souvent autour d’un jeu de bowling, entre autres distractions que le personnel, notamment lui et l’aide de camp, partageait avec le couple Diouf. «Nous jouions souvent ensemble jusqu’à ce que, par convenance religieuse, je décide de ne plus pratiquer ces jeux. Je me souviens qu’il était encore serein et ouvert lors de ces retrouvailles. Toutefois, je remarquais qu’il tenait particulièrement à la victoire. C’est quelqu’un qui n’aime pas la défaite», confie-t-il presque dans un chuchotement.

Pour dire que Fallou Diop a tenu encore à rester très distant et particulièrement discret en ce qui concerne les affaires d’Abdou Diouf. Toutefois, cette relation distante que l’employé avait avec son supérieur ne lui a pas empêché d’apprécier l’homme à sa juste valeur. «Pour moi, Abdou Diouf demeure, tout de même, un homme bon qui a le sens du devoir et qui est particulièrement affectueux quand il est en famille. Les seules fois où je l’ai vu rire, c’était quand il était avec son épouse et ses enfants. Cette dernière a été généreuse et très disponible avec moi et même avec tout le personnel. Pour sa part, Abdou Diouf nous faisait tout aussi des compliments quand c’était nécessaire. C’est quelqu’un qui a du respect pour l’être humain», finit-il par l’apprécier en soulignant par ailleurs que l’attitude, cependant froide, de l’actuel secrétaire général de l’Oif, lui a valu d’avoir des ennemis. Même s’il admet que cet aspect est évident, Fallou Diop ne peut pas s’empêcher de rappeler le côté très secret de son ancien patron. «Quand il doit agir par rapport à une situation, personne ne peut le savoir d’avance. Il entretient son secret jusqu’au bout. S’il devait agir contre des personnes, elles ne peuvent jamais le savoir et c’est pareil en ce qui concernait les nominations», lâcha-t-il enfin. Lui qui s’était promis, après toutes ces années, d’être peu bavard sur le sujet Diouf. Un homme qui cache d’autres facettes, admet-il encore.

En définitive, le Président Abdou Diouf, dont le parcours politique est des moins tumultueux et à qui on prête le qualificatif d’homme d’Etat, reste une légende pour ceux qui l’ont connu. A l’instar de son ancien chauffeur Fallou Diop qui, malgré le fait qu’il n’ait plus aucun contact avec lui depuis sa retraite, se souvient de l’homme avec fascination et égard. Le personnage presque mythique d’Abdou Diouf lui a tout simplement laissé de nouvelles leçons de vie après une carrière remplie d’expériences diverses.

Diouma Sow THIAM (Piccmi.com)


Lundi 9 Juin 2014 - 12:47



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.










TWITTER
SENEGAL | VIDEO - Thierno Madani Tall reçu par le Khalif des Mourides;Cheikh... | PICCMI https://t.co/pZwHZX5tnN https://t.co/17iabZTm9w
SENEGAL | BARTHELEMY DIAS S’EXPLIQUE, CE MARDI: A peine installée en début de... | PICCMI https://t.co/PqwpvrLqp9 https://t.co/0m6JyAU8g7
SENEGAL | HAUT CONSEIL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES: TANOR, LES MAINS LIEES:... | PICCMI https://t.co/VV2cQjULaT https://t.co/wZIfpUWEEU
SENEGAL | MISSIONS DE PAIX DE L’ONU : LE SÉNÉGAL POUR UN RÉAJUSTEMENT DES... | PICCMI https://t.co/XvLaiZPAoG https://t.co/ldK6JzK6UL
SENEGAL | Panne de la chaloupe en pleine mer : GOREE ECHAPPE AU NAUFRAGE -... | PICCMI https://t.co/zLHP61XGsN https://t.co/p0MCryEI5l
SENEGAL | 114ème Gamou de Pire : El Hadj Moustapha Cissé relève les pires tares... | PICCMI https://t.co/7nH27hDgM9 https://t.co/MS9UMT9Fsz
SENEGAL | COMMÉMORATION DU CINQUANTENAIRE DU 1ER FESTIVAL MONDIAL DES ARTS... | PICCMI https://t.co/0jJd7Jvgam https://t.co/LQcWO2wsb9
SENEGAL | LIGUE 1 : LE STADE DE MBOUR BATTU (0-1) À DOMICILE PAR GORÉE: Le... | PICCMI https://t.co/T3em6qhkEf https://t.co/YKWg3zF3PS
SENEGAL | LIGUE 2 : LE DUC PREMIER LEADER: Le Dakar université club (DUC) a... | PICCMI https://t.co/PwvMrdrPEi https://t.co/kro3wWWdsa
SENEGAL | SAHARA OCCIDENTAL : MOHAMMED VI SALUE "LE SOUTIEN INÉBRANLABLE" DE... | PICCMI https://t.co/Gsk6y8uRpW https://t.co/RX7Nzf7CN9