contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
PiccMi.Com



Vous n'êtes jamais vraiment mort sur Facebook



Facebook, le vaste réseau social créé par Marc Zuckerberg, n'oublie personne. Pas mêmes les défunts, qui peuvent continuer à vivre dans la mémoire de leurs proches grâce aux fonctionnalités d'Internet. "Si vous avez perdu quelqu'un que vous aimez et qui va sincèrement vous manquer, sa page Facebook sera un endroit pour se souvenir", raconte sur le site Caleigh Stutzman, qui a perdu il y a quelques semaines un ami intime.



Vous n'êtes jamais vraiment mort sur Facebook
Alerté par de nombreuses demandes d'utilisateurs pour fermer des comptes d'abonnés décédés, le site communautaire a précisé sa politique en la matière. L'entourage se voit dorénavant proposer de remplir un formulaire pour indiquer ses volontés concernant le compte du disparu.

Après avoir prouvé à Facebook la réalité du drame (par un article de journal indiquant la mort ou une notice nécrologique), deux choix s'offrent : clôturer le compte ou le transformer en un mémorial où les amis du défunt pourront laisser des messages.

Cependant, Ashley Bethel, 26 ans, inscrite de Facebook, déplore que des personnes écrivent tous les jours sur la page d'un ami qui s'est éteint récemment. "Certains individus agissent comme s'ils étaient dévastés alors qu'ils ne le connaissaient pas tant que cela. C'est vraiment énervant. Pire, Facebook continue sans cesse de me demander de recontacter cette personne ou de lui envoyer un message."

LE MOT DE PASSE EST CHEZ LE NOTAIRE

L'internaute fait allusion à une nouvelle application qui encourage les utilisateurs à parler virtuellement avec des amis qu'ils n'ont pas contactés depuis longtemps. Quelque peu embarrassant pour le site qui veille sur les vivants comme sur les morts. Pour le moment, les utilisateurs les plus nombreux de Facebook sont des individus jeunes et, espérons-le, bien portants. 73 % des abonnés français ont moins de 34 ans, selon le site de statistiques checkfacebook.com.

Indiquer ses désirs concernant le futur de son profil Facebook ou transmettre tous les mots de passe à un notaire. "De telles pratiques sont théoriquement possibles, mais pour le moment, il n'y a aucune remontée des notaires faisant état de ces préoccupations", assure Caroline Gaffet, responsable des relations médias au conseil supérieur du notariat.

Seulement 296 000 Français âgés de plus de 65 ans (1,6 % des utilisateurs hexagonaux) ont un compte sur Facebook. Ils sont 4,5 millions aux Etats-Unis (3,6 % des utilisateurs). Outre-Atlantique, le site Internet legacylocker.com propose d'ores et déjà de " donner aux survivants un accès facile aux photos, blogs, réseaux sociaux, courrier électronique afin qu'ils puissent décider du devenir des informations et des fichiers qui y sont stockés."

Pour 29,99 dollars par an (ou un règlement unique de 299,99 dollars), l'internaute prévoyant peut laisser tous ses mots de passe et confier au site des lettres ou des vidéos que ses proches auront tout loisir de consulter après son décès. Morbide mais utile.

Michaël Bloch
Le Monde.fr

PiccMi.Com

Vendredi 6 Août 2010 - 15:21



Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.