contenu de la page



Yale publie l’autobiographie d’Omar Ibn Saïd, un esclave né au Fouta





Yale publie l’autobiographie d’Omar Ibn Saïd, un esclave né au Fouta
Un professeur à l’Université de Yale, Ala Alryyes, a récemment publié "A muslim american slave, the live of Omar Ibn Saïd", titre en anglais de l’autobiographie rédigée en arabe par un natif du Fouta du Sénégal et vendu comme esclave en Amérique.

Cette ‘’autobiographie inédite d’un originaire du Fouta au Sénégal, vendu comme esclave aux Etats-Unis’’ est mise en lumière par Khadim Ndiaye, philosophe, chercheur en histoire à Montréal au Canada dans une contribution parue, mardi, dans le journal sénégalais Focus.

C’est un ‘’livre émouvant où l’on s’imprègne du récit d’un homme qui exprime ses peines et ses joies, rusant pour garder intact sa foi dans un milieu hostile, et où l’on découvre que l’esclave pouvait être plus docte que son propriétaire’’, écrit M. Ndiaye.

Selon lui, ‘’cette traduction constitue un évènement dans le monde de la recherche universitaire, car après une première traduction en 1925 faite par Issac Birds dans l’American Historical Review, le manuscrit a été égaré. Il n’a été retrouvé que 70 ans plus tard (…) et racheté par un collectionneur Derrick Joshua Beard’’.

En 1998, Derrick Joshua Beard, converti à l’islam se rend au Sénégal pour ‘’retracer les origines du célèbre esclave’’, écrit M. Ndiaye dans sa réflexion, soulignant que ‘’le texte d’Omar Ibn Saïd occupe une place importante dans l’histoire littéraire américaine, car elle est la seule autobiographie produite par un esclave’’.

Ce texte, initialement écrit en 1831, est rédigé avec une calligraphie en style maghribi, généralement adopté par les marabouts et les écoles coraniques de l’Afrique de l’ouest.

Omar Ibn Saïd, connu en Amérique sous les appellations de Prince Moro, Morro, Merroh, Uncle Moreau, Umeroh, Monroe, etc, est né au Sénégal, dans le Fouta, vers 1770. Son père s’appelait Saïd, sa mère Oum Hani.

Après ses humanités coraniques, il ‘’s’abreuva de connaissances auprès de plusieurs maîtres sur une période de 25 ans’’ et devint par la suite enseignant et commerçant, soutient Khadim Ndiaye.

Omar Ibn Saïd serait un des proches de l’Almamy Abdel Kader Kane qui furent capturés et vendus à la suite de l’assaut mené par les Bambaras du Kaarta contre le Fouta, écrit le professeur Ndiaye notant que ‘’l’année de la capture d’Omar (1807) correspondant en effet à la date de l’assassinat de l’Almamy’’.

Cette année, âgée de 37 ans, Omar sera vendu comme esclave à Charleston (Caroline du Sud). Pour faire face à la maltraitance de son geôlier, il s’enfuira et s’est rendu célèbre après pour avoir écrit une plainte en arabe sur les murs de sa cellule grâce à du charbon trouvé sur place.

Racheté par un certain Mitchell, il devient propriété du général James Owen de Bladen County avec lequel il restera jusqu’à sa mort en 1864. Il était âgé de 94 ans et n’avait pas laissé de descendance en Amérique.

Omar Ibn Saïd écrivait en arabe, et un journaliste du New-York Observer de remarquer en 1863 : ‘’Ses doigts effilés et le raffinement de sa démarche’’. Fascinés également par l’homme d’autres le surnommèrent le ‘’prince arabe’’, ‘’le noble’’ tombé par accident chez ‘’les sauvages’’ et même ‘’franc-maçon’’.

Si dans son autobiographie, Omar Ibn Saïd mentionne qu’il a embrassé le christianisme, ‘’c’est, selon le professeur Alryyes, pour ménager son entourage’’. ‘’Omar a fait de la résistance dans son texte qu’il faut lire entre les lignes’’, estime Khadim Ndiaye.

Il ajoute : ‘’Son manuscrit semble renfermer un sens ésotérique (…) des paroles à double sens (…) destinées à un cercle restreint de lecteurs. En témoigne l’usage qu’il fait des chapitres coraniques Al Mulk (La Royauté) et Al Nasr (La Victoire) invoqués par lui à l’intention de ceux qui n’acceptent pas le message du prophète Mohamed (PSL)’’.

Une mosquée à Fayetteville porte le nom de Omar Ibn Saïd. En face de l’édifice, l’Etat de Caroline du Nord a inauguré une enseigne officielle avec une brève présentation du personnage.

APS VIA SENEWEB

PiccMi.Com

Mercredi 19 Octobre 2011 - 00:15



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.










TWITTER
SENEGAL | VIDEO - Thierno Madani Tall reçu par le Khalif des Mourides;Cheikh... | PICCMI https://t.co/pZwHZX5tnN https://t.co/17iabZTm9w
SENEGAL | BARTHELEMY DIAS S’EXPLIQUE, CE MARDI: A peine installée en début de... | PICCMI https://t.co/PqwpvrLqp9 https://t.co/0m6JyAU8g7
SENEGAL | HAUT CONSEIL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES: TANOR, LES MAINS LIEES:... | PICCMI https://t.co/VV2cQjULaT https://t.co/wZIfpUWEEU
SENEGAL | MISSIONS DE PAIX DE L’ONU : LE SÉNÉGAL POUR UN RÉAJUSTEMENT DES... | PICCMI https://t.co/XvLaiZPAoG https://t.co/ldK6JzK6UL
SENEGAL | Panne de la chaloupe en pleine mer : GOREE ECHAPPE AU NAUFRAGE -... | PICCMI https://t.co/zLHP61XGsN https://t.co/p0MCryEI5l
SENEGAL | 114ème Gamou de Pire : El Hadj Moustapha Cissé relève les pires tares... | PICCMI https://t.co/7nH27hDgM9 https://t.co/MS9UMT9Fsz
SENEGAL | COMMÉMORATION DU CINQUANTENAIRE DU 1ER FESTIVAL MONDIAL DES ARTS... | PICCMI https://t.co/0jJd7Jvgam https://t.co/LQcWO2wsb9
SENEGAL | LIGUE 1 : LE STADE DE MBOUR BATTU (0-1) À DOMICILE PAR GORÉE: Le... | PICCMI https://t.co/T3em6qhkEf https://t.co/YKWg3zF3PS
SENEGAL | LIGUE 2 : LE DUC PREMIER LEADER: Le Dakar université club (DUC) a... | PICCMI https://t.co/PwvMrdrPEi https://t.co/kro3wWWdsa
SENEGAL | SAHARA OCCIDENTAL : MOHAMMED VI SALUE "LE SOUTIEN INÉBRANLABLE" DE... | PICCMI https://t.co/Gsk6y8uRpW https://t.co/RX7Nzf7CN9