contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire


1èr SALON DE LA MUSIQUE SÉNÉGALAISE : Les professionnels échangent leurs expériences


Dans le prolongement des rencontres professionnelles qui ont ouvert vendredi la première édition du Salam music expo, la Place de l’Obélisque ( à Colobane) a accueilli samedi 16 octobre 2010, une trentaine de stands d’exposition occupés par les producteurs phonographiques et audiovisuels, éditeurs, distributeurs, fabricants, managers, tourneurs, bref tout le monde du secteur professionnel de la musique.




1èr SALON DE LA MUSIQUE SÉNÉGALAISE : Les professionnels échangent leurs expériences
Même si à vu d’œil ce n’était pas la grande affluence, les stands -gratuits-, sur fond de rythmes hip hop et d’autres sonorités ont offert aux exposants de ce premier salon de la musique sénégalaise, la possibilité de mettre en avant leurs activités : label, catalogue, production, lieux, projet en cours, entre autres.

Bien mis en évidence, le stand du Peccs, (Programme de promotion des entreprises culturelles et créatives) financé par la coopération espagnole attire la curiosité du visiteur. L’approche consiste à faire de la production culturelle un instrument de développement, avec à la clé, la création de richesses et d’emplois.

Selon les explications de l’artiste-musicien, Iba Gaye Massar, par ailleurs assistant du projet, après deux années (renouvelables) de présence au Sénégal, le Peccs a, à son actif, formé en entreprenariat bon nombre d’acteurs culturels. C’est un projet en partenariat entre l’Association des métiers de la musique au Sénégal (Ams), la Fondation espagnole Inter arts et l’Agence espagnole de la coopération internationale au développement (Aecid). 60 personnes ont été formées, 14 projets accompagnés et 200 acteurs culturels ont bénéficié des conseils par le biais de cette structure.

Au regard de ce succès, le Peccs sera renouvelé en novembre pour deux ans annonce Maria Chaques Serrano, en mission pour le projet Tandem de l’Aecid. Et c’est avec un sens élevé de l’entreprenariat culturel que l’association Africulturban de Pikine, avec un stand bien visible, se meut pour la promotion des expressions artistiques urbaines (rap, graffiti, break dance, slam...).

Habillage publicitaire, composition musicale

Crée en 2006 à l’initiative du rappeur Matador, afin de lutter contre les inondations dans la banlieue dakaroise, Africulturban a réalisé cinq éditions avec le festival international de Hip hop, Festa 2H. De l’avis de Moustapha Sall alias Sall Ngari, chargé des affaires administratives de l’association, ce festival permet aux jeunes qui évoluent dans le milieu Hip hop de s’initier à l’écriture rap, au break dance, d’avoir des notions en graffiti et en slam.

Très présent sur la scène musicale sénégalaise, le studio Sankara ne pouvait pas manquer ce rendez vous des professionnels autour de la musique. Celles-ci tournent essentiellement autour de la production audio, de la vidéo et des arts graphiques jusqu’à l’événementiel. « Nous intervenons également dans l’habillage publicitaire, la composition musicale, l’enregistrement, le pressage et l’impression, explique Clotilde Dubaux, agent commercial. A ces prestations, s’ajoutent le mastering, l’animation graphique en trois dimension et un studio de répétition ». En parcourant du regard, le passant peut aussi voir un présentoir où sont disposées les différentes productions musicales que le Studio Sankara a pu réaliser. Que ce soit sur support cassette ou bien sur disque compact.

Dans un élan panafricaniste, le Mouvement Afrikiyo pour la musique et le chant choral tente de sensibiliser les visiteurs sur cette expression artistique. Selon les mots de Raïssa Moussavou, membre de la chorale, le Mouvement Afrikiyo, qui regroupe plusieurs chorales africaines, est une association à but non lucratif dont l’objet est d’œuvrer pour la promotion et le perfectionnement du chant choral et de la musique lyrique en Afrique. Cela, par la création, ou l’aide à la création de Chorales, d’échanges, de festivals, de concours.

Le Mouvement panafricain Afrikiyo a créé le Chœur panafricain Afrikiyo de Dakar et a organisé quelques concerts et des cours d’initiation au solfège.

El Hadji Massiga FAYE
Le Soleil




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.




Facebook

TWITTER

      




LES ÉMISSIONS DE PICCMI WEBTV