contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



"200 milliards recouvrés" : Les avocats de l’État s'accroche à la révélation de Mimi Touré





Photo d'illustration
Photo d'illustration
La révélation de Mimi Touré selon laquelle 200 milliards de francs Cfa ont été recouvrés dans le cadre de la traque des biens mal acquis relance la polémique sur les honoraires des avocats de l’État commis pour ce dossier. Certains d’entre eux ont saisi la balle au bond pour réclamer que les sommes qui leur sont dues soient calculées sur la base du montant avancé par l’ex- Premier ministre.

Tous les 10 avocats du pool ne sont pas concernés par cette requête. Seuls quelques-uns se sont manifestés. Mais ces derniers entendent saisir leurs confrères pour les pousser à émettre sur la même longueur d’ondes.

"Elle parle en connaissance de cause. Si l'État ne dément pas pas ses propos, c'est parce que ce qu'elle dit est vrai", souffle l'un des avocats.

La convention conclue, dit-on, dans le bureau de Mimi Touré, à l’époque ministre de la Justice, accorde aux avocats de l’État 2% des montants recouvrés dans le cadre de la traque des biens mal acquis. Entre août et octobre derniers les conseils concernés ont réclamé publiquement le paiement de leurs honoraires. À l’époque, ils tablaient sur 12 milliards puisqu’officiellement 60 milliards ont été recouvrés.

Le chef de l’État avait jugé le montant exorbitant et des négociations étaient engagées pour trouver une solution consensuelle. Le nouveau ministre de la Justice, Ismaïla Madior Fall avait pris des initiatives dans ce sens. Depuis, silence radio.

En avançant la somme de 200 milliards, Mimi Touré relance la polémique. Peut-être sans le vouloir.


Vendredi 22 Décembre 2017 - 07:14



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.